Image de Bellinus Bellin

Bellinus Bellin

Plaisir, besoin, ivresse, tourment, drogue, obsession, compulsion, consolation et éclats de rire... bref, ECRIRE !!! Ecrire ma vie, vivre mon écriture. Chaque jour et toujours. Pour ma Joie qui doit ici rester le partage : être lu, pas forcément élu.

D'autres informations sur mon site www.michel-bellin.fr

462 abonnés


À LA UNE
Très très courts

Baiser volé

Ligne 8. Encore dix stations. Improbable embarquement pour Cythère. Plutôt terminus Galère ! Car les spectres sont las, mutiques, stoïques et surtout dociles : assis un siège sur deux et... [+]


En compétition Grand Prix Été 2020
Très très courts

CORONA, LA BARBE !!!

Extrait d’un dialogue pathétique sur Messenger le 26 mars 2020
— Chéri, je suis folle d’inquiétude ! Tu as appris pour ta moustache ?
— Quoi donc, ma douce ?
— Eh bien ... [+]


Très très courts

Lecteur frère, Lecteur traître

Que ne ferait-on pas
pour conquérir à l'arraché
l’amitié d’un jeune auteur
— peut-être davantage ?
Il y a quelques jours,
je fis l’acquisition de son dernier ouvrage,
non... [+]


Très très courts

X-²X

Je l’appelle ainsi car il est fou de pornos. J’aime aussi sa brosse au carré. Ah ! mon polytechnicien... Dommage qu’il ait un défaut. Enorme. Dirimant. Désespérant. Callimaque est... [+]


Très très courts

L’ironie est une clairvoyance

C’est une très belle définition de Rémy de Gourmont. Mais elle n’est pas partagée par tout le monde, loin s’en faut. Un géant de la vente en ligne y est, lui, absolument insensible... [+]


Très très courts

Dans nos petits sacs de peau

Six heures du matin. Mon corps émerge de l’inconscience. Je m’interroge. Qui suis-je ? Où en suis-je ? Que va-t-il m’arriver ?
De plus en plus souvent, cette image s’impose, qui cerne... [+]


Très très courts

LES LARMES DE VINCENT

Oui, Vincent Lambert pleure... et après ? J'estime que sa mère, qui vient de filmer et de mettre en ligne une vidéo doloriste, a surinterprété cette réaction-réflexe glandulaire. C'est surtout... [+]


Très très courts

SAVEUR DE L’INSTANT

Huit heures du matin.
Assis face à la fenêtre,
je savoure seul mon petit déjeuner.
L’immeuble est silencieux, encore assoupi ;
au dehors, il pleut et il vente.
Pour un 4 mai,
une... [+]