Le vertige Cécile Patoux

Participant
Grand Prix Printemps 2013
Ils s’échappent dans le nuage de ta cigarette,
Ces mots qui subliment pourtant, oh... Pieux,
Mais j’envoi en l’air ton cafard post-galipette,
En fumant le filtre de tes maux mystérieux.

Eperdue, je jette une bouteille à l’amer,
Dans les vagues à l’âme de nos désillusions,
Qui s’éclate en sourdine contre ta chair,
Encore remplie de tant de mes questions.

Dis moi, c’est quand qu’on lâche nos déraisons ?
Dis moi, pourquoi ta bouche caresse mes lèvres?
Dis moi, c’est quand que commence le vertige...

Les mots épuisés, se cloquent sur ma langue,
Quand nos corps s’enivrent de fables nocturnes,
Et je bois, au rythme de cette vérité qui tangue,
Saoulée du récit inhibé, de tes infortunes.

Alors je rode, tel l’amour veuf de son « u »,
M’égare, autour de tes mirages empaquetés,
Gitane et sans canne blanche dans tes rues,
En ne lisant dans tes mains, qu’asile muet.

Dis moi c’est quoi, cette sensation de « Hai-me » ?
Dis moi pourquoi tu captures toujours mes adieux ?
Dis moi c’est quand que commence le vertige...

De silences putréfiés au fond de la gorge,
Mon âme boulimique, se jette sur moindre tison,
Quand ton cœur anorexique, illusionne la forge,
En cherchant le fond de cale de nos raisons.

Est-ce l’ambiguïté, la fin, qui affame nos étreintes ?
Quand tu joues au bras de fer avec tes envies,
Qu’étincellent en ton combat, mes pareilles craintes,
Ne pourrions-nous pas tenter, tanpis, ce si beau gâchis ?

Dis moi, pourquoi, tu tiens encore mes mains, si fort ?
Dis moi, c’est quand, qu’on vit le futur au présent ?
Dis moi, je vacille... t’as pas le vertige toi ?
Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.

à découvrir
du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS
28 lectures

J’ai un trou béant dans le ventre. Juste au dessous de mes seins. L’air passe à travers. Tout le transperce impunément. Les vents enfiévrés s’engouffrent dedans mon trou et me glacent les ... [+]

à découvrir
de la même thématique

POÈMES
3110 lectures 264 votes

Dans les nuits salines
Où mon corps tout entier
Se décompose en bruine
Pour glisser sur les pavés
De la rue des souvenirs
Où je t’avais ... [+]

Lauréat
Grand Prix Printemps 2011

à découvrir
au hasard

POÈMES
1368 lectures 41 votes

Petits pas glissés
fraîcheur sous les parasols
le rite du thé.

Finaliste
Prix Haikus 2014

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires, ou
Cécile Patoux
ON RE VOTE! Cher auteur,Il ne reste plus que 7 jours avant la fin de la première étape du Prix Printemps 2013 de la short Littérature.7 jours jusqu'au début officiel de la finale!Jusqu'au 28 février, minuit, les internautes peuvent encore voter en ligne pour votre œuvre... Dans chaque catégorie, les 7 œuvres qui remporteront le plus de votes seront qualifiées pour la finale. Et comme toujours, le Comité Éditorial choisira également 5 à 7 œuvres qu'il souhaite voir en lice. Croisez-les doigts, rien n'est encore joué!
il y a
Cécile Patoux
qui qu'a pas voté pour moi? ^^ chui à la traines les zamis!
il y a
Pouet Pouet la Galette
si ce n'est pas du talent çà! bravo ma Cilou.
il y a
Cécile Patoux
Merci ma Clarisse ;o) mais il faut aller sur le site de short, se créer un compte ( ca prend 2 min) et voter sinon sur FB ca compte pas ! ;o)
il y a
Cécile Patoux
Un de mes écrits est en compèt sur "short edition" alors les amis on vote pour moi, on fait voter ses amis et on hésite pas à le diffuser sur FB! merci! :o))
il y a