3
min

 Société  Drame

Le théâtre extrémiste

Donald Ghautier

Donald Ghautier

447 lectures

443 voix

Nous marchons tous dans les rues de Londres. Des jeunes, des vieux, des hommes et des femmes. Blancs, Noirs, Jaunes, unis par une même cause, un désespoir commun. La police ne nous fait plus peur. A l’étroit dans leur costume sombre, les policiers ne sont que des morts en sursis, comme nous, sauf qu’ils ne s’en doutent pas. Nous leur faisons désormais peur.

La journée est gothique. Oxford Street ressemble à un vaste cimetière, avec des tombes en forme de magasins, des épitaphes déguisées en publicités et des cadavres en plastique exposés dans des vitrines. Nous sommes les zombies, les morts-vivants venus des banlieues alentour, des quartiers défavorisés et des zones oubliées par la livre sterling. Les autres, ceux aux dents blanches et au sourire forcé, nous regardent passer. Ils sont bien protégés derrière les fenêtres blindées et les portes renforcées. Ils attendent la fin du spectacle, quand les chevaliers de l’ordre et de la rigueur chargeront la masse dangereuse des révoltés.

L’air sent le métal. Nous habitons tous sur une planète noire, un monde sombre et sans voix. Je le sais, mon voisin de palier le sait aussi. Nous n’avons rien à perdre, pas d’autoradio à protéger des voleurs à la tire, plus d’emprunt à rembourser sur quatre générations, juste une poubelle où nous essayons de survivre. Nos yeux sont cernés, nous ne voyons plus la lumière tellement la pénombre est devenue notre quotidien, dans un univers perclus de gris. Nos enfants naissent sans un cri, juste éjectés d’un bas-ventre famélique sous les regards fatigués des infirmières de service. Nous ne les baptisons plus. Survivre est le premier mot qu’ils apprennent, avant même de savoir dire Maman ou Papa. Dieu nous a quittés il y a fort longtemps, après la mort de son fils sur une croix, là-bas dans le désert, trahi par un copain de comptoir. Depuis, le vieux barbu traîne son désespoir dans l’au-delà où nous n’avons plus notre place parce que nous l’avons trop déçu, nous les êtres de sable et de sang, de pitoyables marionnettes dans un théâtre extrémiste.

Le ciel s’obscurcit. Les nuages semblent nous prévenir de la bataille à venir. Nous sommes prêts à aller jusqu’au bout, devant des caméras de télévisions juchées sur des drones, pour des millions de téléspectateurs assoiffés de violence et de scandale. Nous devenons l’actualité immédiate, le remède à la morosité des classes moyennes, un programme sur le vif, dans la grille médiatique. Mieux que les jeux du cirque, la coupe du monde de football ou le mariage princier, notre marche londonienne va créer de l’audience, passionner les foules et vendre des sodas survitaminés. Des publicités vont envahir l’espace télévisuel, toutes les cinq minutes, entre deux rafales de fusils d’assaut sur des manifestants ou des incendies volontaires dans des bus laissés à l’abandon pour la cause. Le clown Ronald vantera l’origine britannique de ses steaks tandis que nous combattrons pour manger à notre faim. Un acteur sur le retour expliquera au consommateur pourquoi acheter à crédit une machine à laver les oreilles pendant que nous exploserons le comptoir d’une banque chinoise.

Je ne rêve plus depuis des années. La réalité me colle aux pieds comme du bitume liquide, à peine posé et déjà sale. Je suis né dans cette Grande Bretagne libérale où une Reine octogénaire décide de la couleur des crèches, signe des déclarations de guerre contre des peuples de pouilleux au nom des valeurs occidentales et laisse son petit fils vomir son mépris des pauvres dans les pubs huppés de Hampstead. Mon futur se décline en travail précaire, sur les chaines automatisées des machinistes américains, en beuveries collectives à l’entrée des stades de Fulham ou de Liverpool, en mariage à crédit avec une couturière par intérim, en portée de petites brutes destinées à lever le coude chaque samedi soir.

Un cri déchire la foule. La mascarade commence. D’abord, nos sentinelles préviennent les premiers rangs. La rumeur gronde. Les policiers ont commencé à taper sur notre avant-garde, les nostalgiques de John Lennon et de sa paix dans le monde. « Imagine » scandait le chevelu à lunettes dans sa chanson légendaire. Je n’imagine rien et surtout pas un lendemain sans possession, sans cause pour tuer ou mourir, dénué d’avidité et de faim. Il doit l’avoir mauvaise, l’ami John, à regarder les hommes lutter pour un morceau de pain ou un bout de terre acquis de haute lutte contre d’autres pauvres. « Tu peux dire que je suis un rêveur » chantait-il avant qu’un produit du système ne lui truffe l’estomac de plomb estampillé U.S, sur les trottoirs de New York.

Mon futur s’écrit maintenant. Oxford Street va brûler, Londres va trembler, la Reine va déclarer la guerre aux castes oubliées, aux refoulés de la croissance britannique. La police va frapper sur des crânes anonymes, en plein concert de cocktails Molotov et d’armes automatiques, dans le bruit et la fureur. « Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur » a dit un jour notre Premier Ministre. Il ne nous reste que le sang.

443 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
L'ô
L'ô · il y a
Fiction peut-être mais ces mots ont le pouvoir de nous emmener dans ce monde. Texte poignant ! Bravo.
·
Plénisohore
Plénisohore · il y a
Attention "nuit debout" signifie aussi "Journée au lit". Méfions-nous des idées toutes faites, les Trotskytes nous ont faits ce coup là déjà
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Plénisohore
·
Pat
Pat · il y a
Puis-je le requalifier de "Théâtre de l'absurde" ? M'en voudrez-vous ?
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Je ne vous en voudrai pas, Pat.
·
Gabriel
Gabriel · il y a
Vraiment une fiction? C'est en tout cas très bien senti. Dans l'ambiance actuelle. J'aime les textes sans espoir. C'est fatiguant, l'espoir. ça se déçoit si facilement... Mes votes et bonne chance. Ma RUPTURE est plus positive mais votre Théâtre extrémiste me semble globalement plus lucide. Merci de me donner votre avis ;)
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Gabriel. J'irai lire ce texte; avec le lien, c'est plus pratique pour les lecteurs.
·
Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Un univers extrémiste.... il a sa place en finale.... heureusement que ce n'est qu'un écrit... ouf !!!
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Oui, c'est de la fiction.
·
Spacewriter
Spacewriter · il y a
histoire contemporaine, futur proche, prophétie?
il est bien remonté en tous cas, il donnerait presque envie de le suivre :-)
mes voix!
http://space-writer.weebly.com
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Spacewriter
·
Sindie Barns
Sindie Barns · il y a
Extra! Mon vote + 4. :-)
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Sindie
·
Gecko Bleu
Gecko Bleu · il y a
Flippant.
Bonne chance pour la finale :-)
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Gecko Bleu
·
Alouette
Alouette · il y a
Complètement poignant et d'une intensité impressionnante... D'habitude, je préfère les textes plus optimistes, comme vous pourrez le constater si l'envie vous prend de vous balader sur ma page, mais le vôtre est très réussi... Mes votes, donc ! Et bonne chance pour la suite !
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Merci Alouette. Je passerai sur votre page.
·
Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Une Grande Bretagne noire comme une journée interminable et sans soleil
·
Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Theresa May nous prépare-t-elle à ça ?
·