3
min

Le moment est venu

Image de Klelia

Klelia

412 lectures

140 voix

Le paysage défile sous un ciel gris et quelques gouttes lèchent le pare-brise.

Mon fils conduit dans une bonne humeur contagieuse, partagée par son épouse, pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. A l’arrière, mon petit fils de huit ans me fait la conversation tout en jouant à sa console. Sans avoir sa dextérité avec les nouvelles technologies, je me félicite de gagner occasionnellement quelques parties. Et il est fier d’avoir été un bon professeur. J’ébouriffe affectueusement ses épais cheveux bruns comme je le faisais avec son papa petit. Tout comme ses cousins, il est toute ma raison de vivre. Les enfants ont d’ailleurs été ma grande passion. Institutrice, j’adorais leur apprendre et échanger avec les parents sur leurs difficultés, leurs progrès, leurs réussites. Ils me manquent, alors je me rattrape avec mes petits enfants.

La pluie cesse et les nuages sont moins épais à mesure que nous avançons.

Je trouve cette décision hâtive. Après tout, ce n’était qu’un hématome sur le bras, rien de bien méchant. J’ai voulu éviter mon chat et j’ai chuté en ayant juste le temps de lancer un juron avant de toucher le sol. J’avais réussi à me relever sans trop de dégâts, à consoler mon matou effrayé et à rassurer ma petite fille qui avait été témoin de l’incident en direct par Skype. Sans cette satanée application, j’aurais pu ne rien dire. Mais elle a eu si peur pour moi que je préfère me persuader que le moment est venu. Cinq ans bientôt depuis le décès de mon mari des suites d’une longue maladie. Cette maison était de toute façon trop grande pour moi. Et puis, le soleil du sud devrait être une belle compensation selon eux, comparée à la monotonie du climat du nord que je connaissais depuis toujours.

Mon regard accroche un avion qui part vers d'autres contrées.

Ma vie a été une succession de bonheurs. Mes parents étaient de riches gens. Avec ma sœur, nous étions gâtées, toujours habillées à la dernière mode, des vacances à l’étranger, des Noël généreux et surtout des assiettes abondamment remplies. Et quand j’ai rencontré mon futur époux, à un de ces fameux bals populaires, le rêve s’est prolongé. Un homme attentionné, de belles toilettes, des voyages autour du monde, un métier dans lequel je m’épanouissais. Mais avant tout, deux magnifiques enfants et leurs lots de joies, telles que l’obtention de leur diplôme ou la naissance des petits-enfants, et de terribles inquiétudes, à l’image de la forte fièvre de notre ainé ou de la violente agression de notre fille. Ma vie a été trépidante, jusqu’au diagnostic du médecin qui m’a dicté mon ultime grand devoir, celui de l’accompagner. Mission accomplie avec courage, dira mon entourage. Dévouement par amour, leur répondrai-je.

Le bleu s'impose et les rayons du soleil chauffent mon visage.

Alors même si la solitude est pesante, j’avais la chance d’être bien entourée et très occupée par les nombreux repas entre amis, le cercle de lecture et le club informatique de ma ville. Encore capable de conduire, je jouissais d’une précieuse liberté. Heureusement, car mes enfants, aspirant à une meilleure qualité de vie, s’étaient éloignés de moi. Ils avaient fuis tout ce que mes souvenirs avaient tant affectionnés. Je ne leur en voulais pas, leur bonheur me suffisait à comprendre leur choix. Et c’est encore le cas aujourd’hui. Loin d’être enchantée, je me suis faite une raison. Et un long trajet de huit heures aide à la réflexion. Je suis sociable, rigolote et prête à conter de nombreuses anecdotes à qui veut les entendre. Par expérience, je sais que c’est un mélange imparable pour faire de nouvelles rencontres, qui auront également beaucoup à m’offrir. Toutes les personnes âgées ne perdent pas leur joie de vivre en y entrant. C’est simplement un autre ailleurs, où le vécu des pensionnaires et leurs souvenirs sont les bienvenus.

Le ciel est maintenant d’un bleu pur et le soleil m’éblouit à travers la vitre.

