3
min

Face et Face

Myrtale

Myrtale

68 lectures

46 voix

« T'es sûr ? Ça fait long trois mois quand même là-dedans ...
-Ne t'inquiètes pas je tiendrais.
-T'es sûr de sûr ? Je pourrais difficilement venir te chercher avant.
-Sûr ! »
Je lui tends un pot de sel.
« C'est pour le chasser le mauvais œil. »
Il soupire mais prend quand même une poignée de sel qu'il jette par dessus son épaule.
« C'est bon on peut y aller ? »
Il se place devant le miroir, je me met derrière lui. Je pose ma main sur ses yeux et je le Bascule.

La jeune fille que j'ai eu au téléphone quelques jours plus tôt arrive environ une heure plus tard. Sa voix un petit peu grave m'a fait croire qu'elle était beaucoup plus âgée. Elle a l'air d'avoir vingt ans à peine. Elle est plutôt grande, bien habillée.
« Le voilà »
Elle se rapproche du miroir, observe le cadre en bois finement sculpté, contemple longuement son reflet.
« Je lui trouve une teinte agréable. Je le prends »
J'emballe soigneusement le miroir avec beaucoup de papier bulle avant de le placer dans une boîte en carton.
« Vous avez besoin d'aide pour l'installer ?
-Merci, mais j'ai ce qu'il me faut »
Je l'aide à porter le carton jusque dans le coffre de sa voiture.

Je reviens dans la boutique. Je ne sais pas comment il fera pour tenir si longtemps. Moi, quelques heures à peine et j'ai déjà la gerbe . Il y a d'abord cette sensation oppressante qui ne vous quitte jamais. Et puis il y a cette angoisse incessante qui s'empare de vous, vous serre les tripes et ne vous lâche pas. Basculer c'est renoncer à son libre arbitre, c'est ne plus choisir ce que l'on voit, ce que l'on entend, ce que l'on sent ; c'est aussi renoncer à être considéré comme humain et peut être même un peu à se considérer comme tel. Je crois que Martin y trouve un certain plaisir. Moi, ça m'angoisse.



Ça fait trois mois jour pour jour que Martin a Basculé. Vers midi le téléphone sonne. C'est elle. J'ai l'impression que sa voix tremble un peu. Son miroir s'est soudainement brisé pendant la nuit, aucun impact ne peut l'expliquer. Je la rassure, lui dit que c'est un très vieux miroir, que peut-être les changements brusques de température de ces derniers jours sont en cause. Je lui propose de lui donner un nouveau miroir si elle me rapporte le cadre et tout les morceaux brisés.

Elle arrive en fin d'après-midi. Elle me tend un grand sac en toile. J'y jette un coup d’œil, j'y trouve le cadre et les morceaux de la glace. Ils sont de grande taille, c'est bon signe. Elle marche lentement dans la boutique s'approche d'un de mes nombreux miroir puis s'en éloigne pour en contempler un autre. Ses multiples personnes apparaissent puis disparaissent au fur et à mesure de sa progression dans la boutique.
« Ça arrive souvent ?
-Qu'un miroir se brise soudainement ? Rarement, mais oui ça arrive.
-Dommage, je l'aimais vraiment beaucoup celui-là »

Elle ne trouve rien qui lui plaise. Je lui propose de placer un nouveau miroir dans le cadre de l'ancien. Elle hésite un peu puis accepte. Elle pourra passer dans une semaine le récupérer.

Dès qu'elle s'en va je baisse le store. Je ne veux pas être dérangé. Je prend le sac en toile et je m'enferme dans l'arrière-boutique. Je reconstitue le miroir sur une grande plaque en cuivre posée sur mon établi. Ca me prend un peu de temps. Je ne veux pas faire d'erreur. Une fois complet je le recouvre d'un grand drap blanc. Je pose dessus une feuille de laurier et une branche d'olivier. Je m'assois par terre je ferme les yeux et je récite les trois incantations d'une voix lente. L'une pour l'âme, l'autre pour le corps, la dernière pour la liberté retrouvée.

