Maninred

Maninred

188 lectures

129 voix

Le vent dans les claustras murmure la caresse
Du temps si dérisoire et nous décoiffe un peu
Éloignant la saveur de nos belles prouesses
Qui hantent ma mémoire et me ride les yeux

Le soleil s'interpose aux clichés sans couleur
Des roses effeuillées par un galant fantôme
Je n'avais pas vingt ans quand l'émoi de ton cœur
Susurrait à mon cœur de savoureux arômes

L'amour insouciant celui qui vient de naître
Emplit de floraison mon jardin silencieux
Mais mon verger fleuri je dois le reconnaître
N'est plus qu'un souvenir lointain et capricieux

Il orne mes vieux jours tel une main ouverte
Sur l'épaule du temps amiral sourcilleux
D'un navire filant sur une mer offerte
Aux humeurs des autans et des ans oublieux

Je n'avais pas vingt ans, c'était il y a longtemps
Ce sillon effacé tu vois je le restaure
Pour nous revoir altiers amoureux éclatants
Exhibant sans pudeur un bonheur qu'on dévore

Le vent dans les claustras se résigne au silence
Je dois sortir le chien, arroser les soucis
Le temps s'est rafraîchi il faudra que je pense
À donner aux oiseaux des bouts de pain rassis