158 lectures

95 voix

Rien.
Rien que le vide pour t'habiter,
Rien que le doute pour te pousser
À continuer.

Rien que l'angoisse pour exister,
Rien que l'espoir pour décevoir
Des attentes inexistantes.

Rien que le passé révolu,
Rien que l'histoire qui évalue
Que seul le présent compte.

Rien que la vie sans objectif,
Rien que le dur, rien que le vif,
Que la douleur de la blessure béante du néant.
Rien.

À ton tour, ô lecteur,
D'inventer quelque chose,
De créer du bonheur.
Fais renaître une rose,
Un matin, un soleil
Et des éclats de rire.
Des journées à la plage,
Une nuit de plaisir,
Une larme, un message,
Des vœux et des sourires.

Crée tout cela mais sans l'ombre d'un souvenir.
Sans rien, rien pour t'aider.

Invente l'invécu depuis une fumée.
Découvre la souffrance de Sainte-Vanité,
Et brave-la.

Car elle-même n'est rien.
Rien qu'un obstacle à l'existence,
Rien qu'une bulle d'insignifiance
Que ton énergie peut crever.

Rien qu'un goulot d'étranglement,
Rien qu'un lent ralentissement,
Que ta lâcheté fait durer.

Rien qu'une faiblesse, une plainte,
Rien qu'une volonté contrainte,
Que ton amour peut désarmer.

Flamme audacieuse, ô doux lecteur,
Fais preuve de témérité.
Ne laisse pas traîner ton cœur
Car ton intention peut compter.

Ne crains pas la futilité
Des émotions venues d'ailleurs.
Marche dans les pas de Psyché.

La mort seule est irrévocable
Et seul le mouvement est sacré.