7 lectures

3 voix

Et comme il n’y avait que la nuit,
La terre fut créée dans un grand poisson blanc.
Les vastes mers étoilées,
Le ciel mauve gorgé d’oiseaux,
Les arbres au long cou,
Les fourmis, les serpents et tout ce qui rampe,
Les champignons vengeurs, les phasmes pacifiques,
Les rats soyeux que nous aimons autant que les chatons.
Tous, immobiles, se tenaient dans l’attente,
Impatients de dérouler le temps,
Et l’espace qui va avec,
A moins que ce soit le contraire.

« Rien, rien, rien n’est possible à partir de rien », me direz-vous !
Et pourtant.

3 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand bravo, Esther, pour cette subtile remise en question de la création ! Mon vote ! Vous avez voté une première fois pour mon impétueuse et sympathique “Mémé à moto” qui, malgré les obstacles mis sur son chemin, continue à foncer dans la Finale. Merci de confirmer votre soutien si vous l’aimez toujours. Bon week-end !
·
Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
c'beau, mes amitiés
·