La Master Class

Les 20 Nominés de la Matinale des Lycéens 2017 ont été invités au Festival Livre à Metz pour rencontrer l'auteure Marie Desplechin, lors d'une Master Class intimiste.
Nous sommes heureux de vous proposer un petit compte-rendu de l'échange entre les jeunes auteurs et Marie Desplechin, qui leur a généreusement offert de beaux conseils pour progresser dans leur travail d'écriture.


master class Marie Desplechin
master class Marie Desplechin

Le public de la Master Class (à gauche), Marie Desplechin (en haut)

Le Jury

Après le moment d'échange, le Jury s'est réuni afin de délibérer... Un échange rapide, mais très intense ! Marie Desplechin, qui déteste avoir à choisir un gagnant, a tenu à préciser aux Nominés qu'élire un Lauréat est toujours compliqué, car subjectif. Tous les textes sont composés de bonnes et de moins bonnes choses, certaines plairont à des membres du Jury, d'autres non.
Finalement, l'oeuvre Lauréate est celle qui regroupera tous les critères différents de chacun, c'est donc une affaire de goûts !

master class - Jury
Marie Desplechin (Présidente du Jury), Apolline (Phosphore), Fanny (Short Edition), Elena Lmr et Rouge-Coeur (auteures de Short Edition)

La Master Class

On était un peu comme à la maison en compagnie de Marie Desplechin, ce samedi 8 avril ! D’un naturel déconcertant, d’un ton parfois mordant et d’un humour à toute épreuve, elle a répondu à toutes les questions des 10 Nominés présents. Chacun leur tour, ils ont pu leur demander des conseils sur l’écriture… et l’on sentait que ces jeunes auteurs avaient préparé avec beaucoup de sérieux cette rencontre, sur laquelle ils avaient beaucoup misé pour progresser.

Parmi les nombreux conseils de Marie Desplechin, on retiendra que chacun doit pouvoir trouver sa routine d’écriture. Si elle affirme n’avoir aucune organisation (voire une désorganisation démente) dans son travail, elle clame pourtant que certains gagneront à faire des plans ou de grands tableaux pour développer leur intrigue. Elle, c’est assise dans sa micro-cuisine qu’elle se sent le mieux pour écrire ; c’est là qu’elle peut se concentrer et se déconcentrer, mais surtout faire autre chose qu’écrire, puisque selon elle, « la grande partie du travail consiste à ne pas y arriver ».

Comment garder une logique dans la psychologie des personnages ? Il suffit de se demander comment les vrais gens agissent, s’inspirer d’amis et de parents ! Et pour écrire des dialogues qui sonnent juste ? Rien de mieux que d’écouter ce qu’on entend dans la rue et dans son entourage… et de lire à haute voix ! Un moyen d’éviter la page blanche ? Aucun recette, malheureusement… car ce blocage doit faire partie de l’écriture.

On retiendra sûrement de ses conseils avisés son approche décomplexée de l’écriture. Elle ne pense pas qu’écrire soit quelque chose d’extraordinaire. Pour elle, c’est simplement parler des choses de la vie, des choses qui la font rire et qui la touchent. La seule difficulté, finalement, est de pouvoir se dédoubler : un bon livre est écrit par une personne qui sait en être à la fois l’auteur et le lecteur.

En manque d’inspiration ? Souvenez-vous qu’aucun sujet n’est mauvais, c’est la façon dont on traite le sujet qui est intéressant. La comparaison avec la photographie est particulièrement parlante : même en photographiant un magnifique paysage, on peut obtenir une mauvaise photo, si on ne cadre pas bien notamment ; le cadre, la sélection sont essentiels pour une création réussie. Selon elle, « la vie est un festival de p’tits machins qu’on peut mettre dans les bouquins », une belle façon de voir les choses, non ?


Les Nominés lors de la master class

L'échange sera retranscrit dans son intégralité dans le numéro de septembre du magazine Phosphore !