Temps de lecture
1
min

 Alexandrins Nature Société

L'histoire du béton désarmé... 

Philippe Vlad

Philippe Vlad

2572 lectures

509 voix


Le grand chaos avait tout balayé,
Les murs s'étaient fissurés.
Quelques âmes orphelines, attendant leur guide,
Contemplaient songeuses leurs carcasses vides.

Ronces et fleurs sauvages narguant le béton désarmé,
Se disputaient le cœur maudit d'un temple inutile,
Sous le regard atterré de statues déboulonnées,
Gisant à côté de leur socle dérisoire et fragile.

Gueule béante livrée au brouillard gris,
Colonisée par un régiment de fourmis,
Une bétonneuse hurlait aux fantômes du passé,
La tragédie de son détournement improvisé.

Abandonnée par ses rêves d'éternité,
La ville désolée n'offrait que débris
Aux errances terribles des naufragés,
Êtres maudits, compagnons de sursis.

Puis la poussière s'en est retournée,
Le rideau s'est levé sur les damnés,
Une poursuite interpelle un rayon de soleil,
Une abeille volubile confirme le grand éveil.

Le chaos s'est inscrit aux archives du temps,
Les fissures sont devenues espaces,
Revenez âmes et cœurs palpitants,
La vie a réintégré son ancien palace !