Soudain, l’absence de bruit me sort de mes pensées. Nous sommes enfin arrêtés devant une belle demeure, qui est censée être ma dernière. Ma fille, son conjoint et leurs trois enfants sont déjà là. Quand je sors du véhicule, aucun ne se permet de venir troubler ce moment de découverte qui n’appartient qu’à moi. Je scrute d’un œil critique et attentif les allées clairsemées, les arbres immenses et le somptueux bâtiment digne d’un château. Et le sourire qu’arbore mon visage traduit ma satisfaction. Grâce à une pension de retraite confortable, ce luxe est mien. Par peur, je n’avais jamais envisagé cette solution. Apparemment, eux si. Ils sont soulagés et je les remercie déjà. Finir mes jours dans ce cadre magnifique et voir grandir mes petits enfants est une bénédiction.
De longues embrassades ponctuées de larmes s’ensuivent. Nous sommes désormais réunis. Nous rejoignons tous ensemble le magistral escalier sur lequel le directeur de l’établissement m’accueille après avoir respecté l’intimité de nos retrouvailles familiales. Une poignée de mains énergique, un franc sourire, il m’invite à pénétrer dans le grand hall d’entrée.

—  Si vous voulez bien me suivre Madame, je vais vous montrer vos appartements.

Vos appartements a-t-il dit ? Un bon début ! Curieuse et impatiente, j'emboîte expressément le pas à cet homme distingué, sous les regards amusés de ma famille. A droite, des enfants courent dans la salle de repos, à gauche, des rires s’élèvent à travers une porte. Tout autour, une douce mélodie flotte dans ce couloir baigné d’une vive clarté. Et la visite de mon nouveau domicile tient toutes ses promesses. Je suis conquise.

Dans une ambiance loin de celle d’un hospice, ma nouvelle vie commence sous les meilleures auspices !

En compét

140 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Amina B
Marie Amina B · il y a
Comme le roman d'une vie, les dernières pages-oui au pluriel, car il y en a encore de belles à venir- restent à remplir d'autres anecdotes ensoleillées par le climat du sud plus doux, et les rires des petits enfants plus proches... Bravo et vive la bonne retraite.
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Merci d'avoir su apprécier cette histoire dans sa simplicité
·
Image de Adriana
Adriana · il y a
C ' est courageux d ' avoir voulu aborder le problème de la dernière étape de la vie et de la solitude qui l ' accompagne, vous avez fait le choix de l' optimisme.
Mes voix et merci pour Pecorile

·
Image de Klelia
Klelia · il y a
En parler de façon positive est plus facile que de le vivre...
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
bravo. Mes voix.
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Merci !
·
Image de Kristy
Kristy · il y a
Pour nos aînés on souhaiterait que leur dernière demeure ressemble à celle-ci... malheureusement on en est loin...
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Essayons donc que la nôtre s'en rapproche...
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
page de vie...je sais qu'il y a des gens heureux qui partage cette vie même si tout n'est pas évident et qu'il bouscule bien des consciences , cela reste quand même un endroit si froid par notre indifférence, belle histoire, belle plume
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Tant que nous pouvons rester chez nous profitons en !
·
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
Une maison de retraite paradisiaque et une famille attentive et présente mais est-ce vraiment la réalité dans la plupart des cas... ? Enfin tant mieux pour votre héroïne qui semble aussi dotée d'un caractère très agréable ! Mon vote car j'aime tout de même votre nouvelle même si elle ne me semble pas très réaliste (je sais je suis pleine de contradictions) !
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Vous avez raison mais si nous décrivons sans cesse la réalité ne serions nous pas un peu ennuyeux ? Merci de votre passage
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Là c'est facile, mais ça ne reflète pas beaucoup le quotidien de la majorité des anciens dans les maisons de retraite
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
C'est exact mais nous avons tous des rêves...
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Oui, mais là "Faut pas rêver", au risque de tomber de haut
·
Image de Manita
Manita · il y a
Un sujet traité avec pudeur et beaucoup d'optimisme. Une étape souvent difficile à franchir.
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Rêvons un peu alors...
·
Image de Sourire
Sourire · il y a
C'est si rare,ce bonheur d'entrer en maison de retraite mais il est bon de rêver, alors je vote !
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Et nos textes sont là pour ça...ne nous en privons pas !
·