Temps de lecture
1
min

 Alexandrins Art

Dans l'atelier 

1026 lectures

231 votes

Sur la toile de lin, l’obscur côtoie le clair
Et me voici parée de toutes ses lumières.
Sous vos doigts je prends vie, vos traits me donnent forme,
Dessinent mon visage et ce corps filiforme.

Pendant que peu à peu, vous venez m’habiller
De dentelle éthérée sur ma peau satinée,
Du galbe des mollets, remonte le pinceau
Pour d’un geste assuré me tirer au cordeau.

Fusionnent les couleurs, se noient dans la matière,
Prêtes à m’accorder des formes familières,
Les épaules, le dos, la cambrure des reins,
Remontant lentement jusqu’aux courbes des seins.

Au rouge sont marqués les battements de cœur
Qui viennent se verser dans l’infinie lueur
Quand je sens que frémit le trouble de mon âme
Qu’est venu déposer le couteau de sa lame.