1
min

 Vers libres  Instant de vie

La fièvre de l'infant

Renaud

Renaud

921 lectures

68 voix


À son souffle attentif qui ressemble à un râle,
Crispé, chétif, l’infant de sa main fine et pâle,
Effaré, s’accroche au brocard ;
D’un effort opiniâtre, il humecte sa lèvre
Qui fulgure un instant, écaillée par la fièvre,
Stigmate fugace et blafard.

Les piquiers castillans, l’air nonchalant, bravaches,
Soucieux du galbé de leurs blondes moustaches,
Superbes, ignorent l’enfant…
Si parfois leur regard se trouble ou bien s’alarme,
C’est qu’il manque un clou d’or sur la hampe d’une arme,
Une houppe, sous l’olifant…

L’œil fixe, un brin moqueur, le ara se déhanche,
Narguant le sapajou enchaîné sur sa branche,
Dans son habit de Sarrasin ;
La naine, courroucée, lève la main, menace
Le lévrier tremblant qui implore, tenace,
Quêtant des yeux les lourds raisins.

Courbé sur un prie-Dieu dissimulé dans l’ombre,
Un jésuite, si vieux sous sa capuche sombre,
Morne, confus, semble prier ;
Tandis qu’un des Nubiens, préparant quelque essence,
Écrase des grains bleus dans une huile garance,
Un coq entravé sous le pied.

Par la croisée ouverte un doux parfum d’orange
Tel un subtil encens s’élève jusqu’à l’ange
En soie moirée, au ciel de lit ;
Et le petit garçon supplie le pur visage,
De lui laisser la vie avec assez de rage,
Pour punir celui qu’il maudit !

Hier soir, malgré la quinte, il entendit son frère
Chuchoter impassible à la reine, leur mère,
Frêle et ployée comme un grand lys,
Que l’on devrait cesser toute thérapeutique,
Que Dieu, les préservant d’affrontements tragiques,
Réclamait l’aîné de ses fils…

Malgré cette douleur qui lente broie son âme,
Et les valets grossiers, insolents, qui se pâment,
Singeant les gestes des docteurs,
Il s’agrippe, obstiné, égaré dans sa fièvre,
Au souffle de la vie qui veut fuir, tel un lièvre
Submergé par toutes les peurs.

Or ce matin l’oiseau se lance, lourd, volette,
Se pose sur le lit, puis, inclinant la tête,
Salue l’infant tremblant de froid ;
Lui a su percevoir la volonté farouche
De la forme têtue qui, du fond de sa couche,
S’est juré un jour d’être roi !

