5
min

Pangée 2028

Image de Steph

Steph

437 lectures

272 voix

A proximité de Saturne, mon vaisseau s’est incliné légèrement pour que je puisse admirer ses anneaux. Je n’ai eu aucune manipulation à effectuer. L’appareil est piloté par un couple d’humanoïdes programmés pour m’amener jusqu’à ma destination finale. Leurs concepteurs les ont prénommés Adam et Eve. Malgré leurs membres en plastique blanc et leurs articulations apparentes, mes deux compagnons de voyage semblent presque vivants. Surtout avec leurs grands yeux expressifs et leurs casquettes sur le crâne. Les psychologues de l’Agence Spatiale Européenne ont pensé que la présence d’un homme et d’une femme, même virtuelle, m’aiderait à tenir la distance.

Depuis mon départ de la Terre, il y a maintenant cinq ans, mon vol s’est déroulé sans incident. Il y a bien eu quelques turbulences au passage de la première ceinture d’astéroïdes, mais aucun choc qui aurait pu endommager les équipements ou dévier ma trajectoire. A chaque fois que je passe à côté d’une planète, j’effectue plusieurs orbites autour d’elle pour profiter de son assistance gravitationnelle et reprendre de la vitesse. Je file maintenant à plus de cent soixante mille kilomètres à l’heure en direction d’Uranus. A part les deux robots, je suis le seul astronaute dans le vaisseau. Embarquer plusieurs membres d’équipage pour un parcours aussi long aurait été trop coûteux en énergie et en vivres. Sans compter les risques de conflits liés à la durée exceptionnelle de la mission.

A bord, tout a été pensé pour mon confort, et surtout pour éviter que je m’ennuie. Partout des écrans géants, des tablettes ou des liseuses. J’ai à ma disposition toutes les œuvres littéraires de l’humanité, des aventures de Gilgamesh aux romans de Houellebecq. Je peux aussi visionner tous les films que je souhaite. Mon préféré est sans conteste l’Odyssée de l’Espace, même si la séquence où l’ordinateur du vaisseau prend le contrôle m’effraie toujours un peu. Dans une petite salle équipée de lunettes 3D, je peux même déambuler virtuellement dans la plupart des musées du monde. Parfois, je m’attarde sur une œuvre. Les projections blanches et orangées sur fond noir de Jackson Pollock me font penser à notre univers. Un immense chaos, plus ou moins agité, où l’homme cherche sa place depuis qu’il est doté d’une conscience.

Je laisse derrière mois Neptune et Pluton, et traverse, non sans nervosité, la ceinture de Kuiper. Dans leur cockpit, Adam et Eve ont l’air serein. Pourtant, il ne s’agit plus d’un petit pas pour l’homme ou d’un grand bond pour l’humanité. Cette fois, c’est un véritable plongeon dans le vide sidéral. Jamais un être humain n’a voyagé aussi loin dans l’espace. Au moment de quitter le système solaire, je plaque mon visage contre le hublot. Partout autour, l’obscurité noire et intense, parsemée de milliards d’étoiles et d’autant de galaxies. J’ai beau avoir été préparé physiquement et psychologiquement plusieurs mois avant mon décollage, ce que je vois derrière la vitre me donne le vertige. Je suis si loin, si seul, et ma mission ne fait que commencer.

Désormais, mon vaisseau fait route vers les confins de notre Voie lactée, en direction d’une exoplanète qui affole, depuis sa découverte, toute la communauté des astrophysiciens. Longtemps restée indétectable par les télescopes à cause de l’épaisse couche de nuages qui l’entoure, elle a été surnommée Brume. Malgré ce halo mystérieux, les scientifiques sont formels : la structure de cette planète est identique à la nôtre, et son atmosphère est composée d’azote et d’oxygène. C’est certain, il y a de l’eau et sans doute de la vie à sa surface. Sélectionné parmi des dizaines d’astronautes volontaires, j’ai été choisi pour me rendre sur place, et vérifier les observations faites depuis la Terre.

Les panneaux solaires de mon vaisseau se replient. Ils sont maintenant trop éloignés du soleil pour réussir à en capter les rayons, mais ils ont emmagasiné suffisamment d’énergie pour me permettre de continuer mon périple. Dans le module qui me sert de chambre, je me glisse dans ma couchette, et j’avale deux gélules qui vont ralentir mon métabolisme. Le voyage est encore long. Plusieurs mois à traverser les nébuleuses et les constellations avant d’atteindre mon objectif.

C’est Eve qui me sort de mon long sommeil. Ca y est, le vaisseau est tout près de cette fameuse brume qui cache tant de mystères. Adam n’attend plus que je lui donne l’ordre de traverser les nuages. Un coup d’œil aux paramètres de vol et je lui donne mon feu vert. Je découvre une planète bleue. En son centre, les terres émergées sont imbriquées les unes dans les autres, et entourées d’eau. C’est la Pangée, le supercontinent des origines. Très vite, je réalise que je suis face à une réplique de notre planète, il y a trois cents millions d’années. Très excité, j’ai envie de faire part de ma découverte au centre de contrôle, mais je suis trop éloigné pour communiquer encore avec la Terre. J’enclenche les caméras pour capturer ce que j’aperçois sous mes pieds.

