Temps de lecture
4
min

Le rire de Dean 

Browniejune

Browniejune

1517 lectures

822 voix

Dean Thomas lui avait toujours paru comme un garçon enjoué.

Heureux de découvrir le monde de la magie, puisque malgré le fait qu'il soit un Sang-Mêlé par son père, celui-ci avait abandonné la mère de Dean ainsi que leur fils pour les protéger. Ainsi donc le jeune homme avait été élevé dans le monde moldu.

Amusé par la maladresse et quelque peu par la folie de son meilleur ami Seamus Finnigan.

Et loyal, toujours présent envers ses amis.

En effet, Hermione l'avait rarement vu triste, en colère, ou même ennuyé. Elle s'était souvent fait la remarque qu'il était plaisant de faire partie de son entourage, qu'il était agréable de regarder son visage avenant, ses yeux lumineux et curieux de tout, son sourire qui semblait ne jamais le lâcher. Et qu'il était étourdissant de l'entendre rire. Où qu'il soit, il riait fort et profondément. Un rire sincère et complètement craquant qui éveillait toujours le sourire de la sorcière.

Mais cette vision qu'elle avait de lui se brisa. Durant leur sixième année, Hermione découvrit que Dean n'était pas qu'un rire. Et que son regard pouvait s'assombrir.

C'était un soir, la sorcière s'était rendue dans le dortoir de ses deux meilleurs amis pour déposer dans les affaires de Ron un de ses devoirs qu'il lui avait demandé de corriger. Elle n'avait pas croisé le rouquin dans la salle commune et comptait bien aller se coucher alors elle avait fait au plus simple plutôt que de le chercher partout. Mais quand elle était arrivée dans leur dortoir, elle avait découvert Dean.

Et il ne se ressemblait plus. Elle était restée là, à la porte, plusieurs minutes, pétrifiée. Elle le regardait et elle sentait la tristesse se répandre en elle au fur et à mesure qu'elle le détaillait. Ses yeux, il n'y avait plus aucune lumière. Son visage, ses traits étaient crispés. Sa bouche, aucun sourire n'étirait ses lèvres.

Alors son corps prit les commandes pour elle et s'avança de son propre chef vers le garçon qui était allongé sur son lit. Quand il la remarqua, son regard s'alluma un tant soit peu de curiosité et quelque part en elle, le soulagement souffla doucement.

Elle tritura ses mains moites, mal à l'aise et s'éclaircit la gorge avant de parler.

- Je... J'étais venue déposer un devoir pour Ron.

Il hocha la tête et garda ses yeux ancrés dans les siens. Elle savait bien que sa phrase n'expliquait que sa présence dans le dortoir mais pas ce qu'elle faisait là, à le regarder mais elle ne dit rien de plus. Ne quittant pas son regard, elle chercha à tâtons dans son sac, la pochette pour son meilleur ami et la serra un poil trop fort entre ses doigts.

Elle se mordit la langue afin de s'obliger à lâcher ses yeux et détailla le lieu, trouvant sans peine le coin de Ron. Un sourire furtif éclaira son visage devant les banderoles et drapeaux des Canon de Chudley accrochés au dessus de son lit. Elle posa la pochette sur la table de nuit et prit une inspiration avant de se retourner vers Dean. Il la fixiait toujours.

- Bon, eh bien, je devrais peut-être y aller. Bonne nuit...

Hermione commença à marcher doucement vers la sortie sans que le sorcier ne lui réponde. Mais arrivée à la porte, ce fut plus fort qu'elle. Sa curiosité, et quelque chose d'autre au fond d'elle, la firent se retourner. Dean la regardait cette fois-ci, un minuscule sourire au coin de sa bouche et un de ses sourcils relevé, la questionnant en silence. Elle se mordit la lèvre et laissa échapper un sourire coupable.

- Tu ne veux pas parler ? Je te promets que je peux être une oreille attentive !

Le sorcier secoua la tête, amusé et se décala sur son lit afin de lui faire une place.

