Temps de lecture
2
min

 Humour Famille Instant de vie

La recette secrète du gâteau Sainte-Eulalie 

Juju

Juju

1114 lectures

191 votes

Lorsque mes deux petits-fils Benoît et André m’ont demandé s’ils pouvaient aller « chercher des trésors oubliés » dans le grenier, j’ai naturellement accepté. Moins je les ai dans les pattes, mieux je me porte. En outre, mis à part quelques vieux chapeaux poussiéreux, ils ne risquaient pas d’y trouver grand-chose. Contre toute attente, ils sont vite redescendus, avec entre les mains un vieux grimoire que je n’avais jamais vu. Je ne m’explique pas ce qu’il faisait dans mes malles, au milieu de livres de poche défraîchis. Ce que je m’explique encore moins, c’est le contenu de cet étrange ouvrage que Benoît et André se disputaient, voulant tous deux être le premier à me le remettre.
Quel étrange objet ! Relativement épais, il n’était écrit que sur quelques pages situées au milieu, comme si les autres avaient été effacées par le temps. Les seules pages lisibles détaillaient une recette de cuisine, celle du « gâteau Sainte-Eulalie ». Ma défunte femme se prénommant Eulalie, un malaise m’a vite habité, d’autant que le texte, supposé ancien vu l’état du livre, contenait des passages anachroniques, comme s’il s’était mis à jour tout seul. La fin du texte, surtout, hypnotisa mes deux petits-fils. Le mieux est que je vous le reproduise intégralement.

« Recette du gâteau Sainte-Eulalie
Il vous faut :
- 15 kilos de farine. Choisissez-la bio et moulue sur meule de pierre, avec un indice T80 ou plus élevé, pour qu’elle soit riche en nutriments.
- 48 œufs environ. Environ, car si vous prenez des œufs non industriels, vous devrez vous méfier des œufs à double jaune et des œufs de très gros calibre dont le jaune fait la taille d’un kiwi. Bref, revoyez le chiffre de 48 à la baisse si vous tombez en les cassant sur un trop grand nombre d’œufs atypiques.
- 12 litres de lait. Le mieux serait du lait cru mais à la réflexion, du lait industriel enrichi aux 12 vitamines serait presque plus judicieux, précisément pour ces vitamines.
- 10 kilos de sucre de canne biologique, dont deux kilos au moins de sucre complet. Il est possible de remplacer par du sirop d’agave ou d’érable, mais il ne faudra pas vous plaindre si cela rend la pâte du gâteau trop liquide.
- 2 kilos de beurre (qu’il faudra faire fondre) ou 2 litres d’huile désodorisée. Il existe du beurre à seulement 60 % de matière grasse, il est idéal. Si vous choisissez l’huile, elle sera bio et riche en acides gras insaturés. Évitez l’huile de noix, qui donnerait un goût rance à la préparation. L’huile de foie de morue est aussi à proscrire.
- 1 kilo de marrons glacés (brisés, c’est moins cher). Pour les diabétiques, remplacez par des dattes natures.
Compte tenu des volumes, vous mélangerez le tout dans un récipient de taille conséquente. Un jacuzzi (vidé bien sûr) fera l’affaire. Pour la cuisson, compter 5 heures à four solaire chaud. Vérifier la cuisson avec une fourche pas trop rouillée.
Si vous mangez un morceau de ce gâteau, en étant assis au pied d’un cèdre centenaire, le jour de la Saint Eulalie, coiffé d’une couronne de laurier, en ayant dans votre poche une queue d’écureuil fraîchement tranchée, alors, lorsqu’un rayon de soleil frappera votre visage, le sol s’ouvrira sous vos pieds, vous dévoilant le passage menant au royaume des morts. »

Croyez-le si vous voulez, mais Benoît et André m’ont regardé avec sérieux et insistance. Le premier m’a tendu les clefs de ma vieille 4L, tandis que le second m’a informé sur un ton solennel qu’il allait vider la piscine du voisin avec mon vieux tuyau d’arrosage. Quant à moi, je dois l’avouer, j’étais déjà en train de me demander si j’allais choisir du sucre ou du sirop d’agave, du beurre ou de l’huile, des dattes ou des marrons glacés...