4
min

J’arrive…

Image de Claire V.

Claire V.

185 lectures

198 voix

Ça y est. J’ai choisi mes victimes. Cette nuit, je me régalerai de leurs peurs, de leurs cris, de leurs larmes, de leur sang.
Je suis Brume, servante de Hel, la déesse des Enfers. Ce soir, ma maîtresse comptera quelques âmes de plus dans son royaume de Niflheim. Ces âmes-là seront nos soldats lors du combat final, Ragnarök. Elles rejoindront les armées de Loki afin de défier Odin, ses dieux et ses soldats. Grâce à elles, nous pourrons détruire Asgard, la demeure d’Odin et nous régnerons sur Midgard, la terre des hommes ! Et je pourrais enfin satisfaire ma soif et ma faim...
Le village que j’observe depuis quelques heures a toutes les qualités requises pour une parfaite exécution de mon projet : de taille moyenne, isolé, avec une bonne répartition entre les hommes, les femmes et les enfants. Je peux m’attendre à un peu de résistance, les Vikings sont toujours armés. Ça n’en rend la chasse que plus passionnante ! Je m’en réjouis d’avance.
Je vais m’avancer dans le village. Il est désormais désert. La Brume a souvent cet effet sur les humains...

*****

Ce jour est mauvais. Nous n’avons pas vu le ciel et la brume nous enveloppe de toutes parts. Je distingue mal les couleurs, je n’entends pas le bruit de mes pas. Le son du marteau de Bjorn, notre forgeron, est comme assourdi. Les dieux de l’hiver s’en donnent à cœur joie : le sol est dur et froid, les arbres autour de nous sont figés... Les femmes font des offrandes et récitent des prières mais le premier mois de l’hiver est toujours le plus difficile. Je suis sorti cet après-midi car je dois voir mon frère, Gunnar. Nous devons préparer l’expédition que nous entreprendrons dès que les fjords auront dégelé. Sans cela, je serais resté au chaud, chez moi.
Quelque chose m’a frôlé ! Je me retourne : personne. Pourtant, je suis sûr qu’il y a quelqu’un, je le sens. Un esprit peut-être ? Je les sais malins et parfois mal intentionnés. Nous vivons en bonne intelligence avec eux depuis qu’un pacte a été signé entre leurs chefs et nos magiciennes. Mais parfois certains rompent ce serment. Ce pourrait être l’un d’eux qui se joue de moi... Je récite l’incantation que m’a apprise ma femme. On ne sait jamais, ça ne peut pas faire de mal.
Encore ! La chose vient de passer près de moi de nouveau... Je sais que c’est quelque chose et non quelqu’un : il n’y a personne autour de moi. Mais si ce n’est ni un être humain, ni un esprit, qu’est-ce donc ? Je n’entends plus le marteau de Bjorn. Il a dû renoncer à forger nos armes et nos outils. Je regrette d’être sorti sans mon poignard. Forgé par Bjorn et envouté par Gerda, sa femme, il me serait d’une aide précieuse.
Je sens toujours la présence de la Chose. Elle rôde autour de moi. C’est une impression diffuse, comme si la Chose allait et venait. Comme si elle voulait jouer avec moi, ou plutôt se jouer de moi. J’ai parfois l’impression qu’elle décrit de grands cercles puis décide, sans raison ni rythme, de s’abattre sur moi. Je dois en savoir davantage. Je reste sur place, tous mes sens en éveil.
Un frisson me parcourt : elle est de nouveau là ! Comme si elle m’avait traversé : le froid a subitement transpercé mes os, je suis gelé. Je me rapproche de la forge de Bjorn : le feu doit couver et j’ai besoin de chaleur et de lumière. Mais je m’arrête bien avant : j’ai maintenant la sensation d’être suivi. Il n’est plus question d’une vague intuition, non, c’est une certitude. Je suis suivi. Observé de près. Je suis figé dans le jour qui tombe, à quelques pas de la forge de Bjorn, trop loin pour sentir sa chaleur. Tous mes sens sont en alerte. Malheureusement, il semble que mes yeux ou mes oreilles ne me soient d’aucun secours. Je ne vois rien, n’entends rien.
La brume est de plus en plus dense. La nuit promet d’être froide et noire comme l’enfer de Hel. Je tourne sur moi-même, lentement, prudemment... Rien. Personne. Après quelques minutes, je choisis de rentrer chez moi. Tant pis pour la visite promise à Gunnar. Je dois discuter de tout ceci avec ma femme. En tant que prêtresse de nos dieux, elle saura ce qu’il se passe.
En arrivant, je la trouve à l’ouvrage devant son métier à tisser, notre enfant dormant à côté d’elle. Signy aime tisser et y réussit magnifiquement. Elle lève vers moi son visage et voit mon trouble. Je lui explique rapidement ce que j’ai ressenti. Signy se dirige alors vers le petit autel situé à l’angle sud-est de la maison et s’agenouille. Je ne sais si elle prie ou si elle réfléchit... Sans dire un mot, elle se relève, prend son manteau et sort. Je ne dis rien : ma femme est une grande magicienne, elle sait ce qu’elle fait. Elle ne reste pas longtemps dehors. Lorsqu’elle revient, son visage est blême, son regard grave :
- Prends le petit, nous allons chez le chef Ragnar. Ce n’est pas un esprit que tu as senti mais quelque chose de beaucoup plus fort. J’ai senti sa volonté s’opposer à la mienne lors de mon incantation. Il faut rassembler les habitants du village : la sécurité de tous en dépend. Ce soir, nous pratiquerons un acte de magie rare et puissant.
Nous nous regardons en silence. Puis, l’enfant dormant toujours entre nous, nous sortons.

