Colocation Y Paty

Participant
Grand Prix Printemps 2013

Elle sentait contre son ventre le poids de son genou qui tentait de forcer ses cuisses serrées frénétiquement.
Les dents serrées pour ne pas hurler, elle tentait d’échapper d’autre part aux mains calleuses qui lui enserraient les poignets tel un étau .Le souffle de son agresseur courait sur la chair tendre de son cou et elle eut un sursaut désespéré quand elle sentit ses lèvres lui mordiller le lobe de l’oreille.
Son coup de reins la délivra un court instant de l’emprise de son agresseur et elle en profita pour lancer rageusement sa jambe en avant l’atteignant durement au bas ventre.
Il poussa une sorte de râle avant de tomber à genoux, grimaçant et comme tétanisé. Elle se surprit à rire nerveusement et à penser tout bas : mais c’est diablement vrai qu’ils sont sensibles...
Elle n’eut pas le temps d’analyser plus avant la situation que la sonnette se fit entendre. Sans aucun égard pour son propriétaire qu’elle enjamba négligemment et dédaigneusement, elle sautilla vers la porte d’entrée.
Sémillante brunette aux yeux pers, Katia était avantageusement serrée dans un jean qui mettait pour le moins en valeur ses formes épanouies de jeune femme
Des yeux en amande encadrant un petit nez mutin lui donnaient un charme certain et quelques ridules crispées sur son front agrémenté d’une mèche rebelle avaient de quoi faire fondre la gente masculine.
Elle était consciente de son aura mais n’en profitait aucunement , se trouvant plutôt desservie
par une anatomie qui lui valait une attention dont elle se serait bien passée, attention jamais dépourvue d’arrières pensées y compris de la part de certaines de ses congénères.
Elle avait du, quelques mois plus tôt, mettre un terme à une cohabitation qui prenait un tournant déconcertant avec sa colocataire laquelle, après des cadeaux répétés, lui avait déclaré sa flamme. Elle était sortie meurtrie de cette expérience d’autant que Séverine, c’était son prénom, douce et adorable fille de trois ans sa cadette, avait trouvé un certain équilibre affectif dont elle semblait manquer terriblement avant leur cohabitation de raison .Comme elle, Severine menait ses études, de sociologie en l’occurrence et toutes deux s’étaient trouvées réunies pour faire face en commun aux aléas d’émoluments par trop limités eu égard au coût des appartements.
Cela avait duré prés de six mois et tout allait pour le mieux Severine se révèlant un cordon bleu avisé pour transformer leurs maigres provisions en festins...Les moindres restes, les fonds de frigo étaient toujours l’objet de montages inventifs et économiques. Elles avaient réussi toutes deux à se concocter un univers acceptable malgré leur budget fort étriqué.
Depuis leur ‘divorce’ à l’amiable, katia n’avait pas réussi à retrouver ne serait ce que l’ombre de ce qu’elles avaient partagé toutes deux durant ces mois de pur bonheur, de fous rires insensés, de bien être, de complète communion d’esprit.
Elle venait ainsi de mettre un terme brutal à une offre trop empressée d’un propriétaire qui, partant en mission quelques jours, lui avait, bien obligeamment, offert, à l’essai, une des chambres de son loft de fonction. Il lui avait fait la surprise d’un retour anticipé et de retrouvailles qui n’avaient pas été au goût d’une Katia peu encline à apprécier un macho débordant de testostérone.
Bon, il est vrai qu’il était plutôt beau mec, plutôt bien bâti, le verbe aisé, toujours rasé de prés et habillé avec soin et ne demandant sans doute qu’à satisfaire les caprices d’une beauté halée, histoire de faire baver d’envie les copains de promo. Son assurance comme sa prétention l’avait horripilée et elle n’était pas mécontente de son forfait en claquant la porte de celui qui se prenait déjà pour son protecteur devant la mine défaite de la concierge
. Depuis la rupture avec Séverine, elle en était à sa quatrième recherche et après ce moment d’excitation passé, le découragement l’envahit brusquement.
Perdue dans ses pensées, elle se retrouva devant l’immeuble qu’elle avait quitté quelques jours plus tôt et, avec un soupir de dépit, en franchit le porche pour sonner quelques instants plus tard à la porte de son ancienne colocataire. Elle avait laissé là ses quelques affaires en attendant que...
Ce fut un homme qui ouvrit; quelque peu désorientée, fronçant le sourcil, elle jeta un œil par-dessus son épaule pour.
Qui est ce ?
La voix de Séverine qu’elle semblait redécouvrir paraissait résonner à l’infini; elle sentit poindre une pointe de jalousie: qui était il ?
Un bruit de pas précéda l’apparition d’une étrangère, une Séverine métamorphosée, une coupe à la garçon et une chevelure de rousse pimpante et piquante à souhait. Ce n’est qu’à ce moment que Katia remarqua la paire de ciseaux et le peigne dans la main gauche de l’homme qui lui tendit négligemment sa main droite en susurrant :
-Michel, mais vous pouvez m’appeler Michou...
En accord parfait, elles éclatèrent de rire évacuant d’un coup toutes tensions et non-dits.
Bousculant un Michou tout en émoi, Katia se jeta dans les bras de sa nouvelle colocataire et, passé un court instant de retenue, elles s’embrassèrent sans retenue, libres et légères comme elles ne l’avaient jamais été.

Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.
Signaler un abus

à découvrir
du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS
30 lectures 4 votes

Ce matin, lorsque nous avons actionné la commande du portail électrique et que ce dernier a commencé à s’entrouvir, grincements habituels en fond sonore, tu ... [+]

Participant
Grand Prix Printemps 2013

à découvrir
de la même thématique

POÈMES
363 lectures 34 votes

Sur sa tête se dressent, Tel un bouquet de vipères noires et épaisses, Mordant sans y croire, sa nuque, son dos, ses fesses, Des nattes crépues et lubriques ... [+]

Finaliste
Grand Prix Automne 2013

à découvrir
au hasard

TRÈS TRÈS COURTS
3693 lectures 547 votes

« Les poissons rouges naissent libres et égaux à l’étroit dans un bocal, et finissent tous au même endroit. »Je partageais cette conclusion désormais répandue dans la littérature jeunesse ... [+]

Lauréat
Grand Prix Hiver 2014

Quelque chose à ajouter ?

comments powered by Disqus