1
min
Vrac

Vrac

343 lectures

197 voix

Samedi soir je suis allée avec Marcel au Vélodrome. J’essaie de l’arracher au baby-foot, avec l’idée de refaire ma vie avec lui, ça et d’ouvrir à la charcuterie un rayon de pans-bagnats et plats cuisinés dont il pourrait s’occuper. Je l’aiderai un peu au début à préparer les petits farcis, la daube de bœuf à l’oranger, le carré d’agneau en croûte d’herbe accompagné d’un tian de courgettes dans une barquette en aluminium, l’émincé de porc à la brousse du Rove.

Autour du stade, ça sent la badiane et le fenouil, on grille des saucisses aromatisées au pastis. Pas plus mal que les chats aient préféré regarder le match à la télé, sinon ils auraient fait toutes sortes de bonds pour trouer de leurs moustaches et déchiqueter le merveilleux nuage qui flotte à hauteur de nos narines. Je souris à Marcel à travers ce grisant stratocumulus et, le tirant par la manche entre les éventaires des marchands à la sauvette installés au bas des marches, je l’entraîne jusqu’à la tribune Ganay.

Derrière Jean Bouin, le soleil se couche juste. Dans les virages, les South Winners et les Yankee Nord, les Dodgers et les Fanatics poussent leurs clameurs, leurs cris et leurs chants formidables. Marcel, qui se sent un peu perdu, pose sa main sur mes cuisses, à l’entrée de la surface de réparation, pas très loin de la cage gardée par Mandanda, qui s’échauffe sur la pelouse. Je sens que ma stratégie, imparable comme le 4-4-2 sur le tableau noir de l’entraîneur, va payer. Les supporters sont confiants.

Bon, il y avait lundi une double page dans La Provence, je ne reviendrai donc pas sur le pressing inutile des Phocéens, les dribbles de Payet, l’occasion ratée de Valbuena, Reims qui mène 2-0 à la mi-temps, le grondement du Vélodrome, la bronca. Nous tenions cependant le nul, à l’arraché, à la fin du temps réglementaire, jusqu’à ce qu’Oniangué, bien servi par Krychowiack, nous crucifie à trente secondes du coup de sifflet.

42 000 spectateurs qui se taisent tous ensemble d’un coup, frappés de stupeur, ça fait un bruit extraordinaire. Les Ultras du virage sud figés en santons de Provence, il faut l’avoir vu pour y croire. J’ai distinctement entendu une mouche qui volait tenter un trait d’humour : « Qu’est-ce qui se passe ? Quelqu’un est mort ? », puis s’enfuir à tire-d’aile, confuse. Le commandant de bord d’un avion de ligne qui traversait l’ovale du stade en diagonale, en finale pour la 31 à Marseille Provence, coupa ses moteurs et poursuivit son approche en plané, par respect.

Beaucoup plus tard, les conversations ont repris à voix basse dans les gradins, puis les multiples bruits de la ville, comme des ampoules se rallument. Mais Marcel, que je ne savais pas si sensible, s’était écroulé dans un escalier, fortement commotionné. Les marins-pompiers l’ont transporté à La Timone, où il se trouve encore, dans un état stationnaire. Quant à l’Ange au Sourire, il était hilare en remontant dans le car du Stade de Reims.

197 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Je ne connais pas grand chose au foot , je le reconnais volontiers mais je viens malgré tout d'assister à un match bien retransmis !!! Et sud de bonnes odeurs , j'avoue aussi très volontiers qu'elles m 'ont plus qu'attirees . Comment va Marcel? Je lui souhaite un prompt rétablissement et encore de nombreux matchs . Bravo à vous !!
Je vous accueille sur ma page avec plaisir : Être à côté de ses pompes ! Est en finale de la matinale . Attention le titre pourrait être trompeur ! Mes voix.

·
Vrac
Vrac · il y a
Sans me vanter, j'admets que mon récit est, d'un point de vue littéraire, meilleur que l'article de journal dont j'ai tiré les informations factuelles !
·
Laurette
Laurette · il y a
et que des légumes ça peut le faire .? ... sans doute en vrac ce soir, je n'ai rien compris au foot comme d'hab mais la plume est habile ^^
·
Vrac
Vrac · il y a
Mais ce n'est pas une histoire de foot ! Enfin, du moment que vous êtes en vrac
·
Michele Rizzardi
Michele Rizzardi · il y a
Il y a longtemps que je ne vous avais lu, c'est toujours un bonheur ne fût-ce que pour la richesse de votre vocabulaire. Mes votes avec un grand plaisir !
·
Vrac
Vrac · il y a
Ah, les soirs de match, c'est que du bonheur
·
SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
J'aime le foot quand il sent aussi bon :)
·
Vrac
Vrac · il y a
C'est vrai que la badiane masque bien les relents de sueur
·
Romane Esquéra
Romane Esquéra · il y a
Merci beaucoup pour ce texte ! Très bien écrit ! Et bravo pour l'Ange du Sourire.
Signée : une rémoise

·
Vrac
Vrac · il y a
Il me semble, après coup (après le coup des sifflet final !), n'avoir écrit cette histoire que pour l'Ange au sourire, que je ne manque pas d'aller voir chaque fois que je vais à Reims
·
Roxane73
Roxane73 · il y a
Je ne suis pas fan des stades, mais vous m'avez scotchée !. L'ambiance du match est fort bien rendue, le rythme haletant, entre la frénésie des premiers instants....jusqu'à l'ange qui passe....Un vrai reportage, avec l'humour et la belle écriture en prime : on s'y croit. Très réussi !
·
Vrac
Vrac · il y a
Merci pour cette ola
·
Zérial
Zérial · il y a
très agréable
·
Vrac
Vrac · il y a
Merci bien
·
Pat
Pat · il y a
La daube, les petits farcis...j'en ai l'eau à la bouche ! Je crois que je vais aimer le foot. Je vous invite à lire,"Madère au soleil" si le cœur vous en dit.
·
Vrac
Vrac · il y a
Maintenant, si vous allez au stade, vous risquez d'être déçue par la buvette
·
Untrucbadour
Untrucbadour · il y a
Très agréable à lire... Une défaite de l'OM....Vous avez deviné...ICI C'EST PARIS !! (lol) Bon rétablissement à ce cher Marcel quand même, Faut pas exagérer.
·
Vrac
Vrac · il y a
Merci beaucoup. Marcel, nous l'espérons, aura récupéré pour le match retour
·
Corinne Vigilant
Corinne Vigilant · il y a
Texte agréable à lire ! Je vote pour le carré d'agneau et le tian de courgettes, pour l'ambiance de stade et ce cher Marcel !
·
Vrac
Vrac · il y a
A bien regarder les choses, vous n'avez voté pour rien du tout ! Distraite par la gourmandise ! Mais toute pardonnée
·
Corinne Vigilant
Corinne Vigilant · il y a
Eh bien voilà qui est fait. J'avoue, la gourmandise a eu raison de moi !
·