Temps de lecture
1
min

 Sonnet Passion amoureuse

Civet de lapins 

Yannick Pagnoux

Yannick Pagnoux

1274 lectures

168 voix


Chère, en ai-je passé des soirs à vous attendre
Fidèle au rendez-vous près du petit bosquet,
Je restais là, planté, comme un âne au piquet
Dressant l’oreille au pas que je croyais entendre.

Et vous étiez moqueuse à défaut d’être tendre
M’infligeant chaque jour un nouveau sobriquet.
J’étais selon l’humeur, « Chien-Chien », « Nounours », « Biquet »,
Tant, qu’à mon seul amour, j’ai cessé de prétendre.

Pourtant, après trente ans, je crois lire en vos yeux
Je ne sais quel regret intime et merveilleux
De me voir, près de vous, à jamais solitaire.

Mieux vaut rire, à présent, de nous être manqués
En rêvant au civet que l’on aurait pu faire
Avec tous les lapins que vous m’avez posés.