Temps de lecture
2
min

 Aventure Humour Histoire

Le Capitaine Kermachou 

Kero-Zenh

Kero-Zenh

164 lectures

32 votes

Ça fait longtemps que vous n'avez pas eu droit à une histoire de tonton Kero, et je vois dans vos regards affectueux comme un petit reproche, que je m'en vais éliminer de ce pas.

Lors de la visite mémorable que notre ami Chico fit dans ses provinces bretonnes, nous visitâmes la magnifique ville de Saint-Malo et nous sacrifiâmes bien sûr à l'obligation de nous promener un peu dans l'Intra-Muros, malgré le nombre déjà important de touristes en tout genre. Et lors de notre déambulation tranquille, nous fûmes attirés par une pancarte à l'entrée d'un estaminet qui annonçait, entre autres confiseries et autres mets alléchants, une spécialité qui était baptisée "Kermachouille" !

J'y vis aussitôt le résultat désastreux d'un effet de mode qui veut qu'on fasse précéder de Ker n'importe quel mot pour lui donner une apparence bretonne, propre à rassurer le bourgeois et destinée à soutirer les pistoles et autres écus des bourses pourtant criseuses de nos braves touristes. Je n'eus qu'un rictus de mépris pour cette tendance qui nous amènera un jour à voir des kerbonbons ou des kerchwingomme, censés attester de leur bretonnitude et des kersouvenirs fabriqués à Taïwan !

Je me promis néanmoins de mener une enquête discrète, pour éviter ce que je ne puis supporter chez mes contemporains, je veux dire un jugement hâtif et non circonstancié, apte à créer des injustices ou tout au moins des incompréhensions. Et bien m'en a pris, car les kermachouilles ne sont pas des attrappes-touristes mais bel et bien une réminiscence d'un passé lointain.

Je m'en vais vous narrer cette histoire, et je demande toute votre attention.

Or doncques, en ces temps reculés, Saint-Malo était réputé et redouté pour ses pirates, affectueusement appelés corsaires par les Français toujours prêts à pardonner quelques petits manquements à la loi pourvu qu'ils fussent le résultat de la débrouillardise amplement pratiquée de ce côté-ci de la Manche. Chacun connait Surcouf et Duguay-Trouin, figures emblématiques de la ville, et marins émérites. On connait beaucoup moins Kermachou, autre capitaine courageux qui ne faillit point à la réputation de sa cité, et qui coula tant de bateaux anglais que ceux-ci le surnommèrent Kermashoot !

Mais notre corsaire était frappé sur ses vieux jours d'une malédiction qu'un marin de son envergure supportait difficilement : il était atteint du mal de mer ! Plus il avançait en âge, et plus le mal de mer l'handicapait, et ses expéditions vers Jersey notamment perdaient de leur pugnacité. Et, un malheur ne venant jamais seul, au terrible mal qui le terrassait là sur son bateau, s'ajoutait une adversité aussi effroyable, il perdait ses dents à chaque traversée, et celles-ci commençaient à tapisser le fond de la mer au large des Minquiers.

Résultat, sa santé s'en trouva affectée, et il avait de plus en plus de mal à manger correctement, et hors des purées et autres huitres de Cancale, il ne prenait plus de repas solides. Bien sûr on lui fit quelques appareils destinés à suppléer les ratiches inexistantes, mais elles finissaient immanquablement au fond de l'eau, et il n'y avait plus un crabe au large de Cézembre qui n'eut son dentier de Kermachou lors des bals masqués.

Il ne lui resta plus sur la fin de son existence devenue misérable que sa vieille compagne restée fidèle en souvenir du bonheur qu'il lui avait prodigué lorsqu'il était un rude gaillard, et qui lui prémachait ses aliments de manière à ce que ceux-ci pussent encore lui procurer quelques menus plaisirs. Ainsi il lui présentait ses galettes-saucisses en lui disant avec bonté : « S'il-te-plaît, Kermachouille ! », car il avait gardé malgré tous ses déboires, un goût prononcé pour la rigolade, et trouvait cette saillie très amusante.

A Saint-Malo, peu de gens connaissent le capitaine Kermachou, mais le mot Kermachouille est rentré dans le langage courant, et on en fait des friandises. Grâce à celle-ci notre valeureux marin est toujours parmi-nous et nous le saluons ici avec émotion et reconnaissance.

Voila, les p'tits loups... de mer ! Méditez la vie riche mais difficile de ce fier navigateur, puisse son exemple vous rendre meilleur dans l'existence...