412 lectures

307 voix

Son imagination le lui faisait apparaître n'importe quand. Quand elle sortait de la douche et passait devant la baie vitrée, quand elle s'assoupissait devant la TV, quand elle buvait son café sur sa terrasse... Elle se trompait souvent. Mais il y avait des moments où elle était certaine qu'il la suivait des yeux. Qu'il l'espionnait.
Car en face de son appartement avait emménagé un homme dans un appartement semblable au sien. Leurs balcons, l'un en face de l'autre, frôlaient la symétrie parfaite.
Cela commençait en général par un regard appuyé qui la faisait se sentir épiée. Puis il lui semblait qu'il lui souriait d'un air obsédé, la déshabillant de la tête aux pieds. Enfin, avant qu'elle ne tire les rideaux, il lui adressait un genre de clin d'œil avec ses paupières lourdes. Elle aurait pu porter plainte. Mais d'un autre côté, elle voulait user de franchise et en finir elle-même avec ce voyeur.
C'est ainsi qu'un soir, alors qu'ils se retrouvèrent une fois de plus face-à-face derrière leur baie vitrée respective, elle décida d'aller trouver le malotru. De l'affronter. Son immeuble étant fait sur le même modèle que le sien, elle trouva aisément sa porte. Elle frappa sèchement. La porte s'ouvrit sur un sourire niais :
— Votre voyeurisme à mon égard doit cesser immédiatement ou sinon je serai forcée d'en référer à la justice, c'est bien compris ?
— Écoutez-moi, je vais vous expliquer. Je crois que toute cette histoire est bâtie sur un malentendu. C'est une méprise absolue de croire que je vous espionne. Car, voyez-vous, je suis devenu aveugle il y a cinq ans et depuis...
— Mais alors que faites-vous posté sans cesse à votre fenêtre ?
— La lumière du jour me manque. Alors, par mimétisme d'un temps révolu, je cherche la clarté... C'est un tic, je l'avoue, un tic nostalgique.
Après quoi, il saisit un bâton de randonnée accroché à son porte-manteaux et habilla ses yeux de lunettes de soleil opaques qui traînaient dans son vide-poche. Ainsi accoutré, il ressemblait réellement à un malvoyant. Toutefois, elle maîtrisait la situation. Elle la contrôlait tant qu'avec un élan calculé, elle lui ficha une claque si vive et si énergique que même un voyant avec une vue perçante ne l'aurait pas vue venir.
— Et les jumelles autour de votre cou, c'est pour coller au plus près de votre nostalgie aussi hein ?!
Sur ces mots, elle sortit trouver le premier poste de police.