Katmandou, mon amour... Chrislor

Participant
Grand Prix Printemps 2013

J’ai vécu voici prés de 15 ans, une merveilleuse histoire d’Amour, un beau roman à jamais enfoui dans ma mémoire, qui me laisse le souvenir d’une magnifique et extraordinaire Aventure sous le beau ciel d’Orient.
Cette année là, nous partons, des amis et moi même en voyage au Népal, pays de montagnes gigantesques et de calme absolu. Aucun pays au monde n’est capable comme le Népal de s’emparer totalement de votre cœur et de votre âme, et dés notre arrivée à Katmandou, je suis subjuguée par l’ambiance magique et mystérieuse de cette ville.
Les étrangers qui viennent au Népal découvrent toute une dimension de leur être, dans l’Art, la spiritualité ou simplement dans la manière de vivre, car ce pays donne ce qu’on en attend et au-delà....
Immédiatement, nous plongeons dans un monde fascinant, une autre époque située loin, très loin de notre confortable monde européen.
Katmandou aux mille visages, véritable cour des miracles débordante de vitalité, où une foule incroyable aux couleurs chatoyantes, déferle des innombrables ruelles de la ville.
Katmandou, ville d’ Amour et de sérénité !
Le charme de cette capitale réside essentiellement dans la vieille ville. Le pittoresque des rues qui débouchent sur la place centrale « Hanuman Dhoka », est digne d’un conte des mille et une nuit.....
Les porteurs de »rickshaws » (bicyclette à 2 places ), qui attendent d’emmener pour quelques roupies les touristes à travers la ville, les marchands de plein air qui vendent un bric à brac inimaginable, les jongleurs, les charmeurs de serpents, les belles népalaises aux saris de soie multicolores ou en robes couleur
safran, les nombreux enfants qui se bousculent pour vous soutirer une roupie, les artisans installés à même le trottoir : tisserands, coiffeurs, vanniers, potiers et surtout, tous ces « sadhu » (moines mendiants hindous), qui sont le plus souvent assis en lotus.
TOUS ont en commun une incroyable joie de vivre !!
Leur sourire est sincère, vrai, authentique. Leurs yeux vifs pétillent de malice, le mot « hospitalité » a conservé pour eux tout son sens sacré. Les voyageurs sont les bienvenus, les népalais vous accueillent naturellement, sans hypocrisie, sans calcul. Ils sont désintéressés , et c’est avec un plaisir évident qu’ils vous reçoivent dans leur merveilleux pays.
Katmandou possède un grand nombre de temples, dont plusieurs regroupés sur la place Hanuman Dhoka. La prolifération des Dieux est importante au Népal, et la profusion de divinités dotées de nombreux bras est caractérisée par des statues ornant les façades des monuments. L’abondance de ces temples aux toits dorés est le symbole d’une quête spirituelle importante !
Notre hôtel inspiré de l’architecture tibétaine, a la forme d’une pagode, comme presque toutes les constructions de la ville. Il est très confortable et la vue est grandiose ! de ma fenêtre je contemple ce paysage féérique des montagnes les plus hautes du monde.
Spectacle unique : les sommets majestueux de l’Himalaya se détachent sur un ciel d’un bleu très pur. Je me sens minuscule devant une telle beauté sauvage !
L’envie de partir à l’assaut de ces pics étincelants de neige et de soleil, d’aller me perdre dans ce fabuleux territoire, d’avoir un contact réel avec les populations des vallées isolées, où les peuplades aux différentes ethnies vivent toutes en parfaite intelligence, où l’accueil est chaleureux, profond, tout cela me tente et m’attire infiniment.....
Mes amis sont également décidés à marcher pendant quelques jours, occasion unique d’aborder ce grand massif himalayen et découvrir des villages où le mode de vie traditionnel a été préservé, grâce à son environnement montagneux.
Arpenter les sommets du « Toit du Monde », l’ Everest, n’est pas pour nous, pauvres amateurs, mais faire un peu de trecching avec un guide et plusieurs « sherpas », nous intéresse beaucoup. Nous nous mettons en contact avec des organisateurs népalais pour préparer ce périple qui doit durer une dizaine de jours, et me laisser dans le cœur mon plus beau souvenir.....
Un matin, nous partons enfin, avec Tansen, notre guide local et 4 sherpas (porteurs qui vont nous aider à transporter nos divers bagages)
Un autocar bondé –expérience inoubliable- nous emmène à Pokhara, ville située à 200 km de Katmandou, et qui est l’un des points de départ d’un grand nombre de trecchings. Nous traversons la rivière sacrée « la Bagmati River » où de nombreux hindous viennent offrir des colliers de jasmin, habillant ainsi ses eaux d’une multitude de pétales de fleurs. Tout au long de la route tortueuse et défoncée par la dernière mousson, pas goudronnée, sans panneaux de signalisation, le chauffeur klaxonne sans arrêt..... il essaie d’éviter les vaches sacrées qui promènent paisiblement, les chiens errants, la foule bruyante des villageois, les nombreuses bicyclettes, tout un monde disparate et grouillant, qui nous plonge en plein cœur du Moyen-Age !!
Nous arrivons enfin à Pokhara, qui s’étale au pied de l’imposant massif de l’Annapurna. Le lac Phewa attire les visiteurs en mal de pureté absolue. Les cimes couvertes des neiges éternelles se reflètent dans ses eaux d’un bleu émeraude. Le paysage est fantastique : c’est le paradis à l’état pur !
Après avoir passé une agréable nuit, au repos bien mérité, face à ce splendide lac, c’est le cœur plein de joie et d’impatience que nous commençons à sillonner les pistes empierrées. L’air embaume du parfum des jasmins et des citronnelles. Notre itinéraire doit nous mener en moins de 10 jours de marche, à l’un des plus beaux panoramas de montagnes et glaciers de l’Himalaya : au pied du massif de l’Annapurna, le pays Gurung. Le sentier chemine à travers une variété de paysage saisissant.

