4
min

À un éternuement près

Image de Florent Chako

Florent Chako

79 lectures

76 voix

« Bonjour amis Terriens, nous venons en paix. »
C'est ainsi que l'équilibre de la petite cité de Saint-Clément-les-deux-chênes avait été perturbé, un jeudi matin.
L'individu qui avait prononcé cette phrase n'était pas plus haut qu'une tulipe mais, malgré l'apparence humaine qu'il s'efforçait d'adopter, l'impression qu'il faisait aux villageois allait de la perplexité à la franche terreur. Il faut dire aussi que son vaisseau Zluton 238 dernier cri avait débarqué sur le toit du forgeron dans un tourbillon de lumière magenta et en émettant, en signe de paix, une playlist des tubes les plus à la mode de l'année 2253.
Tout aurait dû bien se passer, au détail près que le pilote du Zluton avait éternué lors d'un moment de calcul crucial, et que le vaisseau était arrivé un millénaire trop tôt – et que la musique plasmotronique'n'blues avait fait lâcher son marteau au forgeron qui s'était gravement fracturé le pied.
« Mes chers concitoyens » avait démarré le bailli du village qui pensait à sa réélection, « Cet incident est certes terrible pour notre forgeron qui est actuellement entre les mains du prêtre et de l'apothicaire, également terrible pour l'anniversaire du fils de notre bon seigneur Childebert qui n'aura pas sa nouvelle épée en rentrant du tournoi de Saint-Roch-la-voisine, mais surtout c'est un message fort pour tout le village. Cette lumière et ce son apocalyptiques ne peuvent provenir d'une origine divine, et ce miniature individu est d'une essence contre nature. La vieille folle qui habite en haut de la colline vous dira que c'est une sorte d'elfe ou autre créature saugrenue, moi je dis que c'est une manigance des Sarrasins. »
Le bailli marqua une pause. Il était bien content que le prêtre soit au chevet du forgeron, car cet opportuniste n'aurait pas manqué l'occasion d'en placer une contre les Sarrasins et promouvoir au passage son sermon du dimanche.
« Nous devons partir en croisade contre les Sarrasins ! »
Il fut applaudi et s'en félicita : son rôle de bailli étant de garder la cité et y maintenir l'ordre au nom du roi, mais pour une noble cause comme celle-ci c'est le seigneur Childebert et ses vassaux qui seraient contraint de lever les armes en direction de l'Orient.
Excellent pour ma condition, et tant pis pour l'anniversaire du rejeton ! marmonna-t-il dans sa barbe.

Et puis il y avait cette jeune fille, née d'une mère lavandière et d'un père inconnu, qui avait des taches de rousseur et des dents proéminentes, qu'on disait simple d'esprit. Elle s'approcha du petit personnage en combinaison orange et rose conçue dans un équivalent de lycra au titanium qu'elle n'aurait de toute façon pas su définir.
« Je m'appelle Brume, dit-elle, car ma mère m'a mis au monde un matin d'automne où on n'y voyait pas plus loin que le bout du nez. Je suis comme elle lavandière, et puisque je suis encore petite, je me glisse aussi dans les conduits de cheminée pour ramoner. »
Le bailli écarquilla les yeux, imité par toute l'assemblée. Personne n'avait osé approcher à moins de vingt pas du visiteur, et voilà qu'une enfant venait lui faire la conversation.
« Je vous comprends, poursuit-elle, les habitants ne s'approchent jamais de moi. Vous qui dites venir en paix, je ne vois pas de raison de ne pas vous tendre la main. »
Le visiteur fut à moitié rassuré. Le discours incompréhensible du grand bonhomme rubicond ne lui avait guère inspiré confiance, il avait même cru discerner une pointe d'hostilité. Néanmoins, qu'est-ce que cette porte-parole au visage constellé de son venait de lui dire ! L'année terrestre 2253, dans laquelle il croyait toujours avoir atterri, avait été choisie spécifiquement par son peuple car, d'après leurs observations, il s'agissait d'un pic pour l'humanité en terme de tolérance et d'ouverture d'esprit, par conséquent une ère propice pour entamer des relations cordiales. Comment donc était-il possible que la porte-parole des humains se définisse elle-même comme une réprouvée ? Et puis d'ailleurs, les bâtiments en pierre, bois et chaux ne correspondaient pas aux observations. Il avait clairement vu lui-même des gratte-ciel en verre végétal recouverts de jardins et de cellules photovoltaïques.
« Peut-on vous nommer ? » demanda la candide souillon.
Allez, après tout ! songea le petit interlocuteur.
« Appelez-moi Zongle, même si mon nom complet est beaucoup plus long car je suis quelqu'un d'important. Je suis venu quérir votre amitié, car les savants de ma planète vous observent depuis longtemps, et nous avons estimé que votre civilisation était suffisamment éclairée pour accepter l'idée que vous n'êtes pas seuls dans le cosmos et que votre réaction sera beaucoup plus mature que ce que les films catastrophes de vos ancêtres ne laissaient présager. »
Le dénommé Zongle risqua un clin d'œil, il savait que la date du 4 juillet était proche et qu'elle jouissait d'un rôle prépondérant dans la culture terrienne majeure.
Brume n'avait pas compris grand chose, sauf le début.
« - Votre amitié je la veux bien, je n'en ai jamais reçu de personne ! En plus avec votre petite taille, vous aller pouvoir m'aider dans les cheminées !
- Heu... sûrement ! »
Le petit individu tentait de masquer son malaise. L'aider dans les cheminées, qu'est-ce que c'était que ce protocole ? Il était presque autant décontenancé que le bailli qui tentait d'élaborer un stratagème pour reprendre la main. Ce dernier, qu'on appellera par convention Roger, eût soudain l'illumination :
« Mon bon sire Zongle, permettez-moi au nom du village de Saint-Clément-les-deux-chênes de vous souhaiter la bienvenue, et de vous inviter à une collation dans mon humble demeure. »
Zongle fut soulagé : enfin une attitude convenable et conforme à ses attentes !

