1755 lectures

1124 voix

C'est là que l'a amené son fils Aimé.
C'est là qu'il l'a déposé, objet consigné,
Par un triste soir, un soir cafard,
Dans ce grand dortoir, ce mouroir pour vieillards.

Ils lui ont demandé toute sa pension.
Eh oui ! C'est coûteux de nos jours l'abandon.
Ils l'ont claustré dans une geôle meublée.
Vingt mètres carré avec terrasse fermée à clé.

Mais il peut lire et regarder la télé,
Boire et manger au milieu d'étrangers,
Jouer au scrabble ou au loto
Tous les matins ou presque... c'est rigolo.

Il y a même un chanteur raté, mais jovial
Qui essaie d'les faire guincher, comme jadis au bal.
Une fois par mois il imite mal Trenet ou Brel.
L'écoutent-ils derrière ce sourire où se cache leur sommeil ?

Et puis il y a ces nuits quand le soleil n'est pas couché,
Ces longues nuits blanches qui résistent aux cachets,
Avec leurs fantômes obsédants qui le hantent,
Leurs visages oubliés, leurs silhouettes évanescentes.

Et puis il y a aussi le voisin ou la voisine, jamais les mêmes,
De la chambre d'à côté... aujourd'hui, c'est le sixième.
Car la grande faucheuse appartient au décor
De ce lieu où les vivants sont déjà morts.

C'est là que l'a amené son fils Aimé.
C'est là qu'il l'a déposé, objet consigné,
Par un triste soir, un soir cafard,
Dans ce grand dortoir, ce mouroir pour vieillards.

1124 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Sol
Sol · il y a
J'arrive trop tard pour voter malheureusement... Vous décrivez très bien la fin de vie en ehpad, ces mouroirs modernes... Merci
·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Le problème c'est qu'une fois un Prix terminé, on passe à un autre et certains textes qui ont été écrits pour être lus ne le sont plus. Merci pour votre visite :-)
·
Nonostra
Nonostra · il y a
Tu verras, tu seras bien : vous avez ferré l'indicible du temps qui abandonne :

"J'aurais bien voulu te prendre
Avec nous comme autrefois
Mais Suzy m'a fait comprendre
Qu'on est un peu à l'étroit
Il faut être raisonnable
Tu ne peux plus vivre ainsi
Seule si tu tombais malade
On se ferait trop de souci

Tu verras tu seras bien

On va trier tes affaires
Les photos auxquelles tu tiens
Celles de papa militaire
Des enfants et des cousins
C'est drôle qu'une vie entière
Puisse tenir dans la main
Avec d'autres pensionnaires
Vous en parlerez sans fin

Tu verras tu seras bien

Oui je vois le chat s'agite
On ne trompe pas son instinct
Mais il oubliera très vite
Dès qu'il sera chez les voisins
T'auras plus de courses à faire
De ménage quotidien
Plus de feu en plein hiver
T'auras plus souci de rien

Tu verras tu seras bien

Ton serin chante à tue-tête
Allons maman calme-toi
Oui le directeur accepte
Que tu le prennes avec toi
Y a la télé dans ta chambre
En bas y a un beau jardin
Avec des roses en décembre
Qui fleurissent comme en juin

Tu verras tu seras bien

Et puis quand viendra dimanche
On ira faire un festin
Je me pendrai à ta manche
Comme quand j'étais gamin
Tu verras pour les vacances
Tous les deux on sortira
Là où l'on chante où l'on danse
On ira où tu voudras

"Tu verras tu seras bien

·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Je remercie celles et ceux qui ont eu la gentillesse de soutenir ce texte et pour certains de confirmer ce soutien en finale. C'était ma dernière participation à un Prix saisonnier et en dépit de plus de deux mois d'absence et sans faire de porte à porte, ce texte va prendre une honorable 15ème place. RDV pour des publications "en libre", voire pour des Prix éphémères... si le thème m'inspire. Encore merci à tous :-)
·
Céline Laurent-Santran
Céline Laurent-Santran · il y a
Terrible, et beau, sur un sujet nécessaire, bravo.
·
Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
c'est très bien exprimé et malheureusement très bien observé
·
Maxaume Lierres
Maxaume Lierres · il y a
lu apprécié voté commenté partagé... bonne continuation, vous êtes un auteur formidable...
·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
C'est très gentil. Merci :-)
·
Marie-Claire Regueiro
Marie-Claire Regueiro · il y a
J'aime lire tes beaux textes, Patrick. Je vote aussi 5 points. Bonne chance
·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
C'est gentil. Merci :-)
·
Florence Tello
Florence Tello · il y a
Que va devenir ce magnifique écrit....Qui le lira ? Il faut ouvrir la cage... L'oiseau doit s'envoler et raconter la douleur de nos vieillards...Ils sont pourtant nos mémoires la richesse du temps passé....Nous avions besoin d'eux ..Ils ont besoin de nous et sont ce que nous deviendrons...Eux c'est nous ..Juste une question de temps c'est tout ...Merci pour ta délicatesse Patrick et merci pour eux..Bravo pour ton talent ...Touchée par ta qualité d'expression et tes mots je vote! Autant que je peux je vote !
·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Merci Florence :-)
·
Regine Pollet
Regine Pollet · il y a
Bonne chance !
·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Merci à vous :-)
·