Temps de lecture
1
min
Babs

Babs

43 lectures

45 voix

Le galop irrégulier des chevaux résonne encore à mes oreilles.
J'entends les sabots ferrés frapper sourdement le sable brûlé.
Je sens l'haleine courte et sauvage de ma jument blanche ;
Son ombre fidèle se dessine sur l'étendue nacrée.

Les galopades folles mêlaient nos deux jeunes destins :
Inépuisables randonnées où les sources fraîches étaient notre réconfort.
Nous avons foulé de nos pas toutes les collines et les chemins voisins ;
Tous les prétextes étaient bons pour sortir de notre confort.

Les journées étaient longues, mais lorsque le soir venait,
C'était toujours avec le même enthousiasme que nous nous retrouvions.
Chaque soirée, la nuit tombante nous trouvait en ce lieu assemblés.
L'aventure recommençait, si singulière que s'y adonnaient librement nos passions.

Nos deux rires, semblables à deux oiseaux, s'élevaient.
Notre complicité était telle, si parfaite, si tendre,
Que nous ne nous reprochions jamais aucun méfait :
Nous nous comprenions sans prononcer une parole.