Mer Sophie Ossedat

Participant
Grand Prix Printemps 2013
J’ai plongé.
Silence.
D’abord, rouvrir les yeux.
Voilà.
Le turquoise m’envahit et son épaisseur cloue mes bras, mes jambes, mes mains, mes doigts. Je suis entrée dans le vide et la plénitude réunis.
Où regarder puisque tout est à voir ?
Pourtant, rien, pas un poisson, pas une algue, pas même un courant.

Mon corps se meut lentement, hésitant, coupable presque de déranger le ventre bleu de la mer. Difficile de lutter pour rester ici.
Tenir encore.
Mes poumons comptent le temps malgré mon corps et mes yeux. L’eau m’entoure, m’allège, me porte et c’est elle, finalement, qui me ramène là - haut.
La lumière s’éclaircit, le turquoise meurt...

Ma bouche s’ouvre de nouveau sur l’air.
J’attendrai encore avant de remonter sur le bateau.

Rien n’est grave puisque demain, je replongerai.
Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.
Signaler un abus

à découvrir
du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS
43 lectures 3 votes

L’homme vient de s’installer au pays. Il a racheté la petite maison du garde-barrière, sur la voie ferrée désaffectée. Il est venu avec sa grande valise.... [+]

Participant
Grand Prix Printemps 2013

à découvrir
de la même thématique

POÈMES
3489 lectures 803 votes

Ici, l’odeur est omniprésenteUne odeur d’alimentsMêlés de sang et d’urineFaisant, d’un jour ensoleilléBonheurs et malheurs de badauds ... [+]

Lauréat
Short Edition - Dauphiné Libéré

à découvrir
au hasard

TRÈS TRÈS COURTS
445 lectures 22 votes

A — Hier, en faisant ma ratatouille, rien à faire, ça accrochait. Il va falloir que je change la cocotte. D — Le mauvais ouvrier a toujours de mauvais instruments. A ... [+]

Lauréat
Grand Prix Été 2013

Quelque chose à ajouter ?

comments powered by Disqus