2
min

Le projet à contre-courant

Image de Lou

Lou

356 lectures

164 voix

Une semaine que je suis ici. Dans cette brume parisienne, triste, glaciale. Tout est différent de mon ancienne vie. Les passants, courbés, pressés, la tête penchée, renfermés sur eux-mêmes. Et puis ce mouvement incessant, infatigable de l’agitation urbaine. La foule qui glisse, tourne et coule me rappelant ma rivière, là-bas si tiède et calme. Le moteur des voitures hurlant leur colère. Je ne connaissais que le bruit du tonnerre. Les métros emportant énergiquement une multitude de visages tous inconnus, tous froids. Et surtout cette misère silencieuse, presque invisible et pourtant présente, dormant, à l’écart de ce bouillonnement continu, au pied des riches immeubles parisiens.
On assiste à cette pauvreté, l’âme sereine, essayant d’oublier, de ne plus voir, n’ayant pas le temps de nous attrister sur la vie d’autrui. On s’habitue à la situation avec plus ou moins de temps. Et puis chacun fini par ignorer. Quelques exceptions persistent, comme toujours.
Une semaine seulement. Les jours sont lents. Le courant de la société veut m’emporter ; cependant je me sens étranger, isolé. Différent de ce peuple qui m’environne. De mon balcon je le vois, tout en bas, étendu sur un carton depuis longtemps humide. Une couverture le recouvre, mais cela ne le protège pas du froid. Je l’observe, une cigarette à la main, debout dans l’ombre. La rue est déserte. Le son des voitures disparaît lentement à mes oreilles. Nous sommes seuls, immobiles comme le temps qui s’est figé, glacé. Je ne pense à rien, je ne vois que lui, sa silhouette frêle et son carton plié, déchiré. Soudain sans l’avoir prévu, je la sens douce puis persistante, essayant de s’incruster dans mon esprit, de parvenir jusqu’à moi. Je la sens prendre de la fore, affirmation qui grandit. Puis l’explosion, l’énergie de l’orage qui éclate. Et l’idée neuve m’envahit, prend entièrement possession de mon corps, me traverse tout entier, s’impose à moi sans que je puisse résister, amenant une excitation particulière. Je plonge sans résistance, dans ce nouveau projet. Mes pensées s’enchaînent au grand trot, emportant tout au passage. J’explore, j’imagine, je me projette corps et âme dans ce torrent puissant.
Le soir enveloppe déjà la ville. Les lumières s’allument ; la pénombre s’accentue.
Une petite caméra à la main, je descends de chez moi, m’enfuyant presque de mon confort. Je me dirige vers lui, le salue et m’arrête. Je vois sa surprise se gravant dans chacune de ses rides, mais je continue. Je m’agenouille à ses côtés, nos têtes sont proches, nos yeux plongés dans l’autre. A mi-voix je lui parle de mon désir d’observer, d’étudier son quotidien. Je lui montre ma caméra, mon support pour le court métrage que je voudrais réaliser. Des séquences de film et des photographies. En noir et blanc. Accentuer sur les contrastes, les différences des vies. Il m’écoute. Il ne dit rien. Ses pensées sont indéchiffrables. Le silence nous entoure et rien ne vient le rompre. Soudain il acquiesce et il me parle sans que je ne pose de questions. Dans sa voix rouillée, je ressens le poids de ses années dans la rue, le découragement total, l’acceptation de sa vie. Il me raconte sa chute ici, les causes. Et puis la transition brutale entre sa vie normale des années auparavant et sa situation aujourd’hui. Ce quotidien, inhumain, qui l’a déchiré et tué. Il me peint en de courtes phrases ses difficultés, effrayantes, l’errance la journée, les longs trajets en métro pour passer le temps, l’ennui, la lassitude. Et puis la nuit arrivant, la peur qui s’amplifie. J’ai allumé ma caméra, mais il ne la voit pas. Il est plongé dans ses paroles, ses souvenirs et images qui hantent son esprit. Les silences sont nombreux. Il soupire, et s’essouffle vite car les grandes discussions sont rares. Son regard est vague, lointain. Malgré les quelques centimètres qui nous séparent, un fossé plus grand nous écarte. Un abîme trop profond que nos vies contraires a creusé.

