1
min

Une si longue absence

Gouelan

Gouelan

453 lectures

401 voix

Tu es là assise dans un fauteuil que je crois reconnaître. Je suis face à toi dans cette chambre d’hôpital sans comprendre cette barrière qui flotte entre nous.

Un gouffre d’absence. Cela me semble si loin, si douloureux. Comme des jours éteints. Goutte à goutte de néant. Sablier de silence. Comment ai-je pu t’oublier tout ce temps ?

Tu es différente, étonnamment plus jeune. Tes cheveux rasés, autrefois bouclés de poivre et sel, ont repoussé en une chevelure lisse et brune. La blancheur de ta peau tranche avec les souvenirs qui se cachent dans un coin de ma mémoire. Où est passé ton teint soleil, tes yeux pétillants, tes rides de sourire ?

Tes doigts surtout n’ont plus la même rondeur, ni la même odeur, de ceux d’une femme à la main verte, semant et binant dans son potager, pour remplir les placards de confitures et de bocaux de toutes les couleurs. Pourquoi sont-ils devenus si fins, si blancs, presque transparents ?

Tu sembles pianoter un jeu étrange sur cette table à roulettes, aussi lisse que ton visage. Que veulent me dire ces doigts qui dansent plus légers qu’une aile ? Je ne comprends pas ton langage.

D’ailleurs je crois que tu ne me vois pas. Ton regard me traverse, il n’en retient rien. C’est troublant.
Je ne suis plus. Pour toi.

Par la fenêtre je vois des enfants qui jouent dans la cour. Est-ce que tu les entends courir comme la vie ?
Une pensée me surprend parmi ces mots qui volent à travers la pièce, comme des fantômes. Tu n’as jamais vu tes petits-enfants. Tu devrais m’en faire le reproche. Pourquoi ne dis-tu rien ?

Et je pense encore, comme pour réveiller la peine qui murmure, comme pour combler le vide.
Ils portent en eux une trace de toi. Ils portent aussi ton absence. Je ne sais pas dire qui tu es dans mon cœur. Je ne sais pas montrer qui tu aurais été dans leurs premiers pas. Si tu les rencontrais maintenant, penserais-tu te voir comme dans un miroir ? Ou un souvenir de moi, enfant.

Une profonde tristesse s’empare de moi. Pourquoi cette absence, pourquoi cet oubli de toi, cet oubli de toi et moi, cette vie comme un livre aux pages manquantes, aux pages qui s’écrivent sans ta présence, aux pages qui mentent ? Un roman troué, des chemins oubliés, d’autres sentiers inventés pour avancer. Pour apaiser. Le cœur se serre plein d’épines.

Et puis je comprends.
Vingt-huit ans ont passé depuis que tu n’es plus. Je n’ai rien pu faire pour te retenir. Les mots n’ont pas dit, les gestes n’ont pas osé. « Je t’aime Maman » s’éternise dans le silence.

Dans combien de rêves viendras-tu encore me rendre visite ? Es-tu une étoile qui vient effleurer ma nuit ?
Je ne sais pas.

En compét

401 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Sandra Dulier
Sandra Dulier · il y a
Récit émouvant. Très touchée par cette lecture. Que viennent nous dire les disparus dans nos rêves ? Je vous dépose mes trois voix.
·
Gouelan
Gouelan · il y a
Merci pour votre lecture
·
Lafée
Lafée · il y a
Paf... dans ma face... le sablier, les roulettes, les pages, les sentiers, les gestes, l'étoile et la nuit.
C'est si beau.
Merci

·
Gouelan
Gouelan · il y a
Merci beaucoup.
·
Papillon
Papillon · il y a
+5 je voulais mettre plus 50 mais pas possible!
;-)

·
Gouelan
Gouelan · il y a
Merci pour votre lecture.
·
Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Bravo pour ce poème aux sentiments si fort. Mes votes. Aimerez vous mon 7h24, Tropique ou L'invitation ? Si le cœur vous en dit mon univers est grand ouvert. Je crois savoir que vous êtes avez déjà pris mon 7h24. Bravo Gouelan pour ce partage.
·
Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
L'absente omniprésente !
·
Jean-Francois Guet
Jean-Francois Guet · il y a
émouvant sans être pleurnichard, j'aime
·
Gouelan
Gouelan · il y a
Merci.
·
B86
B86 · il y a
beau émouvant mes votes
·
Gouelan
Gouelan · il y a
Merci.
·
Partner
Partner · il y a
Tous les amours sont éternels
·
Gouelan
Gouelan · il y a
C'est vrai.
·
Patmots
Patmots · il y a
Quel moment de souffrance, de culpabilité que celui là! Tout ce temps perdu souvent pour rien, mais chacun son histoire. Très beau texte en tout cas, plein d'amour, de tendresse. Je vous accorde mon vote sans hésitation. Si vous avez 2 mn, allez voir "Un jour" et dites moi ce que vous en pensez. Merci et au plaisir.http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-jour-35
·
Gouelan
Gouelan · il y a
Déjà voté.
Merci pour votre lecture et le petit vote.
Chacun son histoire, en même temps toutes se ressemblent un peu.

·
Mamounette
Mamounette · il y a
+5 commentaire impossible...............
·
Gouelan
Gouelan · il y a
Je comprends.
·