2849 lectures

176 voix


Elle a mis ses seins en vitrine,
Encerclé de gerbes ses yeux,
Lustré ses écailles d'ondine,
Et ses cuisses à l'écrin soyeux.

Elle a mis son cœur en bretelles,
Sa cigarette au bout des doigts,
Ses souvenirs à la poubelle,
Et son sourire fausse joie.

Elle a mis sur talons aiguilles,
Comme une invite à chaque pas,
L’attrait d’un sexe en coquille,
Désir glaïeul en apparat.

À l’heure où le jour décline
Et que la nuit pavoise en bleu,
Au coin des rues, elle tapine,
Le corps soumis comme un prie-Dieu.

Statue chair vive, elle se profile
Moulée de noir et d’éclairs blancs,
Pour un amour qui se défile
Après l’avoir payée comptant !