En compét

164 VOIX

CLASSEMENT Très très court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Vous avez su avec beaucoup de finesse de retenue mettre des mots sur les grands maux de ce siècle et l on sent bien le désarroi l incompréhension face à cette dure réalité mes voix pour vous bonne chance
·
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
beau texte, belle ambition mais que la réalité est dure! mes voix!
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un beau texte structuré et dynamique, qui témoigne d’une grande capacité de réflexion en même temps que d’inventivité narrative. Bravo Lou et mes voix.
·
Image de Fafa842
Fafa842 · il y a
J'aime beaucoup ce passage où le narrateur est comme poussé par un torrent, par une force assimilée à celle d'un"orage", ainsi que les contrastes entre les mouvements de la foule urbaine et le paisible fleuve.Il y a là des belles et pertinentes associations au fleuve, au courant et à ce qui peut être " à contre courant". Tu as une superbe écriture, maîtrisée et vibrant de cette force. Si tu as le temps, n'hésite pas à venir lire mon texte également en lice pour la matinale des lycéens !
·
Image de Barb
Barb · il y a
Très beau texte très prometteur d'une grande sensibilité.
·
Image de Yha
Yha · il y a
Une personne qui fait naufrage dans la ville découvre un naufragé de la vie!
Lequel des 2 va relever l'autre...un 3ème regard: la caméra pour témoigner!
Excellent exervice servit par une plume plaisante en devenir.
J'attends la suite.
En attendant je vous convie à une "Rencontre Insolite":
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/rencontre-insolite-6
Mesi votes

·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Très bon texte !
·
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
J'ai un peu honte de l'avouer, mais j'ai très peu lu les textes en lice pour ce concours des lycéens. Le votre est le premier pour qui je vote. Je suis assez admiratif de la maturité qui s'en dégage, même si quelques broutilles accrochent parfois à la lecture. Le thème est courageux et vous avez su écarter de votre "plume" tous les clichés qui, sans doute, ont tenté de s'y glisser.
Bravo Lou et bonne chance...

·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Lou,
Mon soutien et toutes les voix dont je dispose actuellement (+4).
Outre un titre très bien choisi et incitatif, j'ai particulièrement apprécié l'usage du présent de narration : il constitue, selon moi, un gros plus car il renforce le caractère très actuel de votre nouvelle.
J'ai trouvé bouleversante la thématique même de votre texte et la sensibilité à fleur de peau avec laquelle vous évoquez le sort trop souvent réservé à ceux qui n'ont pas d'abri.
Une belle âme, une belle sensibilité, une belle plume : bravo !
Dans l'esprit de partage inhérent à ce site, puis-je vous inviter à découvrir "Inappétences" ?
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/inappetences
Excellente continuation à vous, bonne chance bien sûr et à bientôt je l'espère,
Tranquillou974

·
Image de Lou
Lou · il y a
Merci Tranquillou 974. Votre commentaire me touche beaucoup. Je passerais avec joie découvrir votre TTC. Merci encore pour vos voix et à bientôt
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Je suis très heureuse que mon commentaire vous ait plu, Lou.
Soutien et vote sincères et plus que mérités !!
Un grand merci d'avance à vous pour le partage et encore bonne chance pour la finale ;)
Tranquillou974

·
Image de Marie Amina B
Marie Amina B · il y a
Mes 5 voix pour ce très beau texte repeignant très bien cette dure réalité qui nous entoure, celle des SDF qui font partie intégrante de notre quotidien et paysage urbain, malheureusement.
Bonne chance.

·
Image de Lou
Lou · il y a
Merci Marie Amina. Oui un quotidien dur mais que l'on a tendance à oublier...
·