Nous traversons des petits villages aux vieilles maisons suspendues, construites à flanc de montagne. De temps à autre de beaux et mystérieux visages se penchent aux fenêtres en bois sculpté, et nous lancent un sourire empli de douceur et de spontanéité. Les collines sont découpées en d’immenses terrasses, avec de ci de là, des temples dédiés à différents Dieux : Shiva, Vishnou, Krishna, Brahma, Ganesh sont les divinités les plus vénérées au Népal. Nous croisons des fidèles, des pèlerins, des moines errants, des cortèges de lamas (prêtres) aux grandes robes, les bras chargés d’offrandes, et qui vont se recueillir devant ces édifices sacrés.
Après 4 heures de marche, nous avons l’impression d’être dans un autre monde, d’avoir quitté notre planète, le dépaysement est total ! Nous nous arrêtons à l’entrée d’un monastère d’où s’échappent des flots de moulins à prière qui tournent inlassablement, et où se pratiquent encore les rites anciens du « lamaîsme » tibétain. Nous sommes surpris par la litanie des formules sacrées sans cesse répétées par les moines. A la recherche de l’Absolu, ils méditent en silence, espérant accéder à l’Illumination, au « Nirvana » et cela m’impressionne terriblement !
Nos sherpas préparent le rituel du thé, pendant que nous nous reposons, repus par nos premières heures de marche. U n des sherpas, Mohan, me tend un petit bol en terre brune, empli de thé brûlant. C’est le plus jeune de nos compagnons de voyage : une beauté sensuelle se dégage de tout son être. Sa peau très brune, couleur caramel, ses grands noirs et vifs, sa bouche voluptueuse qui s’entrouvre sur de belles dents blanches, sa chevelure noir de jais, tout m’attire irrésistiblement vers lui......
Je lui souris en prenant le bol de thé. Nos yeux se croisent, nos regards s’emmêlent , et, telle une enfant je rougis, génée , tandis qu’un trouble incroyable m’envahit.....
Nous reprenons notre marche en direction de Dhumpus, où nous devons passer la nuit, adorable petit village situé au sommet d’une crête, face au Machapuchare culminant à 7990 m, d’où la vue est impressionnante. Nous sommes accueillis par les habitants avec une joie non feinte, la vue d’un visiteur étranger restant pour eux une nouveauté et un prétexte pour faire une....fête !!
Nous dégustons donc avec toute la population, un savoureux « curry », puis un « lassi », délicieux yaourt liquide. Dans l’unique rue du village, l’animation est permanente : les femmes vêtues de leurs saris de soie aux couleurs chamarrées, les turbans les plus rutilants, nous font un accueil des plus chaleureux !
Et c’est, épuisés, mais heureux, que nous nous endormons pour une nuit de sommeil bien mérité !
Réveillés par le chant mélodieux des oiseaux sauvages, nombreux au Népal, nous partons, après avoir bu le traditionnel thé, en direction de Ghandrung, capitale du pays Gurung.
Nous traversons une forêt parsemée de rhododendrons en fleurs et d’orchidées sauvages. Des petits lacs jonchés de nénuphars nous offrent quelques instants, la fraîcheur de leurs rives.
Mohan marche devant moi, en tête de notre petit groupe, son agilité à se faufiler le long des sentiers, son allure fière et haltière, sa peau cuivrée, le font ressembler à un félin....Je me force à détourner mes yeux de ce corps superbe, qui me trouble tant, et j’admire le magnifique et irréel paysage qui s’offre à moi. La nuit tombe, lorsque nous arrivons à Ghandrung, joli village au pied de l’Annapurna sud. Après une copieuse collation, faite de chapatis, de lentilles mijotées avec des haricots rouges, et, des morceaux de mouton épicés, nous assistons à une soirée musicale : cymbale, sitar, tabla se mêlent en un doux chant harmonieux. Je suis sous le charme de cette envoûtante musique, de ce moment privilégié, où seules les âmes se parlent, où nos pensées communiquent, pas besoin de mots, de paroles superflues, nous nous comprenons, et dans la pénombre, face à la vue sur la vallée étincellante dans le soleil couchant, je devine les regards brûlants de Mohan qui m’enveloppent......
Le lendemain, nous passons un col situé à 3000 m, après avoir parcouru une splendide forêt, et continuons notre chemin vers le village de Ghorapani. Le paysage change, l’aspect est de plus en plus sauvage, désertique, et ressemble beaucoup à son voisin, le Tibet. Les nomades qui sillonnent ces hauts plateaux, nourrissent leurs yaks d’une soupe faite de farine, d’herbes séchées et de thé...Les conditions de vie sont difficiles, et la marche est l’unique moyen d’aller à la rencontre des habitants de ces vallées perdues.
