1
min

Baisers croisés

Bellinus

Bellinus

26 lectures

7 voix

Dans la blonde lumière où se blottit Assise
François, le cœur léger, retourne à la maison.
Tout bruisse de bonheur, c’est la jeune saison !
Le Christ en son âme vocalise une brise.

Judas, dans la nuit noire, a regagné la ville.
Son cœur cogne, sourd, rude ; il a fait ce qu’il doit.
L’Heure est marquée. Il va, court, assume son choix.
Le jardin des olives tisse une mantille.

Au détour du chemin, la douleur est assise.
Un Maudit ! sans visage, sans nom. Trahison
De ce printemps si pur, impure déraison :
La lèpre où, brusquement, toute bonté se brise.

Le rabbi est debout et la garde civile
Approche lentement, pas à pas, dans le bois.
Judas sait le sentier ; déjà dans l’ombre il voit
Son Maître qui l’attend, souriant, immobile.

François s’est avancé ; il se refuse à fuir
Ces orbites caves qui mendient un sourire,
Les putrides moignons qu’il s’apprête à saisir.

Ieschoua' regarde s’approcher son ami.
Double regard de feu qui stoppe la cohorte.
S’affrontent deux vérités... L’univers frémit

Quand, foisonnant d’amour, François livre son cœur,
Dépose un long baiser sur cette viande morte,
Sa lèvre a rencontré le front de son Seigneur !

Grommelant un salut, Judas grave l’affront
Par son baiser de mort sur la bouche de Dieu.
Il scelle sans savoir l’infini du pardon !


- - - - - - - - - - -


Un bonjour... un adieu...
Jusqu’aux confins de l’espace et du temps
Deux baisers sublimes et révoltants
Gravés au cœur des cieux.


7 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Marie
Marie · il y a
Remarquable ! J'ai repensé à "L'annonce faite à Marie" et au baiser au lépreux. Il y a dans votre poème des vers somptueux.
·
Bellinus
Bellinus · il y a
Merci, fidèle Myriam !
·
Montse
Montse · il y a
le baiser du diable se transforme en baiser du pardon ... ! +1
·
Jacques
Jacques · il y a
le baiser: la plus belle et la pire des choses
·