2
min

Cinq secondes

Christophe

Christophe

1181 lectures

121 voix

C'est drôle, je n'ai même pas peur.

Pourtant, j'ai hésité... satané vertige ! Il a fallu que les flammes commencent à attaquer mon pantalon pour que je me décide. J'espère qu'il était en coton. Le synthétique, ça fond et ça reste collé à la peau. Rien que de penser à celle-ci s'arrachant en même temps que le tissu... ça me dégoûte. Non, c'est sûrement du coton. Je ne m'habille qu'en cent pour cent coton et je vérifie toujours l'étiquette. Comment mon appartement a-t-il pu prendre feu ? Moi qui suis si minutieux. C'est le bon côté d'habiter dans un village, les pompiers sont tout de suite au courant. C'est leur sirène qui m'a réveillé, sinon, je crois bien que j'aurais fini en rôti. Quand j'ai ouvert les yeux, je me suis cru un instant en enfer. J'en suis tombé de mon lit. Les flammes avaient pris possession de mon appartement et le grignotaient méthodiquement. Impossible de sortir par la porte, elles en avaient fait leur entrée. Je n'avais pas envie de leur servir de plat de résistance. Il ne restait que la fenêtre. Dans la rue, les pompiers avaient déployé leur bâche et attendaient, le visage fixé vers le ciel. Je n'avais plus qu'à sauter. J'ai mis un pied sur l'embrasure de la fenêtre et je me suis retrouvé en tête-à-tête avec mon vertige. J'avais beau lui expliquer que j'étais en danger de mort, qu'il n'y avait aucun risque que je rate ma cible et que les hommes en bas étaient rompus à ce genre d'exercice, il refusait de me laisser sauter. Il n'y a que le premier pas qui coûte, dit-on. Celui-ci m'a coûté mon pantalon. La douleur dans les mollets a été plus convaincante que tous mes arguments. Fermer les yeux. Non, ça fait trop peur. Les rouvrir. Avancer un pied. Sentir le déséquilibre. Prendre une inspiration. C'est parti ! Trop tard pour changer d'avis.

Braves pompiers !

Dans les villages du sud de la France, ce sont des volontaires, des voisins que l'on croise tous les jours et qui enfilent leur uniforme à la première alerte. D'ailleurs, maintenant que je me rapproche, des visages me semblent familiers.
Lucien ! Mon bon Lucien !
Toi, je sais que tu es pompier. Je le sais bien parce qu'à chaque alerte, ta femme me téléphone pour que j'aille la rejoindre. Bénis soient les pyromanes, les campeurs imprudents, les chats explorateurs qui grimpent-sur-arbre plus haut que leur cul ! Ils m'en ont offert, des parties de plaisir. Et toi, gros couillon, tu ne t'es jamais douté de rien. Faut dire qu'à ce que j'en sais, tu n'as jamais vraiment été capable de lui éteindre son incendie à la Marie.
Sacré Lucien !
Mais qui vois-je à tes côtés ? Mais c'est ton frère Raoul ! Je parie que le cadet est là aussi. Mais oui ! Voilà Pascal ! Toute la fratrie au complet.
Par contre, les autres ne me disent rien du tout. Bizarre. Remarque, on n'est pas obligé de connaître personnellement ceux qui vont vous sauver la vie. L'important est qu'ils empoignent fermement la bâche. Pourtant, maintenant que je vois mieux les détails, je trouve que vous avez une bien étrange manière de la tenir, cette bâche. Juste du bout des doigts.... Vous êtes fous ! Vous ne pourrez jamais supporter le choc de mon arrivée.
Lucien, mon cher Lucien. Arrête de me regarder comme ça, tu me fais peur ! Et les autres là, pourquoi détournez-vous les yeux ?
Dis donc, Lucien, maintenant que j'y pense, tu n'étais peut-être pas si couillon que ça !

C'est drôle, je n'ai même pas peur.

121 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Black Jack
Black Jack · il y a
Merci pour ce partage de lecture, une nouvelle qui a le mérite de nous mener au coeur d'une réflexion intérieur.
·
Christophe
Christophe · il y a
Bonjour, je tenais à remercier tous les lecteurs qui ont voté pour moi. Je voulais aussi vous remercier pour vos gentils commentaires. Je n'ai pas réussi à répondre à tous, je manque d'entraînement, mais merci, merci, merci !
·
Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Cinq minutes et la finale se termine... ouf j'ai eu le temps de voter pour cette histoire qui m'a bien fait rire.
·
Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Confirmation in extremis...
·
Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Inattendu (comme chute...)
À force de jouer avec le feu...
Mon vote !

·
Moniroje
Moniroje · il y a
Hou que j'ai ri!!! j'en glousse encore!!!
·
Doum
Doum · il y a
Très amusant!
·
Virgo34
Virgo34 · il y a
Belle chute ! Bonne chance !
·
Esdras Edou-Eyene
Esdras Edou-Eyene · il y a
J'adore ! C'est bien écrit, chaque phrase est intéressante, et la chute est parfaite.
·
Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Bien mené avec une belle chute,mon vote! Si le coeur vous en dit je vous invite à lire et soutenir mon poème en finale < Voyage > et merci!
·