Renard

Renard

339 lectures

40 votes

Devant la mer immense mon regard s’est perdu,
Pour un amour immense mes yeux se sont damnés,
Je suis le Bateau Ivre que Rimbaud a rêvé
Et je voudrais mourir échoué sur la rive,
Au soleil de toujours, épuisé et rendu,
De la fatigue immense que l’amour m’a donnée.

Alors je renaîtrai pour mieux me relever
Et je repartirai, mon âme à la dérive,
Vers des horizons fous et des ciels amoureux,
Vers d’immenses désirs et des plaisirs amers,
Vers des songes immenses et des matins heureux.

Un jour, enfin, mon cœur retrouvera la mer...