Temps de lecture
1
min

 Alexandrins Amour et famille

Je serai ton étoile 

Claudie

Claudie

235 lectures

28 votes

Elle marchait, Valentine, d'un pas lent, plein de grâce
Sous un soleil brûlant sa peau déjà bronzée
Sur un chemin de terre où plus personne ne passe
Et portant sur son dos son enfant nouveau-né

Elle allait depuis l'Aube, traversant toute l'île
Le souffle pourtant court d'une mère affaiblie
Et le cœur si aimant et maintenant fragile
Déposer son enfant vers un nouveau logis

En quittant son village pour la dernière fois
Elle avait embrassée cette terre nourricière
Qu'elle avait si souvent travaillée de ses bras
Et qui, un beau matin, l'avait couronnée mère

Petite île, perle rouge au doux parfum vanille
Où tes enfants grandissent sous ton aile protectrice
Épousant à la fois la mer et la colline
La forêt et la plaine, Impériales matrices

A la fin du voyage, quand vint le crépuscule
Valentine s'assit sous un grand baobab
Portant contre son sein cet enfant minuscule
Qu'elle vénérait autant que le plus grand nabab

Je te quitte mon enfant, je ne peux être mère
Je m'en vais dans le ciel devenir une étoile
Tu seras Roi mon fils, je serai la lumière
Qui guidera tes pas si ton chemin se voile