- C'est ta curiosité ou le fait que tu veuilles répandre le bien tout autour de toi qui explique ta présence près de moi tu crois ? demanda Dean tandis que la jeune fille s'installait près de lui.

Elle avait enlevé ses chaussures, s'était assise en tailleur à ses côtés, lui présentant son dos puisque lui était toujours allongé, et essayait de lisser le tissus de sa jupe recouvrant ses jambes.

- Un peu des deux sûrement mais...

- Mais ?

- Mais il y a autre chose. Je pense que je déteste te savoir triste.

- Euh et bien, c'est gentil ? Enfin, je veux dire de vouloir que les gens soient heureux.

Hermione ne put retenir un petit rire, la discussion était maladroite. C'était logique après tout, ils n'avaient jamais été particulièrement proches tous les deux. Ils s'entendaient bien, s'appréciaient et ne s'étaient même jamais disputés. Ils passaient du temps ensemble quand ils étaient en groupe, que ça soit avec Harry, Ron, Seamus ou même Neville, mais elle ne se souvenait pas d'un seul moment où ils avaient été seuls tous les deux.

- Ce n'est pas ce que je voulais dire... Enfin, bien sûr que je ne souhaite pas le malheur des gens mais ce à quoi je pensais plus précisément c'est que je ne t'avais jamais vu abattu ou énervé. Tu es du genre joyeux et j'aimerais vraiment que tu le restes.

Elle tourna la tête vers lui et découvrit un sourire triste sur son visage. Il haussa une épaule avant de lui répondre.

- C'est humain d'avoir du chagrin tu sais, ça passera, ne t'inquiètes pas.

Hermione se déplaça complètement vers Dean, s'allongeant sur le ventre et posant sa tête sur ses bras croisés. Il n'avait toujours pas bougé, son visage à peine tourné vers elle. Elle le détailla du regard en silence, avant d'oser poser la question qui ne quittait pas son esprit.

- C'est à cause de Ginny ?

Elle le vit fermer les yeux quelques secondes à peine et pincer les lèvres. Comme beaucoup d'élèves de leur maison, elle avait assisté à leur rupture.

- Je n'étais que de passage de toute façon, souffla-t-il doucement.

Hermione grimaça. Elle savait que son amie était sortie avec Dean en attendant Harry. Elle attendrait toujours Harry...

- Tu as raison, c'est humain d'avoir du chagrin, répondit-elle finalement en pensant à Ron et Lavande.

Le garçon à ses côtés devait ressentir une douleur semblable à celle qu'elle avait ressentie quand le rouquin était sortie avec sa camarade de chambre... Elle se souvient que Harry avait été là pour elle à ce moment-là, elle se demanda alors où était Seamus, après tout il était le meilleur ami de Dean, il était le mieux placé pour le réconforter.

- Seamus sait que tu es là ?

- Oui, mais je lui ai demandé de me laisser seul. J'avais envie de rester seul.

Hermione nota l'emploi du passé et fut ragaillardie par le fait qu'il accepte sa présence près de lui. Elle lui sourit avec douceur et prise d'une impulsion, tendit sa main vers lui. Il eut l'air de comprendre puisqu'il agrippa ses doigts aux siens.

La jeune femme fixa leur étreinte, le contraste de leurs peaux noir et blanche, cela semblait juste. Quand elle leva les yeux vers son visage, ses paupières étaient baissées, ses traits avaient retrouvé un air serein. Il semblait apaisé.

Elle voulait bien lui tenir la main tous les jours si cela lui faisait retrouver le sourire.

Et d'un coup, comme ça, sans prévenir, il se mit à rire. Ce rire qu'elle aimait tant, qui lui réchauffait le corps et le coeur. Qui résonnait fort en elle. Son rythme cardiaque accéléra et elle lui demanda pourquoi ce rire soudain.

- J'étais en train de penser aux réactions des gars, surtout de Harry et Ron, s'ils rentraient dans le dortoir et nous trouvaient sur mon lit comme ça.

Ses yeux étaient lumineux et ses lèvres retroussées laissaient percevoir ses dents blanches. Réchauffée, Hermione se mit à rire avec lui.