C’est alors qu’au détour d’un sentier, ébloui par ce site si pur, si beau, je bute contre une pierre, et de tout mon long, je m’étale sur un rocher...Tansen, notre guide se précipite vers moi, et d’une main experte, tâte mon pied qui enfle très vite. J’ai la cheville foulée...Tansen me propose de rester à Karé, le hameau le plus proche, et d’attendre le retour du petit groupe, au plus pendant 7 jours. Il connaît des villageois qui ne demandent qu’à m’offrir l’hospitalité et me soigner.
J’insiste tellement, que mes amis acceptent de me laisser, à condition qu’un de nos sherpas reste avec moi. Tansen désigne alors l’homme qui depuis 2 jours fait battre mon cœur un peu plus vite, et qui m’affole terriblement......Mohan !!!
Ce fut une semaine de bonheur inouï, des jours irréels, des instants de joie, des moments heureux défiant toute imagination !
Au cœur secret de ces montagnes, dans une atmosphère inoubliable, au pays des sherpas, j’ai connu l’ Amour.......
Les habitants qui nous hébergent sont très accueillants, ils m’allongent sur un tapis tissé en poils de yaks, et apporte à Mohan une étrange mixture, faite de poudres et d’herbes séchées pour m’en enduire la cheville. Je sens une étrange torpeur m’envahir....
Eclairés par des bougies, réchauffés par une préparation à base d’alcool népalais, nous nous fixons Mohan et moi sans parler. Nous ignorons nos langues respectives. Mais à quoi servent les mots dans ces moments là ?? Instants magiques où seuls les sourires et les regards en disent tellement longs....Un sentiment mystérieux et puissant nous unissant.....
Me prenant dans ses bras, Mohan me caresse lentement les cheveux, le visage. Je ferme les yeux, souhaitant que le temps suspende son vol... Il pose sa bouche doucement sur mes lèvres.....La pièce paraît vaciller... et je me sens défaillir....Son baiser brûlant où couve toute sa passion contenue, me fait perdre la notion du temps....Sa peau très douce, ses longues mains fines et caressantes, ses jambes viriles, son corps d’une sensualité sauvage, nos étreintes ardentes, me plongent dans une folle volupté !!
Nous nous endormons à l’aube, nos corps abandonnés, nos sueurs mélées , nos doigts enlacés , un sourire de bienheureuse béatitude sur les lèvres, dans une profonde impression de calme et de sérénité....
« Namasté » me dit il d’une voix très douce, quelques heures plus tard. Cela veut dire « bonjour » en népalais. Je suis sous le charme de Mohan , en osmose complète avec lui, avec nos hôtes, avec ce formidable pays.....
Nos chers villageois viennent nous offrir le « pan » (pâte à mâcher faite de feuilles de bétel ) qui rougit les dents. Ils possèdent une échoppe d’artisanat local très original : dans leur bazar animé en permanence, trônent des écharpes brodées de fil d’or, des masques et marionnettes en papier mâché, des bijoux, des épices, des perles. C’est un univers baroque, gai et agréable, à l’image de ces marchands si sympathiques.
Un soir, où nous nous sommes une fois de plus aimés passionnément, Mohan se lève et va dans la boutique parlementer avec nos amis népalais. Il revient et me passe au doigt un vieil anneau doré...
Journées merveilleuses écoulées lentement dans ce pays d’Asie, où l’Amour prend une dimension si différente de nos idées reçues européennes !
Vint le jour fatidique, où le petit groupe nous rejoint, inquiet d’avoir de mes nouvelles. Ils sont heureux d’apprendre que ma cheville va beaucoup mieux, et je leur cache ma semaine idyllique dans ce paradis lointain.....
Nous repartons. Mohan a repris sa place en tête du groupe. Le charme est rompu...
Trop de monde entre nous ! Nous ne sommes plus seuls au monde !! Le rêve s’est éteint....
Nous arrivons à Katmandou, où l’air chargé de jasmin et de lotus, où la ville lumineuse et profonde par son caractère spirituel omniprésent, laisse au visiteur, une étrange impression.....celle qu’il reviendra un jour....
Car, je me promets bien sûr, de revenir au Népal, où je laisse une partie de ma vie...
Le cœur lourd, je quitte ce magnifique pays, où vit l’homme qui a su me faire vibrer d’amour, ce pays où les coutumes, les traditions si différentes de notre civilisation, a si bien su prendre une part de moi même.....
Car cette histoire d’Amour, je l’ai vécue avec un homme certes, mais aussi avec un pays !