68 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Scribo
Scribo · il y a
Joli poème ! Bravo pour la performance bien méritée ! ;)
Voici mon oeuvre présentée en finale de la matinale des lycéens, si vous voulez venir faire un petit tour (deux minutes de lecture) ;) : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/tournez-a-droite
·
Elmorabethi
Elmorabethi · il y a
j'aime bien , surtout la lecture
·
Lila
Lila · il y a
Magnifique :)
·
Sébastien Broucke
Sébastien Broucke · il y a
Bravo... Le talent est une si belle chose en ce monde... Mais sans travail, il n'est qu'une fièvre qui aurait vaincu son hôte. Toutes mes félicitations.
·
Laurette
Laurette · il y a
je relis tout ce que j'ai loupé !!! ben je ne vous avais lu, quelle erreur ! je me suis régalée et je me suis trouvée fort dépourvue quand votre victoire j'ai vue en lieu et place de la mienne. Je ne suis point contente monsieur que vous ayez raflé la mise, mais avec une telle plume je m'en suis vite remise !!! bravo à vous ...
·
Renaud
Renaud · il y a
Libellaise, votre petit message est plein de noblesse, et je suis confus de m'être glissé devant vous. Cela ne se fait pas, et le tact impose que je vous cède la place. La prochaine fois sera la votre, croyez bien...
Merci, pour vos bons mots !
·
Laurette
Laurette · il y a
sourires ... à très vite sur nos poésies respectives
·
Renaud
Renaud · il y a
Mais bien sûr ! Avec joie !
·
Marie
Marie · il y a
Revenant de voyage, je vois que vous êtes Lauréat ! Après nos échanges, vous devinez à quel point j'en suis ravie. Je ne pourrais que reprendre ce que j'en ai déjà dit il y a ...longtemps maintenant.
Bravo Renaud.
·
Renaud
Renaud · il y a
Marie, merci de votre commentaire, si sincère...et émouvant. Vos mots me touchent :-)
·
Marie
Marie · il y a
Bonjour Renaud, je vous avais promis de vous signaler un texte, modeste, dédié à un grand-oncle MPLF en 1916. Ce texte n'a pas été retenu par le jury mais je comprends qu'il n'intéresse pas forcément beaucoup de monde. Il est sur ma page perso et s'intitule "La photo d'Eugène" ; j'ai aussi vraiment la photo. Bonne année à vous.
·
Joelle Teillet
Joelle Teillet · il y a
Lol. .c'est un débat teleshorté ci dessous ;-)
Vous devriez inverser vos pseudos
Renaud pour le chanteur de rue..
Gebel de ...pour l'artiste des toiles de musée ;-)Très belle toile toutefois. Je ne suis pas instruction née mais j'aime bien remonter le temps parfois. .
·
Renaud
Renaud · il y a
Merci Joelle, pour le commentaire sympa. Et l'idée aussi, d'inverser les noms... :-)
·
Stéphane Gebel de Gebhardt
Stéphane Gebel de Gebhardt · il y a
Ne m'en voulez pas mais j'ai bien failli m'endormir en vous lisant comme l'infant dans son lit. Mais c'est bien écrit comme on le faisait au 18e siècle. Niveau bien supérieur à mon poème je vous l'accorde, tant dans la complexité que dans l'ennui. Vous voyez c'est vraiment la toute première fois que je critique un auteur, je m'étais toujours juré de ne pas le faire mais pour vous j'enfreins cette règle. La poésie doit être vivante, charmante, transmettre des émotions et non un ennui profond...Voilà, je ne répondrai plus, je vous souhaite une bonne journée.
·
Renaud
Renaud · il y a
EN AUCUN CAS je ne vous en veux, et si j'ai pu contribuer à votre sommeil, eh bien c'est au moins ça. C'est un peu d'humour, s'entend. :-)
Plus sérieusement, que vous le trouviez ennuyeux est tout à fait dans votre droit, d'autres avec vous ont certainement éprouvé le même sentiment et je n'en discute pas. Il est vrai que mon écriture est "d'autrefois", comme vous dites. En cela vous avez raison. Et je note que vous reconnaissez avec un beau fair play une certaine qualité à mon poème.
Et à coup sûr, vous êtes encore dans le vrai lorsque vous évoquez une poésie qui doit transmettre des émotions ; charmante, je ne sais pas, mais vivante, oui, à coup sûr. Je vais réfléchir à cet ennui qui peut-être plombe mes écrits ; le prochain qui devrait paraître tiendra compte de votre remarque, ma foi.
Enfin, je vais essayer...
Je regrette votre silence futur, croyez bien.
A vous lire....
·
Stéphane Gebel de Gebhardt
Stéphane Gebel de Gebhardt · il y a
Je regrette déjà ma remarque, croyez-le bien, sans doute un coup de sang...Désolé...
·
Rimaillon
Rimaillon · il y a
Rimaillon écoute Renaud
Depuis mil neuf cent septante-sept.
Lira désormais le poète
Qui aussi s'appelle Renaud.
·
Renaud
Renaud · il y a
Rimaillon, merci de me comparer à l'autre Renaud ; j'en suis honoré, et moi aussi je l'écoute !
Merci pour vos bons mots...
·
Amphicyon
Amphicyon · il y a
Un petit prix juste avant noël, de 100 boules comme cadeau, ça fait toujours plaisir ;-)
·
Renaud
Renaud · il y a
Ben c'est sur que c'est le bien venu, 100 boules ! Oui, Fred, je pense que Amphicyon (un nom très poétique, ma foi...) fait allusion aux euros.
·
Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah, nouveau nom pour les euros ou c'est autre chose ? ;-)
·