Temps de lecture
3
min

H. P ne signifie pas toujours Harry Potter 

Sylvie Loy

Sylvie Loy

707 lectures

590 voix

Extrait de la Gazette locale des Moldus :
H. P ne signifie pas toujours Harry Potter !
Une patiente de l'H. P (Hôpital Psychiatrique) a été interpellée devant la maison de J.K. Rowling en train de fouiller dans ses poubelles. L'air de rien, elle récupérait des feuilles de notes de l'écrivain pour, soi-disant, tapisser les murs de sa chambre. Désormais soignée dans une unité de soins spécifiques, elle avoue elle-même avoir mal agi et adresse ses excuses pour sa Fanfiction qui n'est autre que le fruit de son imagination et non pas, comme elle le clamait à cor et à cri avant sa piqûre, un épisode secret jamais publié par J.K. Rowling. Voici pour nos lecteurs du journal cet extrait qui a bouleversé la communauté de fans du célèbre Harry Potter :

"C'est après le Bal de Noël que Harry réalisa la complexité des sentiments qu'il éprouvait pour Hermione. Au bras de Krum, elle était si différente. Une ébauche de femme avec ses cheveux disciplinés, sa robe légère et aérienne, son port de tête gracieux et ce sourire...ravageur. Harry se demandait comment il avait pu ne pas voir combien Hermione était... belle ? Charmante ? Séduisante ? Il avait beau s'évertuer à chasser de son esprit l'attirance qu'il ressentait pour Hermione, elle revenait à coup de flashs devant ses yeux et de picotements dans son cœur.
La nuit après le bal fut courte. D'autant plus courte que Harry ne put fermer l'oeil tout tendu vers l'idée d'une idylle avec son amie. Le lendemain matin, naturellement, il la trouva dans la Salle Commune, studieuse, le nez dans ses grimoires. À sa vue, il s'émerveilla encore de sa beauté. Elle leva la tête, lui sourit et d'un geste l'invita à s'asseoir en face d'elle. Elle murmura une formule magique et un copieux petit déjeuner apparut alors qu'il prenait place.
- Tu... heu... tu vas bien ? bégaya un Harry, penaud et transi d'amour.
- Très bien merci ! Toi, tu sembles épuisé par contre.
La situation était idéale pour parler de son coup de foudre. Car ils étaient seuls dans cette immense Salle Commune alors que tous les autres apprentis sorciers dormaient encore.
- Hermione, écoute, je sais que tu vas trouver ça étrange. Que je te fasse cet aveu maintenant. Alors que j'aurais pu le faire avant. Mais disons que, de te voir hier soir dans cette robe de soirée si vaporeuse, a créé chez moi un choc. J'ai enfin réalisé mes sentiments à ton égard, et...
- Oh Harry...
- Non, laisse-moi finir avant que le courage ne m'abandonne. Hermione, je sais que tous les deux, nous sommes amis. Mais notre relation amicale peut évoluer vers l'amour. Je le sais. Je le sens en moi. Hermione, je crois que je t'aime depuis le premier jour où mes yeux se sont posés sur toi.
- Harry... sincèrement, je pensais que ce jour n'arriverait jamais. Je ne l'espérais plus.
- Hermione, alors toi aussi ?!
- Non Harry. Tu te trompes. Je ne peux pas t'aimer d'amour. Car... Oh Harry, ne comprends-tu pas ce qui se passe ? Regarde donc les événements ! Quand je suis avec toi...
-... il ne m'arrive rien.
- Pourquoi d'après toi Harry ? Pourquoi ne t'arrive-t-il rien ? Je vais te le dire moi...
Harry se figea comme frappé par un sort Stupéfix. Puis il s'effondra, la tête sur la table, les mains sur les oreilles.
- Non Hermione, tais-toi ! Je ne veux pas l'entendre !
C'est alors que Dumbledore, encore costumé de la veille et la barbe parsemée de Bièraubeurre sèche, apparut :
- Mon Cher Harry, écoute-moi. Hermione a agi dans ton intérêt. Te cacher son identité te préservait des attaques de Voldemort. Car Hermione, tu l'auras compris, a du sang de Lily, ta mère, qui coule en elle.
Hermione se leva. Fit le tour de la table, enserra dans ses bras un Harry toujours écroulé sur la table et chuchota à son oreille :
- Nous te l'aurions dit Harry si tu étais tombé amoureux de moi avant bien entendu.
Harry leva enfin la tête et, même s'il connaissait déjà la réponse, demanda à Dumbledore :
- Alors, c'est donc vrai ?
- Oui Harry. C'est la réalité. Lily a eu une liaison avec un Mangemort avant James. De cette union est née Hermione. Pendant sa grossesse, elle réalisa l'erreur de cette relation néfaste en rencontrant James. Ton père avait un cœur immense et il accepta l'arrivée de Hermione au sein de leur foyer. Foyer qui s'agrandit avec l'annonce d'une autre grossesse très rapidement : Harry, tu étais en route peu après la naissance de Hermione.
- Harry, regarde-moi ! supplia d'une petite voix Hermione.
Harry se retourna vers elle et fouilla son regard à la recherche d'ironie ou de mensonges. Mais il ne rencontra que des yeux brillants de vérité.
- Alors, je veux que tu me l'annonces toi-même Hermione...
- D'accord. Harry, je suis... Harry, je suis ta sœur."

Extrait de la Gazette locale des Moldus de la semaine suivante :
H. P ne signifie pas toujours Harry Potter (suite) !
On se souvient tous de la zizanie que cette auteure a semée sur le site communautaire ShortEdition il y a quelques jours en révélant le lien fraternel qui unirait Harry Potter à Hermione. Bien qu'elle prenne docilement son traitement, l'équipe soignante a décidé, dans le cadre de sa protection, de la garder au sein de l'établissement, le temps que les fougues des fans s'apaisent. Il faut dire que cette théorie a semé un froid chez les participants du concours Harry Potter organisé par le site depuis quatre ans. Short envisagerait de la dissuader d'écrire une autre Fanfiction si l'année prochaine, il lui prenait l'envie de divulguer une autre de ses vaseuses théories. En effet, l'année dernière, déjà, elle mettait en doute la prophétie initiale dans Pourquoi ne suis-je pas mort à la place de Voldemort. Du grand n'importe quoi selon l'avis des fans de H. P et des soignants de l'H. P.