Temps de lecture
1
min
Marylou

Marylou

88 lectures

3 votes

Pour toi tous les airs de guitare
Se sont perdus sans un écho,
Et tu n'as jamais cru l'histoire
Où tous les hommes étaient plus beaux.

Tes nuits étaient comme un miroir
Qui reflétait ton mal de vivre,
Quand tu prenais comme un espoir
Un peu de neige pour te survivre.

Un peu de poudre, un peu de neige
Pour exister sans dieux ni lois,
Tu ne voyais pas que le piège
Se fermait lentement sur toi.

Je n’ai jamais goûté aux charmes
Des paradis artificiels,
Je t’ai trop vu le cœur en larmes
Quand tu redescendais du ciel.

Quand tu prenais ta poussière d’ange
Plus irréelle que du cristal
Tu me disais ces mots étranges :
Ne me délire pas du mal.

Tu te fuyais toujours plus loin,
Là où ton corps n’existait plus,
Pour retrouver des nuits sans fin
Et tout les paradis perdus.

Une overdose de désespoir
T’as emporté vers l’inconnu,
La neige ta conté une histoire
Dont tu n’es jamais revenu.

Tu es parti comme dans un jeu
Pour un dernier tour de manège,
Et il ne reste dans tes yeux
Qu’un peu de poudre, qu’un peu de neige.