Temps de lecture
3
min

 Histoires pour enfants

Miss Carotte a les chocottes 

Isa Belle

Isa Belle

392 lectures

52 votes

C’est ainsi depuis toujours : Miss Carotte a peur. Peur de quoi ? Eh bien... de TOUT, d’absolument tout.
Pour un coup de vent, pour un peu de boue, pour un petit rien du tout, Miss Carotte tremblote.

Ses parents doivent l’accompagner partout :
— Et si un oiseau m’emporte ? Et si je tombe dans un piège à carottes ? leur dit-elle.
Le soir, ils la bordent et coincent les couvertures sous le matelas :
— Et si je tombe de mon lit ?
Miss Carotte envisage toutes les catastrophes possibles, elle s’imagine toujours le pire. Et rien que le pire !

Ses copines essaient souvent de la distraire :
— Viens jouer à trap’carotte avec nous !
— Et si un orage éclate ? s’inquiète la Miss.
— Allons taquiner la famille Patate ; tu verras, c’est drôle de les pousser pour les voir rouler !
— Et si on se perd en chemin ?
Rien ne marche, la Miss effrayée refuse d’affronter le moindre danger.
Du coup, ses copines ne l’appellent plus Miss Carotte mais Miss Chocottes.

Il n’y a qu’un seul moment où la Miss accepte de frissonner : c’est quand elle lit les aventures de son héros préféré Flash-Carotte. Un super légume ! Rapide, courageux ! Il n’a peur de rien et triomphe toujours des situations les plus risquées. Il met sa vie en péril pour sauver de pauvres carottes en danger.
Chaque soir, la Miss s’épouvante avec plaisir devant les pages de son livre adoré.

Mais un jour, malgré toute sa prudence et toutes ses précautions, la Miss tombe face à face avec le plus grand danger qui soit pour une carotte : un croqueur aux longues dents !
Sous le nez de ses parents qui n’ont rien vu arriver, pfuit ! la Miss est emportée.
— Surprise mon lapinou ! Devine un peu ce que je te rapporte... dit le gros lapin plutôt fier de sa belle prise.
— Une carotte ! Une carotte ! s’écrie le petit lapin.
— Nous la mangerons pour ton anniversaire, d'ac' ?
— Génial papa ! Une carotte ! Une carotte !

Miss Carotte est devenue toute pâlotte et bien sûr, elle tremblote. Pour de bon, pour de vrai, jamais elle n’a connu pareille pétoche ! La nuit venue, impossible de fermer ses yeux.
Alors pour tromper sa peur, la Miss pense à Flash-Carotte et ses exploits. Elle revit sa dernière aventure, celle qu’elle a lue hier soir dans son lit...
— Waouh, murmure une petite voix, trop costaud ton super-héros ! Et il fait quoi après ?
Miss Carotte sursaute. Elle parlait donc à haute voix ? Et ce petit croqueur n’est pas endormi, comme son gros lapin de papa qui ronfle depuis longtemps déjà ?
Elle reprend alors son récit, interrompue plusieurs fois par le lapinou qui veut toujours en savoir plus.
À la fin de l’histoire, elle attend une nouvelle question... mais chut ! il dort.

Le soir suivant, et celui d’après encore, le lapinou réclame une autre aventure de Flash-Carotte. Et à chaque fois, quand l’histoire est finie, le petit curieux s’est paisiblement endormi. Même à la veille de son anniversaire... Miss Carotte s’apprête à fermer les yeux quand soudain :
— Nom d’une carotte ! La cage est entrouverte !
La Miss ne peut plus bouger ; la frousse, la trouille, la panique l’immobilisent alors qu’elle ne devrait songer qu’à s’enfuir.
Elle respire un grand coup, rassemble toute son énergie, puis ose enfin sortir de sa prison.

— Ouf ! Je n’aurais jamais pu la manger... elle raconte tellement bien les histoires, se dit le lapinou qui espérait bien que son plan libérateur allait fonctionner.
Sous le ciel étoilé, hop ! Miss Carotte s’échappe du terrier. Telle une fusée, elle court, court.
La boue fait floc floc sous ses pas, le vent s’est levé, mais rien n’arrête plus la Miss !
Si ! Un énorme sapin, qui croise son chemin. Paf ! Une carotte à terre, le front cabossé.
À moitié assommée, Miss Carotte distingue une forme étrange dans la pénombre. Voyant sa dernière heure arrivée, elle se dit que cette fois, les carottes sont cuites...
— Ah, te voilà !
— Papa ?!
— Dans mes bras ma chérie, j’ai eu si peur pour toi ! Déjà quatre jours que je te cherche...
— Toi, peur ? s’étonne la Miss en serrant fort son papa.
— Viens, rentrons à la maison. Je suis fier de toi ma p’tite carotte, tu as réussi à t’enfuir, c’est incroyable !
Sur le chemin du retour, la Miss raconte comment elle a trouvé, caché tout au fond d’elle-même, un petit trésor qui porte un joli nom : le courage ! Grâce à lui elle a dépassé sa peur et elle a pris confiance en elle.

Ainsi maintenant, elle peut découvrir sans crainte et avec grande joie les parties de trap’carotte et de roul’patate.
Ses copines sont époustouflées... Miss Chocottes ? Non, ça c’est terminé !

Miss Carotte a appris aussi que même l’amitié peut se cacher... là où on ne l’attend pas.