Adieu, Katmandou

Adieu Mohan....

15 ans ont passés, je ne suis jamais retourné au Népal......
Je n’ai jamais revu « mon » sherpa....

Aujourd’hui encore, je ne sais si j’ai réellement vécu cette belle histoire, ou si je l’ai rêvé......

MAIS à mon doigt, l’ANNEAU DORE est toujours là !!!! pour me rappeler ma folle aventure népalaise....

Et je garde au fond de moi, le souvenir amer d’un paradis à jamais perdu........

Le prix est terminé mais vous pouvez continuer à aimer.
Signaler un abus

à découvrir
du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS
46 lectures 4 votes

Voici une étonnante histoire sur l’Amitié, la Différence et la Solidarité..... Arthur a 6 ans, il vit dans un quartier résidentiel, dans une famille ... [+]

Participant
Grand Prix Printemps 2013

à découvrir
de la même thématique

POÈMES
182 lectures 17 votes

Je t’offre un voyage ami amie et plus loin sans doute Un lieu où poussent les pommes, l’espoir et lait fraise Et toi tu raves partie en courant d’air sur mes chants Je tangue... [+]

Finaliste
Grand Prix Automne 2013

à découvrir
au hasard

NOUVELLES
656 lectures 52 votes

Je possède un avantage indéniable sur une grande partie de l’humanité : je suis belle. Rousse, grande et jeune. Une beauté qui se remarque, un avantage qui se ... [+]

Lauréat
Grand Prix Été 2013

Quelque chose à ajouter ?

comments powered by Disqus