423 lectures

72 voix

Sur la photo jaunie je revois ton visage
Qui peu à peu s'estompe au fond de ma mémoire.
Ta voix résonne encor pour redonner courage
À l'enfant que j'étais, penchée sur l'écritoire.

Je revois tes parfums au goût de citronnelle,
De musc ou de jasmin dans leurs jolis flacons,
Que tu mettais souvent sur tes cols de dentelle,
Qui faisaient voyager mon imagination.

Tu aimais observer le nid des hirondelles,
Faire de beaux bouquets avec des immortelles,
Nous amener flâner auprès du petit bois.

Tu étais bien trop jeune quand tu nous as quittées,
Il y a si longtemps, au cours d'un triste été,
Et pourtant tu es là, cachée au fond de moi.