Temps de lecture
1
min

886 lectures

43 votes


Le doux crépitement des talons dépravés
Trottinant, galopant d’un pas lourd et pesant,
Le plus grand des ballets du palais des pavés,
De Boulogne à Moscou, depuis la nuit des temps.

C’est le spectacle aveugle où la sourde musique
D’un monde clandestin délecte nos carcasses.
On y claque des cents sans s’en sentir cynique,
On s’y croit roi des dieux. Mais on n’est qu’une passe.

Maudites soyez-vous ! Consommables de l’ombre,
Qu’on vous laisse crever, hérétiques diablesses !
S’il fallait vous sauver des pavés, des rues sombres,
Il faudrait confesser nos âmes à la messe.

Lucratives beautés, Aphrodite d’une heure,
On oublie trop souvent combien vous êtes chères
À nos hypocrisies de grands consommateurs
De vos charmes vendus aux pavés de Bessières.