Temps de lecture
4
min

L'affaire Grinlow 

Thimul

Thimul

292 lectures

291 voix

Cher Monsieur Harry Potter,

Tout d’abords, le ministère de la magie tient à vous présenter toutes ses félicitations pour votre mariage avec Miss Ginny Weasley.
Nul doute que cette cérémonie aura désespéré plus d’une de vos admiratrices, mais la fin de votre célibat permettra peut-être d’en calmer certaines. Ici, le défilé incessant des hiboux a provoqué la démission de deux secrétaires et l’hospitalisation de la préposée au courrier des aurors. Après vérification, il s’avère qu’elle ne supportait plus les marques d’attention que vous portait la gent féminine. Elle était totalement dévorée par la jalousie, puisqu’elle avait entreprit elle aussi de vous déclarer sa flamme. Elle a été surprise par le directeur des aurors alors qu'elle s’attaquait aux volatiles postaux en leur jetant des « stupefix » à la volée. Elle a ensuite tenté de jeter un sort Doloris contre ce dernier quand il s’est permis de lui faire remarquer qu’elle avait près de 62 ans de plus que vous. Elle est actuellement à l'hôpital Ste Mangouste où elle ingurgite suffisamment de potion pour lui faire entendre raison, du moins nous l’espérons.
Plus préoccupant fut le cas de Miss Grinlow que nous avons eu à traiter en urgence et dont nous devons vous entretenir. Cette jeune sorcière voue à votre personne un véritable culte qui frise l’obsession. Elle est connue pour rechercher et collectionner tous les objets ayant de près ou de loin un rapport avec votre lutte contre celui dont on ne doit pas prononcer le nom. Elle est seule descendante d’une puissante famille de sorciers au sang pur et elle est tellement riche qu’elle possède trois coffres dans la banque Gringotts, tous pleins d’une quantité d’or à peine imaginable.
Un quatrième coffre renferme les objets rares de sa collection. Grâce à ses relations, elle s’est portée acquéreuse, entre autre, de la voiture volante qui rouillait au fond de la forêt interdite, du diadème de Rowena Serdaigle, du journal de Tom Jedusor, et d’une dent du basilic. L’école de Poudlard s’est par contre formellement opposée au rachat de l'épée de Gryffondor et du Choixpeau magique.
Miss Grinlow n’a pas fait que s’intéresser aux objets les plus emblématiques de votre formidable épopée qui nous a débarrassé définitivement de vous savez qui. Il s’avère qu’elle est allée beaucoup plus loin dans ses recherches et que parmi toutes ses manies, la plus obsessionnelle reste sa quête incessante de toutes les baguettes magiques fonctionnelles ou non qui ont de près où de loin un rapport avec votre affaire. Elle rachète à prix d’or les anciennes baguettes de vos amis, et possède même un morceau de celle de Dumbledor. Hormis votre propre baguette, celle de votre agréable épouse et celle de Miss Granger, elle a réussi à convaincre tout le monde de lui céder contre une quantité impressionnante de pièces d'or cet objet personnel que vendait notre cher Ollivander sur le chemin de traverse. Par la même occasion elle en profite pour recueillir les témoignages de tous les protagonistes.
Le ministère s’est bien entendu inquiété de ce trafic et a ordonné que toutes ces baguettes soient rendues inutilisables ce qui a été fait sauf pour l’une d’elles que nous pensions désactivée. Vous vous rappelez bien entendu votre mésaventure dans la voiture volante et la baguette brisée de Monsieur Ron Weasley. Après bien des recherches, et toujours grâce à ses capacités financières, Miss Grinlow a localisé cette baguette et obtenu l’autorisation d’effectuer des fouilles dans le tunnel qui mène à la chambre des secrets. Depuis qu’elle a été trouvée elle a rejoint les autres objets dans le coffre de cette riche héritière.
Mardi dernier, d’après les Gobelins de la banque Gringotts, elle a fait ouvrir son coffre et en a sorti précisément la dite baguette. Elle s’est ensuite rendue à l’hôpital Ste Mangouste pour y rencontrer l’ex-professeur Gilderoy Lockhart et lui montrer le bois de frêne brisé de Monsieur Weasley. Nous n’avons pas pu savoir ce qu’ils se sont dit, car le pauvre Gilderoy n’en a aucun souvenir, mais nous pensons qu’elle cherchait à se procurer un des rares témoignages qui lui manquait. Elle avait certainement imaginé que la vue de la cause de son amnésie provoquerait un choc psychologique apte à lui rendre une partie de sa mémoire. Si c’est le cas, elle en a été pour ses frais. Le pauvre bougre est toujours dans l’état qu’il a lui-même provoqué en tentant de vous agresser.
Vous savez comment sont les collectionneurs qui passent à côté de l’objet de leur convoitise. D’après les employés de la clinique, Miss Grinlow est ressortie de son entrevue extrêmement abattue.
La suite, nous la connaissons de la bouche de son Elfe de maison. Ce dernier, qu'elle a rendu libre en lui offrant il y a de nombreuses années de cela une chaussure trouée d'un très beau vert émeraude, est inconsolable. Il passe la plupart de son temps à se frapper la tête avec tout ce qui passe à sa portée pour se punir de ne pas avoir su éviter l’accident. Nous avons tout de même pu apprendre que dans la soirée la jeune sorcière, pour noyer son chagrin, a ingurgité une bouteille entière d’hydromel aux épices.
Les idées peu claires elle a sortie de son sac la baguette cassée et a semble-t-il décidé de rejouer fictivement l’épisode où Lockhart tenta sur vous le sortilège d’oubliette. Toujours d’après les dires de son elfe, elle a marmonné quelque chose d’assez peu compréhensible et un grand éclair est sorti par l’arrière pour la frapper en pleine poitrine, détruisant à l’occasion la moitié de son superbe salon. Miss Grinlow a été hospitalisée d’urgence à Ste Mangouste, et à son réveil, nous avons pu constater l’effet étrange produit par le sort mal formulé par une baguette abîmée.
Elle n’a plus aucun souvenir de son passé de sorcière et pire, elle se croit définitivement moldu. Après concertation, nous avons décidé que son état ne nécessitait pas une hospitalisation et qu’elle pouvait sortir. Nous lui avons donné une autre identité, et elle vivra maintenant au milieu de ces bougres qui fascinent tant Arthur. Il a été assez compliqué de créer tout un tas de faux souvenirs chez elle et dans son nouvel entourage mais nous sommes plutôt satisfaits et fiers du résultat obtenu.
Le plus étonnant dans cette histoire, c’est l’obsession de votre personne qui est demeurée quasi intacte à cette différence qu’elle vous pense sorti de son imagination. Nous avons tenté de prolonger le sortilège d’oubliette pour vous effacer complètement de sa mémoire, mais elle est devenue totalement immunisée contre ce sort. Tout ceci ne devrait pas avoir grande importance. Elle est maintenant une jeune femme pauvre, sans aucune influence, qui cherche un emploi et je doute que ses élucubrations puissent intéresser un quelconque moldu.
Nous tenions donc à vous préciser que le cas de Miss Grinlow, nouvellement nommée Miss Rowling, nous apparaît comme définitivement réglé.

Veuillez agréer, Monsieur Potter, nos sincères salutations et le renouvellement de tous nos vœux de bonheur.


Kingsley Shacklebolt, Ministre de la magie