La connivence des vaincus Edouard Bonnet

Finaliste
Grand Prix Printemps 2012

Ils ont la tête plus proche du sol que des étoiles, bloqués qu'ils sont dans la fixité d'un lendemain blanc.

Aucun chemin ne semble avoir été tracé pour eux, ils errent le pas lourd de leurs désillusions.

Comme un seul homme, ils se retrouvent sur les trottoirs, dans les files d'attentes, dans le marasme de leurs vies à toutes semblables, dans leurs petitesses quotidiennes.

Ils savent que le sol sera leur dernière couche, tout un chacun le sait, mais eux sont déjà à moitié mêlés au bitume.

La pluie ne ruisselle plus sur eux, elle se fond dans leur être comme dans une terre asséchée.

Ils sont la plus grande armée que la terre ait portée, et pourtant une armée qui s'ignore : ce sont les vaincus; battus par avance, disqualifiés avant de commencer, condamnés avant de respirer.

Dans la grisaille anonyme d'un mois de décembre parisien, je m'enfonçais dans le gruyère insensé de la capitale.

Je suis encore sur son canapé, prêt à passer la porte pour la dernière fois, à battre le pavé laminé du pas trop lourd des histoires de tout un chacun. La merde me fait de l'oeil comme le ferait une pute défraichie trop fardée pour être saine. J'hésite entre finir cette bouteille de pinard insipide ou aller l'honorer d'une semence qu'elle ne mérite plus.

Par delà le béton et les rails existe un lieu où l'on ne peut pas être deux.

Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.

à découvrir
du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS
1974 lectures 143 votes

5 h. Ton réveil sonne. Ton train part dans 40 minutes. Ne pas faire de bruit. Sortir en douceur du lit pour ne pas la réveiller. Froid. Trop froid. Descendre comme un chat, comme un voleur. Ton sac ... [+]

Lauréat
Grand Prix Été 2011

à découvrir
de la même thématique

TRÈS TRÈS COURTS
2094 lectures 56 votes

Madame se mit à jouer du piano. Ses doigts couraient sur les touches noires et blanches. Monsieur était assis à côté d’elle et écoutait la douce mélopée qui s’élevait de la queue de ... [+]

Lauréat
Grand Prix Printemps 2011

à découvrir
au hasard

TRÈS TRÈS COURTS
184 lectures 15 votes

La main de l'art, rarement main de lard, qui peut se faire main dollars pour peu qu'elle soit experte.
La main qui pause, le temps de reprendre pied.
La main qui périgrine pour ... [+]

Finaliste
Grand Prix Été 2013

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires, ou
Frédérique Logeais · il y a
sombre douloureux et vulgaire mais je suis d'une autre époque! Je préfère votre texte sur la séparation avec ce chagrin à la gare et la pluie qui pleure pour vous ou plutôt avec vous. Vous êtes plus beau triste qu'en colère...
j'aime
Grégo Pluym · il y a
Bravo
j'aime
Baptiste Jamonneau · il y a
... Ont votés Anne so, tu es plusieurs sur la photo!
Trés beau texte, bravo.
j'aime
Augustin Mulliez · il y a
just perfect
j'aime
Antoine Gazaniol · il y a
très beau texte ! chapeau mec !
j'aime
Guillaume Penchinat · il y a
Très chouette, je vote.
j'aime
Géraldine Gégé · il y a
belle plume ! un artiste complet ! Bravo ! Je te souhaite pleine réussite !!!
j'aime
Emmanuelle Henocque · il y a
J'adooore mon Doudou!!! Bonne continuation tu mérites d'aller très loin!
j'aime
Lou Holt · il y a
I love it ! Thank's you :)
j'aime
Anne-Sophie Carrois Janvier · il y a
A voté...
j'aime