Roger s'était ragaillardi. Avec le concours de ces sons et lumières d'outre-terre, il serait en mesure d'amoindrir l'influence de l'archevêque qui, n'ayons pas peur de le dire, empiétait considérablement sur l'autorité du roi dans toute la région. Et puis, pourquoi pas, se lancerait-il dans la conquête d'une terre voisine, acquerrait un titre de noblesse clinquant et épouserait une damoiselle matériellement et physiquement bien pourvue. Childebert et sa filiation pouvaient bien se tenir.
« Que le Pacôme m'apporte une poule, et que la Bérengère me la cuise avec des navets ! » aboya le Roger qui se sentait pousser une particule et imaginait déjà sa descendance au sang bleu.
Il eût une œillade dominatrice en direction de Brume qui baissa les yeux mais fût néanmoins autorisée à venir balayer devant sa porte. Zongle pour sa part débarqua son équipage et bientôt une dizaine de petits êtres vêtus de combinaisons bariolées défila jusqu'à la maison du bailli. Seule Brume, qui avait l'habitude de garder les yeux au sol, s'aperçut qu'une queue dépassait du pantalon de deux d'entre eux. Mais elle ne dit rien, le bailli avait déjà été assez magnanime de la laisser balayer devant sa porte...

76 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Joséphine
Joséphine · il y a
Sympathique rencontre, improbable ! Je trouve que la force de ce texte ce sont ses petites formulations intéressantes disséminées ça et là que j'aime beaucoup comme : «Childebert et sa filiation pouvaient bien se tenir.
« Que le Pacôme m'apporte une poule, et que la Bérengère me la cuise avec des navets ! » aboya le Roger qui se sentait pousser une particule et imaginait déjà sa descendance au sang bleu.» Soit elles font sourire, soit elles renforcent l'impression d'être dans une autre époque, donc autre langage, soit les deux.

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Florent Chako
Florent Chako · il y a
Merci Richard ! Oui en effet, le système de votes de short est ce qu'il est, avec comme vous dites la pub pour récupérer un max de voix qui personnellement me gêne un peu... Au plaisir !
·
Image de Mapy
Mapy · il y a
Super : on est très vite embarqué et on attend une suite oui...
·
Image de Thomas Poussard
Thomas Poussard · il y a
La suite, la suite!!
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Très belle histoire que ces visiteurs. Mes voix. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Amusant et divertissant, il me manque juste un chouillis de brume. Bonne journée.
·
Image de Sylvain Le Loarer
Sylvain Le Loarer · il y a
Superbe histoire très bien écrite sans temps mort. Je vous invite à découvrir les rues de " Whitechapel"
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
+5... j'aime bien l'idée des visiteurs avec leurs petites queues!! Et l'éternuement! Bcq d'humour... bravo!
·
Image de PommeGaunt
PommeGaunt · il y a
Un texte bien écrit et très intéressant ! 4 voix que vous méritez ! ;) J'adore l'idée d'une visite extra-terrestre à une époque passée, ça change des visions de l'avenir ou du présent. L'utilisation de "Brume" diffère des autres textes, c'est original et j'aime cette petite fille. Et puis, votre texte donne tout de même une belle note d'espoir, avec l'idée d'un moment idéal de l'humanité, d'ouverture d'esprit, d'immeubles végétaux etc. Bravo et bon courage pour la suite !
PS : J'aurais pu mettre 5 voix, mais je ne l'ai encore jamais fait dans ce concours, je ne sais pas ce que j'attends... ^^' Bravo en tout cas !

·