Accueil

Bandeau Haïkus Automne 2016 Noisette

Une nouvelle saison pour le Prix Haïkus

Enroulés dans nos plaids et sirotant un thé brûlant, il ne nous manquait qu'un peu de poésie et un peu de gourmandise pour passer un bel automne…


On l'attendait depuis longtemps, et le voilà enfin : le nouveau Prix Haïkus qui célèbre la belle saison automnale ! On en avait l’eau à la bouche, et ça tombe plutôt bien, puisqu’il va faire frémir nos papilles !

Les feuilles teintées de rouge et d’ocre commencent à tourbillonner dans l’air frais de novembre, les rayons d’or du soleil se font de plus en plus rasants et l’on a déjà fait le plein de noisettes, ramassées çà et là dans jardins, petits chemins et forêts moussues. Il ne reste plus qu’à les déguster !

Cette cinquième édition du Prix Haïkus aura pour thème « Noisette ».
Déclinez toutes les couleurs de l'automne, camaïeu de bruns fauves, de noisettes caféinées ou lactées, et de marrons chauds et gourmands !

hérisson et châtaigne

Le haïku haut comme trois noisettes

Plongez dans l’atmosphère dorée et gourmande de l’automne en vous emmitouflant dans l’art du haïku, ce petit poème tour à tour spirituel, paisible et rieur ! Trois vers hauts comme trois noisettes, mais pourtant saisissants de poésie.

Hérité de la tradition japonaise, le haïku est composé de trois vers et respecte le rythme 5/7/5 (et parce qu’à Short Edition nous aimons nous approprier les concepts classiques à notre manière, il s’agira de compter en pied/syllabe et non en more/son).

Le haïku, petite forme poétique épurée, ne comporte aucune ponctuation si ce n'est une majuscule en début de poème.

De plus, un haïku n'a pas de titre, il se suffit à lui-même ! De ce fait, nous ne vous demandons pas de donner de titre à votre haïku. Le premier vers de celui-ci sera reporté en "titre" afin qu'ils puissent tous se différencier les uns des autres !

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour écrire votre propre chant de l’automne en trois vers ! Que choisirez-vous ? Une noisette espiègle et facétieuse ? Un hymne à la gourmande et glorieuse saison ? Ou un fugace instant arraché au vent de novembre ?

MODE D'EMPLOI »