Bretagne mon amour Marie LC

Participant
Grand Prix Printemps 2013

Un petit grain de sable filant entre mes doigts,
Fin comme soie sauvage me ramène chez moi.
Là-bas dans ma Bretagne dont la douceur me hante
Là-bas dans mes rochers que les marées tourmentent.

J’ai comme un vide au cœur de ne plus voir son ciel
De nuages pommelés et dont le bleu se noie
Dans les vagues d’écume qui aux écueils se broient
Portant dans leur vacarme le goût fort de leur sel.

Il me manque le vent qui frémit dans les mâts,
La couleur des couchers quand la mer est étale
Les rageuses tempêtes qui font craquer les voiles
Et la moisson des blés quand le soleil rougeoie.

Le goût me manque aussi des galettes au blé noir
Des crêpes que grand mère nous préparait souvent.
Ils laissent un souvenir au fond de ma mémoire
Un souvenir d’enfance au parfum enivrant.

J’ai l’impression parfois de mourir doucement
Sans ma terre Bretonne et ses landes au vent.
Mon Iroise fougueuse le cri des goélands
A mon cœur d’exilée manquent cruellement.

Je suis comme amputée d’une partie de moi
Quand je ne peux plus voir dans sa beauté sauvage
Ma merveilleuse mer mourant sur les rivages.
Ma Bretagne je t’aime et suis trop loin de toi.

Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.
Signaler un abus

à découvrir
de la même thématique

POÈMES
490 lectures 61 votes

La nouvelle est tombée, le ton est sans réplique :J’ai perdu la maîtrise de mon taux glycémique.Aucun antécédent, ni ancêtre glycolique,J’ai ... [+]

Lauréat
Grand Prix Automne 2013

à découvrir
au hasard

POÈMES
490 lectures 61 votes

La nouvelle est tombée, le ton est sans réplique :J’ai perdu la maîtrise de mon taux glycémique.Aucun antécédent, ni ancêtre glycolique,J’ai ... [+]

Lauréat
Grand Prix Automne 2013

à découvrir
au hasard

POÈMES
931 lectures 44 votes

Oh là là un sonnet, ce n’est pas si facileDe trouver le bon vers et le nombre de pieds ;Même pour s’amuser d’une muse futile,Il faut savoir compter sur le bout de... [+]

Lauréat
Grand Prix Été 2012

Quelque chose à ajouter ?

comments powered by Disqus