*****

J’ai trouvé un homme sur la place du village. Tout à fait à mon goût : grand, fort, intelligent... Il fera un bon soldat pour Hel et un bon esclave pour moi. J’ai pris un plaisir particulier à le tourmenter. Il était très réceptif à mes attaques, plus que d’autres hommes avec lesquels j’ai pu jouer. Je ne joue pas avec les femmes : ce sont des magiciennes, elles me repèrent vite. D’ailleurs, j’en ai entendu une réciter une incantation pour me chasser, la femme de mon jouet sûrement. Présomptueuse petite peste ! Personne ne chasse la Brume !
Tout à l’heure, cet homme sera à moi et sa femme sera morte. Parce qu’il est à mon goût et qu’elle a voulu le défendre. Et les enfants seront à moi aussi. Doux, tendres, impressionnables... Comment leur résister ? D’ailleurs, je ne résiste pas. Ce village porte mon sceau désormais. Et cette nuit, je m’abattrais sur lui.

*****

Signy a convaincu notre chef de rassembler le village dans la maison longue, la seule qui puisse accueillir tout le village. L’évènement est d’importance. Pour preuve, Ragnar lui a laissé la parole. Signy a expliqué ce que j’avais ressenti, l’incantation lancée, la résistance rencontrée. Maintenant, nous, les hommes du village, sommes avec les enfants et les infirmes au centre de la pièce. Bjorn et Gerda nous ont donné toutes les armes magiques dont ils disposaient. Nous formons la deuxième ligne de défense. Les femmes et leurs incantations forment la première. Certaines gardent les ouvertures de la maison, heureusement peu nombreuses. Les autres forment un cercle autour de nous. Elles ont disposé des herbes, de l’eau et ont alimenté le feu de manière à ce qu’il brûle toute la nuit. Signy m’a expliqué qu’elle pensait que le village serait attaqué par des dieux infernaux. Peu d’entre nous sont au courant, le calme est un élément essentiel. Je lui ai promis de ne pas la quitter des yeux. Et de tuer notre enfant de mes mains si jamais la nuit devient rouge.
L’incantation va commencer... Odin, Père de tout, pose ta main sur nous !

*****

La nuit est tombée, sombre et dense. La chasse peut commencer. J’arrive...

Finaliste

198 VOIX

CLASSEMENT Très Très Court

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Conte glaçant comme cette brume mythologique implacable, j’ai apprécié les références et la construction, mon soutien à votre texte !
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci !
·
Image de Sangdragon
Sangdragon · il y a
Super, j'ai beaucoup aimé
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci !
·
Image de Volsi
Volsi · il y a
Une jolie tension. Bonne chance
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci.
·
Image de Flou
Flou · il y a
Une brume que l'on a envie de tailler au couteau, voire écrabouillée par le marteau d'Odin tant elle nous glace les os.IIest bien amené votre récit.Bravo et mes voix. Si vous voulez,passez me voir chez les prédateurs où cinéma-flop.
Flou.

·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci. Je vous rends visite de ce pas.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Brrr... Je découvre un récit effrayant qui fait froid dans le dos. Belle écriture !
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci.
·
Image de Alex Des
Alex Des · il y a
Beau récit, bien construit et haletant. Bonne chance! Petite remarque: les informations du deuxième paragraphe gagneraient peut-être à être distillées plus progressivement dans le récit, afin de maintenir le suspense quant aux motivations de la brume.
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci pour votre soutien.
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Claire V.,
Mon soutien et toutes les voix dont je dispose actuellement (+4).
J'ai beaucoup apprécié l'usage du présent du narration, qui rend votre nouvelle très visuelle et permet l'identification au narrateur.
Votre nouvelle est par ailleurs très bien construite. Quant à "la Chose", elle m'a fait frissonner tout au long de votre récit. Bravo !
Dans l'esprit de partage inhérent à ce site, puis-je me permettre de vous inviter à découvrir "Inappétences" ?
Bonne chance pour le podium et à bientôt je l'espère,
Tranquillou974

·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci pour votre soutien.
·
Image de Thierry de Janville
Thierry de Janville · il y a
Vade rétro satanas
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Bonne chance :)
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci.
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
L'alternance des points de vue fait augmenter progressivement la tension dans ce récit bien écrit et dont a envie de connaître la suite . . . Bonne chance Claire !
·
Image de Claire V.
Claire V. · il y a
Merci.
·