Je soulève le drap d'un coup. Ouf, il est à nouveau entier. Je pose ma main sur sa surface et prend une grande inspiration, elle s'y enfonce jusqu'au coude. J'attends, rien. Qu'est ce qu'il fout ? Il aurait déjà du saisir ma main. J'hésite. Est-ce qu'il faut que j'aille le chercher ? Soudain je sens quelque chose. Je sens sa paume contre la mienne et puis ses doigts qui serrent les miens. Je tire doucement, constamment. Je vois enfin son bras puis sa tête. Ses deux bras dégagés il les pose sur mes épaules. Je le tire par la taille jusqu’à que ses deux pieds soient libres. Je le serre contre moi longuement. Je l'entends rire doucement.
« Je t'ai manqué tant que ça ?
-Salaud ! J'ai cru pendant deux secondes que t'étais perdu. »
Je desserre mon étreinte et le regarde. Il a la même tête qu'avant de Basculer. Les traits un peu plus tirés peut-être.
« J'ai faim. »
Je le fais asseoir sur mon tabouret. Je vais chercher un jambon-beurre que j'avais préparé à l'avance et lui sert une verre de rouge.
« Alors, c'était comment ?
-C'était... surprenant.
-Surprenant ?
-Tu ne devineras jamais ce que j'ai vu.
-Tu me raconteras plus tard. Mange d'abord. »

Je meurs d'envie de lui poser des questions. Mais je le laisse manger en silence. Je préfère qu'il me raconte tout d'une traite, quand il sera assez reposé pour le faire. De toute façon je sais à son regard pétillant qu'il n'attends que ça, que je l'interroge. Je ne lui laisserais pas cette satisfaction, pas après la trouille que j'ai eu.

« Mais quand même. Je comprends pas pourquoi tu fais ça... »
Il mâche longuement son dernier bout de sandwich. Et le regard perdu dans le vague :
« Je m'en voudrais d'avoir une possibilité de comprendre des choses et de ne pas l'utiliser. Je ne veux pas refaire d'erreur de jugement hâtif. Plus jamais »

En compét

46 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un texte original et dur à percer, mais on y parvient. Aimerez vous "l'invitation" et "reflets" ? Ou Tropique dans un tout autre genre.
·
Virgo34
Virgo34 · il y a
Un peu complexe mais intéressant.
Mon pantoum (Rêve d'ailleurs) est aussi en cavale dans la Matinale. Je vous invite à aller le découvrir.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reve-dailleurs-pantoum

·
Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Le texte est original, intéressant mais le dernier paragraphe m'a laissée un peu sur ma faim...
·
Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Un beau texte, attirant et mystérieux, qui pourrait devenir le début d'un roman !
·
Caroli
Caroli · il y a
Très originale et mystérieux, j'aime beaucoup ! et que ce qu'a vécu Martin ne soit que suggéré ne m'a pas dérangé, cela ouvre juste la porte à l'imagination ! +5
si ça vous dit de cavaler 2mn avec mes Explorateurs : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/explorateurs-3

·
Cookie
Cookie · il y a
De l'autre côté du miroir on pourrait en voir des choses. Comme dans un miroir sans tain. j'aime !
·
Arlo
Arlo · il y a
Récit très bien mené et en peu de temps. Bravo. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir ses deux poèmes * sur un air de guitare* retenu pour le prix hiver poésie et * j'avais l'soleil au fond des yeux* de la matinale en cavale. Bonne chance à vous. http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/sur-un-air-de-guitare-1
·
Morane Bob
Morane Bob · il y a
Je suis perplexe. Un peu perdu, mais positivement perplexe. Quelle drôle d'histoire ! Vécu du côté du vendeur, c'est assez prenant ! En revanche, deux choses: une sur la forme. Le début est un peu difficile entre le premier et deuxième paragraphe, j'ai du relire pour voir si j'avais pas manquer une information...si on était le même jour, au même endroit avec la personne dans le miroir ou le vendeur. Deux: sur le fond. Je suis frustrée de pas comprendre la chute. Que doit comprendre MArtin ? Quelle erreur a-t-il commis auparavant ? Ou alors, j'ai pas capté un aspect plus philosophique...dans ce cas, mon cerveau est le coupable.
·
Myrtale
Myrtale · il y a
Je comprends votre perplexité, je crois en fait que le problème vient de mon cerveau : j'ai envisagé l'histoire comme un petit film et je crois que j'ai omis trop de détails qui m'étaient évidents mais qui ne le sont pas du tout pour le lecteur. Quant à la chute disons que Martin a peut-être jugé des situations trop rapidement par le passé, en se basant sur des préjugés par exemple et depuis il s'en veut et voit peut-être comme une forme de rédemption le fait de pouvoir observer longuement les choses et de pouvoir accéder à un autre point de vue plutôt que des les juger hâtivement à partir d'idées préconçues... J'avoue que si j'aime bien le concept qui a émergé du thème, je crois que sa réalisation laisse à désirer, je pense que je vais probablement le reprendre sous un format plus long. En tout cas je vous remercie grandement pour votre opinion, ça m'est fort utile.
·
Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Votre commentaire éclaire bien la fin de votre histoire. Oui je pense que cela vaudrait le coup de reprendre ce texte ;-).
·