Des forêts luxuriantes et des dinosaures géants. C’est tellement beau que j’ai envie d’aller voir de plus près. Malheureusement, la planète se met à tourner sur elle-même de plus en plus vite. Adam m’indique qu’il trop dangereux de vouloir se poser. Je vois les continents s’éloigner les uns des autres, les océans se former et les déserts apparaître. Une météorite frôle le vaisseau. Son souffle fait vibrer toute la carlingue. Un nuage de poussière recouvre la planète tout entière. Les grands animaux disparaissent. Certaines espèces survivent. Je vois les premiers hominidés se dresser sur leurs jambes. Ils partent à la conquête de la savane. Certains quittent la vallée du grand rift, pour peupler le reste du monde. Les nomades se sédentarisent. Ils construisent des huttes et coupent des arbres pour leurs cultures. Ils tracent des chemins, puis des routes. Les plus audacieux bâtissent des pyramides ou des temples. J’assiste en direct, et en accéléré, à la grande aventure de l’humanité. Partout, des cavaliers, des barbares et des soldats. Je vois des villages qui brûlent et des enfants qui pleurent. Des caravelles toutes voiles dehors. Des drapeaux qui flottent, des peuples que l’on soumet et des esclaves à vendre. Déjà, les bulldozers arrachent des pans entiers de la forêt. Sur terre, des pylônes. Sous la mer, des câbles. Les cheminées des usines et les puits de pétrole. Des centaines de missiles dressés vers le ciel. Des tours en acier et du béton armé. De plus en plus de voitures, de trains et d’avions. De moins en moins d’espèces animales. Les glaciers fondent, des icebergs géants se détachent de la banquise. L’eau monte. Les centrales électriques disjonctent les unes après les autres. Les serveurs informatiques rendent l’âme. Les êtres humains sont désemparés. Les pieds dans l’eau, certains cherchent encore du réseau. La planète Brume tourne de plus en plus vite. Les satellites dans les airs se percutent les uns contre les autres. Ils s’écrasent au sol, provoquant la panique générale. Les hommes et les femmes ne savent plus où fuir, ni comment. Les océans recouvrent tout. Des millions d’individus se noient sous mes yeux, sans que je ne puisse rien faire.

Il faut à tout prix que je retourne sur Terre, prévenir mes congénères qu’ils courent à leur propre perte. Dans le cockpit de pilotage, Adam et Eve sont HS. Batteries à plat. Je ne peux plus compter sur eux pour mon voyage retour. Je repense à ces créatures chassées du jardin d’Eden pour avoir croqué dans le fruit de l’arbre de la connaissance, pour s’être crues semblables à des Dieux. Je n’ai plus qu’à enclencher la procédure qui me ramène d’urgence sur Terre. Plusieurs mois de vol à très grande vitesse. J’enfile mon casque et attache le harnais de mon siège. Le vaisseau tourne sur lui-même, et les réacteurs additionnels se mettent à pousser très fort. A mon arrivée dans la stratosphère, je découvre la Terre entourée d’une épaisse brume grisâtre. Je suis parti il y a si longtemps, j’espère qu’il n’est pas trop tard.

Finaliste

272 VOIX

CLASSEMENT Très Très Court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une histoire pleine d’imagination, étayée par de solides connaissances, l’intrigue se suit avec impatience et la fin est saisissante, mon vote maxi !
·
Image de Zoé.L
Zoé.L · il y a
Un Très Bon Texte. Bonne Chance (+5).
·
Image de Estelle Pithon Monnet
Estelle Pithon Monnet · il y a
Une lecture qui fait peur car elle nous ramène à la triste réalité de ce monde. C'est en tout cas très bien écrit ! Bravo Steph ! J'ai effectivement entendu parler de vous chez Pascale ! Nous avons à priori l'amour de la lecture en commun ! Bonne continuation !

*

·
Image de BrettyG
BrettyG · il y a
On se croirait à la fin de la planète des singes... " ils l'ont fait ! Ils l'ont fait !" un présage, très certainement ... Tous mes votes! Bonne chance pour la finale !

http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/jattends-que-le-jour-se-fasse

·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci BrettyG ! Vous avez raison pour La planète des singes. J'ai été très marqué par la dernière scène du film avec Charlton Heston, lorsque l'on découvre le haut de la Statue de la Liberté dépasser du sable sur une plage déserte...
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Merci pour ce beau voyage intergalactique qui semble nous mener malheureusement à un retour terrible...
Une bonne vision des choses !

·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci à vous !
·
Image de Yasmina
Yasmina · il y a
Beau texte de science-fiction bien adapté au thème !
Apprécierez-vous "Un scoop" en finale aussi ?

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Steph,
Mon soutien et toutes les voix dont je dispose actuellement (+4).
j'ai beaucoup aimé votre nouvelle et, en grande fan de "2001, Odyssée de l'espace", je ne pouvais qu'adhérer !
Les précisions que vous donnez concernant ce voyage interplanétaire sont très attrayantes et m'ont tout bonnement...sidérée :)
Dans l'esprit de partage inhérent à ce site, puis-je vous inviter à découvrir "Inappétences" ?
Bien à vous et au plaisir,
Tranquillou974

·
Image de Steph
Steph · il y a
Je suis aussi un fan du film de Kubrick. Merci pour vos voix et votre commentaire.
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Soutien et vote plus que mérités, Steph !
Bonne chance à vous et à bientôt,
Tranquillou974

·
Image de Léonard Cajac
Léonard Cajac · il y a
Bon vol;-)
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Léonard !
·
Image de Polette89
Polette89 · il y a
Le juste reflet de nous ... mes voix + 4
·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci Polette !
·
Image de Sonia Sautour
Sonia Sautour · il y a
J'ai aimé lire votre texte. Un bien bel exercice fictif pour dénoncer à quel point l'homme court à sa perte.
Tous mes votes et bonne chance à Pangée 2028 !

·
Image de Steph
Steph · il y a
Merci pour votre commentaire Sonia !
·