2580 lectures

314 voix


Valentine entre discrètement dans la cuisine. Sa maman prépare un gâteau. Du haut de ses six ans, elle sait pourquoi elle aime cette ambiance. Il y a l’odeur du beurre et du bon chocolat, le regard ravi de la plus belle cuisinière du monde, et son ventre qui gargouille.
Mais il y a un problème. Sa maman ne va pas l’autoriser à goûter à la préparation. Elle doit ruser et voler un index de pâte à bonheur. La pâtissière est trop concentrée sur ses dosages pour s’apercevoir de son intrusion. Valentine la regarde rire quand elle renverse un peu de lait sur ses pieds.
Ces adultes sont vraiment bizarres. Ils s’énervent pour des choses futiles, comme l’obligation de manger des légumes verts, et s’esclaffent quand du bon lait tombe sur leurs chaussures.
Cependant, cet incident l’arrange. Valentine s’approche de la table. Elle se met sur la pointe des pieds, puis lève le bras. Trop tard, sa maman se retourne.
— Valentine ! crie-t-elle. Je t’ai dit de ne pas faire ça !
— C’est trop bon, Maman.
— Ce n’est pas la peine de pleurnicher. Je te l’ai déjà dit cent fois.
— Je ne peux pas résister, Maman.
— Valentine ! Je suis en colère contre toi. Tu sais très bien pourquoi.
— Oui. Mais Maman, c’est trop bon.
— Il faut t’obliger à résister. Toutes les tentations ne sont pas bonnes.
La maman est triste. Elle trouve ses paroles saugrenues face à sa petite fille si mignonne et si gourmande. Mais Valentine a tendance à prendre du poids. Elle doit se discipliner, car l’augmentation de l’obésité chez les enfants est inquiétante.
— Va dans ta chambre. Décidément, tu n’auras jamais de volonté.

Pendant qu’elle se dirige vers sa chambre, Valentine se pose une question. Y aurait-il un gâteau encore meilleur que celui qui sera bientôt dans le four ? Un gâteau qui s’appelle volonté. Du « volonté » ? À quoi ça ressemble ? Quel goût cela a-t-il ?
Au dîner, elle pose la question.
— C’est quoi « du volonté » ?
— Du volonté, s’esclaffe le père.
— Finis tes légumes, répond la mère.
— C’est dur à expliquer, reprend le père.
— On dit « de la volonté », chérie. Mange, insiste la maman.
La petite enfourne une bonne bouchée de haricots avant de reprendre.
— « Volonté » ? Il y a un « v » comme dans « Valentine » ?
— C’est bien, ma chérie. Tu as appris ça à l’école ? Il y a un « v » comme dans « Valentine », un « o », un « l », un autre « o », un « n », un « t » et un « é ». Laisse ton assiette. Tu vas prendre du gâteau.

Le lendemain, elle ouvre grand ses yeux dans le magasin dans lequel ses parents sont venus faire des achats. Elle cherche sur les paquets, les boîtes et tous les emballages, « de la volonté ». Elle ne voit rien, aucun produit n’est « de la volonté ».
Elle n’aime pas ce grand magasin. Il y a du monde, du bruit et des gens qui tapent leur chariot contre celui des autres pour mieux passer. Il y a aussi du danger. Son papa le lui a dit. On peut disparaître si on se perd. Mais pour trouver du bon gâteau, il faut braver le danger.
Pendant que ses parents choisissent des fruits, elle s’en va seule dans des rayons inconnus, à la recherche du trésor. Elle voit des « v » pour « velouté » ou « velours ». Il y a même un mot plus compliqué, comme « volupté ». La dame à côté d’elle le lui a dit. Elle lui a aussi demandé où étaient ses parents. Elle a tendu les bras en direction d’inconnus et la dame a semblé rassurée. Ces adultes sont vraiment bizarres. Quand elle sera grande, elle repensera à tous ces produits commençant par un « v », comme le mot « vent ». Derrière elle, elle entend crier. C’est sa mère qui paraît effrayée, mais aussi heureuse, de la retrouver.
Ils rentrent à la maison. Dans son siège-auto, à l’arrière du véhicule, elle se demande comment elle va trouver « de la volonté ». Elle va encore chercher. Elle s’endort.

