Temps de lecture
1
min

 Contes merveilleux Suspense

Le Voleur d'heure 

Maëline

Maëline

539 lectures

157 voix

Il portait un masque noir, des vêtements noirs. Il n'accomplissait son méfait qu’une seule fois par an. C’était pour aujourd’hui ! Au milieu de la nuit, là où tout le monde dort, il débuta par la maison de la famille Perret. Il y avait trois enfants habitant là, et ils avaient tous leurs heures bien calées sous leurs oreillers.
Pas pour longtemps, pensa-t-il en se frottant les mains. Il s’introduisit dans la maison, il entra doucement dans la chambre des parents... et zou, c’était fait ! Aux enfants maintenant. La première chambre ! Trop simple ! La deuxième ! Un jeu d'enfant ! Plus que la troisième !
Ça va être du gâteau, pensa-t-il. Il entra doucement, la porte grinça. Il voulut prendre l’heure, mais la petite fille, blottie jusqu'à maintenant dans son lit, se réveilla. Surprise, elle hurla. Le voleur saisit l'heure de la fillette et la tira vers lui d'un coup. Mais elle eut le temps de la rattraper et cria : « C'est à moi ça ! »
Il lui répondit : « Tu vas lâcher oui ?! »
Il tira de nouveau vers lui mais la petite fille tenait bon. Les parent se réveillèrent. Les deux autres enfants aussi ! Ils regardèrent sous leurs oreillers, horreur !!! Il manquait une heure !
Ils entendirent du bruit. Ça venait de la chambre de la petite. Et c’est à cet instant précis qu’ils entendirent un hurlement de douleur déchirant la nuit. Dès qu'ils entrèrent dans la chambre, ils virent le voleur qui se tenait le mollet en sautillant et en poussant des cris stridents. La fillette sourit en voyant la marque de ses dents incrustées dans le mollet du voleur : « Bien fait ! »
Il réussit malgré tout à sauter par la fenêtre, laissant échapper quelques minutes de son sac à larcin. Le papa se lança à sa poursuite. Mais il ne réussit qu'à se retrouver seul dans la rue, en pyjama. Le voleur avait disparu.

Margot se tourna vers son papa :
— Elle est vraie ton histoire ? Tu es sûr que ça se passe comme ça les changements d'heure ?
— Mais bien sûr ma chérie. Fais bien attention d'ailleurs, il devrait passer ce soir.
Une fois au lit, Margot regarda sous son oreiller et elle murmura : « Bizarre, je ne vois rien, il n'y a pas d'heure sous cet oreiller ; le voleur, pfff, je m'en fiche ! »
Elle s'allongea dans son lit. Ses parents lui murmurèrent « Bonne nuit ».
Au petit matin, elle dû dormir une heure de moins. Une heure avait bel et bien disparu !