Temps de lecture
1
min

 Romance Instant de vie

Lettre à Claire 

3016 lectures

161 voix


Disponible en :

Très Chère Claire,

Je connais déjà tant de vous, et pourtant, je ne vous ai pour ainsi dire jamais vue. Depuis maintenant six mois, je vous frôle, je vous devine, je vous entends, je ferme les yeux lorsque je sens votre parfum, riche et savoureux comme un souvenir d'enfance, laisser sa note chaude de pain d'épices au caramel embaumer l'escalier.
Des milliards de personnes se côtoient aujourd'hui sans se voir. Que le hasard nous ait si heureusement déposés sur la même route, dans le même immeuble, sur le même palier, je prends cela comme un cadeau de la vie et souhaitais juste par cette lettre vous témoigner de ma joie de vous avoir pour voisine. Il est au quotidien des petits bruits qui créent des liens et comblent des vides. Celui d'un trousseau de clés cherché à l'aveuglette dans un sac par une propriétaire pressée d'ouvrir sa porte ; celui des talons que l'on enlève et des soupirs après une journée de travail ; celui de la télé que l'on allume le soir pour y glaner quelques informations lointaines, et rêver à d'autres horizons ; celui du réveil, tôt le matin, lorsque la ville sommeille toujours et que même les chats n'osent pas encore miauler… Ce bruit-là, perçant et lancinant, dans mon lit, à demi endormi, il me rassure et me dit que je fais moi aussi partie de la ruche terrestre, et qu'à quelques mètres, la vie s'éveille.
Grâce à vous, j'ai découvert que l'on pouvait aimer la vie, aux seuls sons et parfums d'une voisine.

Posséder dans son tiroir une lettre d'un illustre inconnu fait partie des petits bonheurs de l'existence… enfin je crois. Je voulais vous faire ce cadeau, sans rien attendre en retour, si ce n'est la joie de vous savoir proche.
J'aurais mille fois préféré écrire cette lettre de ma main, avec des pleins et des déliés, des majuscules finement tracées, plutôt que de devoir la taper, mais le clavier en braille connecté à mon ordinateur me procure aujourd'hui l'immense satisfaction de pouvoir enfin communiquer mes émotions, et c'est déjà beaucoup.

Bien à vous,

Votre voisin,

Adrien.