1
min

Décalcomanie

Zaz Chalumeau

Zaz Chalumeau

866 lectures

75 voix

Note de l'éditeur : Les propos de cette oeuvre peuvent choquer certains lecteurs. L'équipe éditoriale de Short Edition a néanmoins choisi de la publier, pour ce qu'elle dénonce mais aussi pour sa qualité.
__

J'ai toujours refusé de croire en vos paroles
Quand vous disiez souffrir juste après le plaisir
Pris sur un corps d'enfant que vous aimiez choisir
Parmi ceux qui suivaient le chemin des écoles.

Vous saviez chaque fois me convaincre en douceur
De venir avec vous, sans autre violence
Qu'acheter bon marché le prix de mon silence,
Vos humides baisers me soulevant le cœur.

Derrière l'écran noir de mes paupières closes,
J'imaginais vos doigts défaisant lentement
Les lacets, les boutons de chaque vêtement,
Retardant les sommets de vos apothéoses.

Votre souffle rapide effleurait mes cheveux ;
Transi, je respirais l'odeur de vos mains moites
Explorant mes accès, ouvertures étroites
Où glisser malgré tout votre membre nerveux.

Vos râles écœurants me devenaient mesure
Pour calculer le temps jusqu'à ce point final
Qui délivrait ma peau du contact infernal,
Mais rougie aux endroits de quelque déchirure.

Après le rituel répugnant du kleenex,
Vous donniez des conseils sur l'attitude à prendre,
Avec des arguments que je croyais comprendre ;
Me quittant vous posiez sur ma bouche un index.

Je n'ai jamais rien dit, je n'ai pas fait de peine,
J'ai gardé le secret, ma honte et ma douleur ;
Vous voyant retraité, Monsieur l'instituteur,
Je voudrais bien savoir si le remords vous gêne.

Mais lorsque je répète à des petits garçons
Les mots qui – criminel ! – ont brisé mon enfance,
Je ressens vos élans et la même souffrance,
Un émoi similaire, identiques frissons.

75 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
Merci ! Un sujet dérangeant, mais qu'il est important de traiter ! Je pense que la poésie doit aussi se mettre au service de grandes causes comme celle de la lutte contre la pédophilie. Il est tellement important, pour les enfants concernés, qu'ils puissent en parler sans la crainte d'un jugement. Et même si des dérives sont toujours possibles, et des adultes accusés à tort par des enfants qui auront menti et/ou affabulé, il n'y aura jamais autant d'adultes incarcérés à tort que d'enfants réellement abusés en toute impunité ! Alors parlons-en ! Plus on parlera de la pédophilie et plus les enfants seront armés pour affronter un éventuel prédateur.
·
Vitch Perse Blanquito
Vitch Perse Blanquito · il y a
Décalcomanie des claques aux maniacs
·
Nastasia B
Nastasia B · il y a
Waouf ! Ça décoiffe ! Un sujet léger comme paquebot à quai mais qu'il est très courageux de traiter. Bravo !
·
Chrys Demange
Chrys Demange · il y a
Je prends l'oeuvre comme une thérapie et la poésie n'est-elle pas l'art d'exprimer ses sentiments afin de les partager avec le lecteur ?
Le message passe bien, jusqu'à ressentir les affres de l'ignominie.
Que le sujet traite du mauvais comme du bon, le texte sous forme de poème n'en demeure pas moins réussi.
Taire ce qui dérange n'a jamais fait avancer les choses et la poésie n'en demeure pas moins un moyen d'expression.

·
Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
Oui Chrys, tout à fait d'accord.
·
Delphine Renouard
Delphine Renouard · il y a
Juste magnifique ! J ' en ai des frissons
Je rencontre trop souvent de ces enfants qui sont meurtris par leur propre parent.

·
Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
Merci Delphine. Mais au-delà des meurtrissures contre lesquelles on ne peut plus grand-chose une fois l'enfant agressé, il y a le silence. Et contre ce silence, nous pouvons tous faire quelque chose. Quand j'ai publié ce poème, quelqu'un m'a dit : "Tu n'as pas peur du regard des autres ?" Non, je n'ai pas peur du regard des autres car je n'ai pas honte de ce que l'on m'a fait subir. La honte ne doit pas être dans le camp des victimes, et pourtant !... C'est contre ce silence que je me "bats" modestement avec mon poème. A la souffrance et à l'humiliation, il ne faut pas ajouter la honte. Et pour éviter cela, il n'y a qu'une solution : PARLER ! Les victimes ne doivent pas avoir peur de parler et nous tous ne devons pas avoir peur de ce qu'elles ont à raconter. Car le silence frise l'indifférence et il est l'odieux complices des pédophiles qui se sentent intouchables !
·
Annelie
Annelie · il y a
On ne peut qu'admirer votre courage.
J'ai voté depuis longtemps.

·
Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Désolé, j'ai fait le commentaire mais j'avais oublié de voter. Tilee auteur de "transparence" en lice dans la dernière ligne droite de la finale poésie été. Avez vous aimé "transparence"?
·
Françoise Simon
Françoise Simon · il y a
c'est bien marqué "merci d'avoir voté"
·
Françoise Simon
Françoise Simon · il y a
Ce matin sur fr 2 reportage sur les mères incestueuses , le pompom !
·
Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
Hélas ! Cela existe... l'Abomination humaine n'a pas de limite.
·
Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Excellent texte sur les abus sexuels. J'aime. Tilee auteur de "transparence".
·
Br'rn
Br'rn · il y a
Difficile à commenter, sans éprouver le dégoût propre à la situation décrite, si bien décrite...
·
Zaz Chalumeau
Zaz Chalumeau · il y a
Merci pour votre vote.
·
Lagantoise
Lagantoise · il y a
Je relis ce texte émouvant...et je n'ai pas assez de mots durs que d'ailleurs le dictionnaire ne possède pas pour ces monstres...
mon vote+ est confirmé

·