3
min
James Wouaal

James Wouaal

1796 lectures

568 voix


C'est l'heure de la promenade, les hommes trépignent dans le couloir. Le bruit court de cellule en cellule et gagne les autres étages, les autres bâtiments : la porte du monstre est ouverte. Bientôt, la bête sera mise à mort.

Il neigeait si fort, le jour de ma naissance, que tous les chasse-neige du département restèrent bloqués dans leurs hangars. Mon père, sorti faire un tiercé le mois précédent n'étant jamais revenu, Maman dut se débrouiller seule pour se délivrer de moi. Enfin pas tout à fait, j'étais curieux de découvrir ce que j'entendais bruire de l'autre côté de son ventre et je l'aidai de mon mieux.

Je suis né laid, comme tous les bébés, mais dans mon cas, cela ne rentra pas dans l'ordre au bout de quelques jours. Je parlais tôt, je n'avais pas un mois, mais personne ne me comprenait sauf un chat borgne qui vivait avec nous et me regardait constamment de travers. Le chat n'était pas le seul à ne pas m'aimer, ma mère elle-même me détestait. Elle ne s'adressait à moi que très rarement, surtout pour me dire combien j'étais laid et repoussant. Le reste du temps, elle me battait comme plâtre en me reprochant le départ de mon père.

À quatorze ans, je me mariais avec une grande voisine dans le sous-sol de notre immeuble. Elle rentra chez elle en pleurs et raconta tout à ses parents. On me conduisit chez les gendarmes, puis dans un hôpital plein de jeunes garçons fous. Là, on s'échina à me faire parler de moi tout en me donnant, trois fois par jour, des pilules multicolores.

Malgré le brouillard mental dans lequel je me débattais, je me mariais encore, de temps à autre, avec une infirmière obèse qui venait me visiter lorsqu'elle était de garde de nuit. Un soir d'orage, cette fille fut surprise à me faire des choses interdites dans ma cellule. Elle fut renvoyée dans la nuit à grands cris, mais cette fois, personne ne songea à me gronder.

À dix-sept ans, je profitais d'un exercice incendie que j'avais moi-même initié pour m'évader en me glissant dans la confusion comme une anguille entre les mains d'un fabriquant de savon. Je laissai le bâtiment se consumer derrière moi et me faufilai entre le bruit des sirènes et l'affolement des voisins.
De ce jour, je vécus dans la misère et la peur. Mon esprit pourtant, s'était éclairci, et je me trouvai bien mieux à courir les routes et à fuir mes crimes, qu'à me morfondre à l'hôpital. J'étais souvent contraint de quitter précipitamment les villages où j'avais déniché un petit boulot, mais où je n’avais pu m’empêcher d’assouvir une de mes irrésistibles pulsions. Bien sûr, je savais maintenant combien c'était mal de faire ces choses-là, les docteurs me l'avaient très longuement expliqué.

Je luttais, mais certaines filles faisaient parfois un geste, un tout petit geste de rien, mais qui me rendait fou. Je les suivais alors, comme un zombi, en attendant le moment propice pour les assaillir.

Deux ans plus tard, toutes les polices de France étaient à mes basques. Il faut dire que j'avais, de plus en plus souvent, cet irrépressible besoin de soulager la folie qui m'habitait. J'aimais travailler, je trouvais des petits boulots dans des exploitations agricoles ou mieux encore, des abattoirs. C'est à cette époque que je commençais à prendre plaisir à assassiner mes épouses.

Alors que je fêtais mes vingt ans, je m'introduisis nuitamment dans un pensionnat. J'avais suivi, la veille, une petite déesse brune qui m'avait mené jusque-là. Je devins si célèbre, après cette affaire, qu'on ne parla plus que de moi pendant des jours, et même à la télévision.

J'étais plus recherché et insaisissable que la vertu dans un bordel. C'est d'ailleurs avec des filles que je payais que j'essayais un temps de me guérir de ma monstruosité. Mais je ne parvenais pas à être gentil avec elles et je ne pouvais pas m'empêcher de les étrangler après. Je commençais à prendre conscience qu'un truc clochait vraiment beaucoup dans ma caboche. Je m'efforçais de ne plus me marier, mais je ne pouvais pas toujours résister.
Je crois que je devenais fou et je me décidai enfin à retourner voir mon ancien docteur de l'hôpital pour lui demander de l'aide. Je trouvai facilement l’adresse de son cabinet en ville. Ce toubib, il avait été gentil avec moi durant mes années d'enfermement. Mais il me trahit. Il fila appeler la police en prétextant aller me chercher un café. Moins d'une heure plus tard, une dizaine de policiers surgissaient par la porte et venaient me capturer comme un chien dangereux.

On reparla de moi partout et longtemps. Des gens descendaient même dans les rues et demandaient qu'on change les lois pour qu'on puisse me couper la tête.

