1
min

La Marelle

Gérard Aigle

Gérard Aigle

48 lectures

11 voix

J'ai souvent traversé l'Italie
Sur des rêves un peu fous
Tiré par de mauvais chevaux.
Aux frontières d'un monde finissant
J'allais avoir quarante ans
J'ai senti se poser sur mon épaule
La brûlure d'un regard bleu.
C'était vous Elisabeta Christofari
C'était vous.
Vous êtes entrée dans ma vie un peu par effraction
Sans doute avais-je laissé quelque porte ou quelque fenêtre mal assurée
Et qui ne me garantissait plus.
Vous m'avez redonné le goût de la palinodie
Et délivré de certitudes hâtives
Auxquelles d'ailleurs je ne croyais plus.
Je vous ai aimée Elisabeta Christofari
Et je vous aime encore
Pour l'oubli des jours pâlis
Des chemins torts
Et des lieux que le sens a fui
Je vous aime
Pour le renouveau ensoleillé
Pour les rues versantes de Santa Catherina
Pour vos éclats de rire
Pour le ciel immense et clair
Tracé d'une craie blanche
Au sommet d'un grand jeu de Marelle.

Sienne.

11 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
Waouhhhh! comme c'est beau, si bien tourné , j'adore et vote avec plaisir
si le cœur vous en dit, je vous invite en Russie avec mon poème en compétition
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/lettre-a-sacha
bien à vous

·
Cajocle
Cajocle · il y a
Que c'est beau !
·
SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Ah Sienne ! Petite merveille Italienne :)
·