Temps de lecture
1
min

 Erotisme

Odette à Huguette 

2622 lectures

135 voix


Dans une petite maisonnette,
Percée de petites fenêtres,
Au milieu des pâquerettes,
Des touffes de gariguettes,
Des mouches et des guêpes,
Et des odeurs qui entêtent,
Trônait la vieille Huguette.

Après avoir lâché ses bombinettes,
Tout au fond des toilettes,
Elle se sauva toute guillerette,
Cueillir des courgettes,
Dans le pré « andouillette »,
Lieu du poète,
En froc et à la grosse baguette.

Caché derrière une chaussette,
Peut-être un bout de moquette,
Le drôle de poète,
Vit arriver la grassouillette,
Fit une galipette,
Et poussa la chansonnette :
« Où vas-tu, Ginette ? »

Huguette s’arrêta nette,
Stupéfaite !
Elle resta toute muette,
Devant le poète,
À la grosse baguette,
Cachée derrière sa braguette,
Faut dire qu’elle n’avait pas vu ça depuis fleurette,
La pauvre Huguette,
Catherinette,
Depuis belle lurette.

Le poète héla : « Hé, Odette !
Veux-tu que je la mette ? »
« Non », fit Huguette,
« Ma minette,
C’est un peu les oubliettes,
Je ne peux plus faire grimpette,
J’aurais bien peur qu’une telle machette,
Ne me la mette en miettes !
Pourtant votre belle baguette,
Me donne envie de jouer de la clarinette ! »

Alors, après une courbette,
Là, au milieu des courgettes,
Huguette souffla dans la trompette,
Du poète,
Qui se mit à jouer,
Des castagnettes !