On m'a mis dans une cage. Je n'ai pas le droit de descendre m'amuser dans la cour avec les autres détenus. Ce n'est pas grave, ils sont méchants. Ils ne font que me crier des insultes et des menaces à travers la nuit et leurs barreaux.

Mon nouveau médecin, celui qui me suit en prison, m'affirme, comme tous les autres avant lui, que ma laideur est dans ma tête et que c'est ma maman qui l'y a mise. Il dit qu'en fait, je suis très beau, anormalement beau, et que c'est précisément ma beauté qui fascine tant les gens et les journalistes et qui me rend si célèbre. Il est vrai que des femmes m'écrivent du monde entier. Je ne lis que les lettres en français, mais toutes me parlent d'un autre, d'un ange qu'elles veulent épouser et sauver. « L'ange du Diable », c'est comme ça que les journaux m'appellent.

Aujourd'hui, les gardiens sont en grève, ce sont des policiers qui les remplacent. Ils ne savent rien de ce qui me concerne, ils ont ouvert ma cellule pour que je puisse sortir en promenade avec les autres.

Je prends place dans la file. Je sais bien qu'ils vont me tuer tout à l'heure et que ça me fera mal. Tous me le promettent depuis mon arrivée ici. Celui qui est derrière moi me le dit méchamment à l'oreille. Mais je suis fatigué. Je veux en finir avec tout ce bazar qui trébuche dans ma tête. Je vais tâcher de me montrer courageux.

568 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
IBEX
IBEX · il y a
c'est l'admirable récit de la folie extraordinaire. palpitant, bien écrit, simple et prenant. Merci!
·
Graziella
Graziella · il y a
magnifique, je suis complètement entrée dans l'univers de la folie que j'adore en écriture, et d'autant plus comme ici quand c'est si bien raconté. merci pour votre texte, bravo !
·
Untrucbadour
Untrucbadour · il y a
Dommage que je découvre votre œuvre seulement ce jour. Puissante, implacable et habilement écrite. Bravo pour cette narration !!
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
C'est gentil. Je passerai vous visiter.
·
Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
Magnifiquement écrit ! Bravo.
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Merci Rabita.
·
Ratiba Nasri
Ratiba Nasri · il y a
C'est Ratiba :-)
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Oh vraiment désolé Ratiba. Je suis très myope et légèrement dyslexique.
·
Skint
Skint · il y a
J'ai lu, j'ai aimé, j'ai voté, car mieux vaut trop tard que jamais.
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Je dirai même mieux : Vieux motard que j'aimais...
·
Jeanne
Jeanne · il y a
Toutes mes félicitations James pour cet Ange du diable, un texte découvert au dernier moment, couvert de lauriers amplement mérités ainsi que pour cette recommandation estampillée S .Editions.
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Grand merci Jeanne !
·
Jeanne
Jeanne · il y a
Damned ! Mon esprit m’a leurré, mon doigt a fourché, et pourtant j’aurais juré avoir lu Lauréat et même mis ma main au feu… quoique je n’en ai que deux et j’y tiens. En vertu de quoi rendons à L’ange ce qui lui appartient, lire pour ces lauriers amplement mérités mais non décernés effectivement… à tort ou à raison. Ainsi soit-il ! Qu’importe au final la sentence, la récompense, la consécration, la distinction suprême, comme chacun sait Il vaut mieux tenir que courir et comme je dis à l’envi Un Recommandé vaut mieux que deux tu Lau(ré)ats. ;-)
·
Caruso
Caruso · il y a
Bravo pour votre très beau texte recommandé.
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Merci, c'est gentil !
·
Volsi
Volsi · il y a
Bon ben voilà... on est des losers, on est des losers, que veux-tu... :)
Enfin, toi moins... T'es "recommandé", c'est classe quand même !

·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Comment ça ? C'est quoi cette histoire ? On peut être finaliste sans être recommandé ?
Ben moi je te recommande... voila ! Tu es même ma lauréate du jour...

·
Volsi
Volsi · il y a
T'es un gentil en fait :)
De toute façon, je m'en fous, je ne fais plus que du libre sans le dire à personne et je l'enlève avant que quelqu'un le lise.... ha ha ha ! Non mais !

·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Je devrais peut-être tenter de leur refourguer une de mes saintes biographies ?
·
Volsi
Volsi · il y a
Oui ! et moi une anthologie de mes pires dictons ! :)
·
Pascale Perrin
Pascale Perrin · il y a
Une histoire de folie, teintée de douleur. Bravo. Passez me lire si le coeur vous en dit.
·
De l'Air !
De l'Air ! · il y a
Terrible et très bien écrit le récit de cet homme qui fait du mal et qui s'auto-analyse tout du long... Sa mère qui le traitait si mal devrait partager un peu la sentence... James si tu as quelques minutes j'ai mis en libre trois nouvelles poésies.
·