Le lendemain, c’est l’effervescence dans la maison. C’est dimanche. Il va y avoir un grand barbecue. Des tontons, des voisins et des amis vont bientôt arriver. La maison se remplit, petit à petit, de bruit, d’amis et de bonnes odeurs de gâteaux. Peut-être ya-t-il de la volonté dans ces présents ? Peut-être est-ce un plat réservé aux grands ? De toutes les façons, elle aura la réponse ce soir. En effet, elle a décidé de mettre tout le monde à contribution. Quand tous les enfants seront rassemblés autour de la table qui leur est réservée, elle leur demandera de l’aider.
Enfin, les parents les appellent. Elle va pouvoir appliquer son plan.
Une fois installée, Valentine interroge tous les petits invités.
— Vous savez ce que c’est, de la volonté ?
Les gamins se regardent, s’interrogent et avouent qu’ils n’en savent rien.
— C’est quoi ? demande Augustin, son petit frère de quatre ans.
— Toi, tu es trop petit, répond Valentine.
— C’est quoi, alors ? interroge un cousin.
— C’est un jeu. C’est à vous de chercher.
— Comme une chasse au trésor ? Comme quand on cherche les œufs en chocolat ? demande encore Augustin, les yeux grands écarquillés.
— Oui. C’est à vous de trouver.
Tous se lèvent en prenant bien soin de se remplir les poches de chips. Valentine les regarde partir dans tous les coins du jardin.
Les petits soulèvent des pierres ou cherchent dans les arbustes. D’autres, plus malins ou moins téméraires, s’adressent à leurs parents. Un débat semble s’animer autour de la table des adultes. Certains regardent leurs enfants avec admiration, et d’autres se demandent qui a bien pu leur mettre une telle question dans la tête. La plus belle des mamans du monde sourit et observe sa fille.
Les définitions de la volonté fusent autour de la table. Quelques hommes étalent leur savoir et racontent leur parcours professionnel. Une femme parle du désir conscient de faire et une autre de la liberté d’être soi. Le mot « courage » revient souvent dans les différentes définitions. D’autres s’expriment plus ou moins bien, mais évoquent la volonté de faire, la volonté d’obtenir et présentent le manque de volonté comme une fatalité.
Valentine se dirige vers sa mère. Elle écoute depuis quelques minutes les conversations et se demande comment un mot, qui n’est pas un gâteau – et c’est dommage –, peut donner tant de difficultés à ces grandes personnes. Elle s’assoit à côté de sa maman, qui lui caresse les cheveux et lui pose un baiser sur le front. Toutes deux écoutent avec attention. Un tonton parle de la volonté comme d’une qualité acquise à la naissance. Un autre rétorque qu’il suffit de travailler son mental. En tout cas, se dit Valentine, personne ne semble savoir de quoi il s’agit exactement.
De nouveaux mots surgissent des bouches qui mâchonnent encore une merguez ou une chipolata. « Obstiné », « déterminé » et « opiniâtreté » s’étalent sur la table, accompagnés de quelques postillons colorés. Un voisin se lève et accuse les hommes et les femmes manquant de volonté d’être des gens faibles et sans avenir. Sa femme le regarde et lui demande gentiment de s’asseoir. Mais lui qui a réussi sa vie veut encore débattre et démontrer qu’il connaît bien son sujet. Elle le tire par la manche, l’obligeant à rejoindre son siège. Puis, calmement, elle parle.
— De quelle volonté parlez-vous ? Nous savons tous ce qu’est la volonté. Mais comment est-elle utilisée ? Beaucoup ont donné en exemple leur volonté de monter dans la hiérarchie à leur travail ou évoqué cette ténacité à escalader une montagne pendant leurs vacances. J’ai même entendu cette volonté effrénée de s’acheter un bateau. C’est sûrement beaucoup d’énergie, d’envie et de désir. J’ai compris que la volonté est comme une arme. Pourquoi ne pas parler de la volonté de voir tous les jours ses enfants courir et de voir sa femme sourire chaque matin ? J’aimerais qu’un homme parle de sa volonté d’apprendre à ses enfants à faire du vélo, à nager, et à les aider à construire des cabanes.
Valentine regarde sa maman qui essuie une larme.
— Tu pleures, Maman ?
— Non, mon cœur. J’ai une poussière dans l’œil. Ce doit être une cendre du barbecue.
On pourrait presque entendre les mâchoires écraser les derniers morceaux de viande grillée, tant le silence continue d’envahir la grande tablée.
Valentine observe et réfléchit. Elle rassemble les miettes de pain éparpillées sur la nappe. Chaque petit morceau est un mot qu’elle a entendu. Une croûte pour le mot « obstiné », une autre pour le mot « courage ». Une minuscule boulette de mie pour le mot « tenace » et pour le mot « déterminé ». Elle n’a pas tout compris aux conversations, mais elle a aussi retenu le mot « décision ». Un petit monticule se forme devant elle. Elle y rajoute le mot « force », puis le mot « envie », sous la forme d’un grain de poivre.
Elle regarde son œuvre. On dirait un gâteau, avec une cerise noire à son sommet. Elle sourit. C’est son gâteau de la volonté. Ses mains entourent sa pâtisserie imaginaire comme pour la protéger. Elle lève la tête et prend la parole.
— Ma maman dit que je n’aurai pas de volonté.
Les adultes cessent de regarder leur assiette et sourient. Un peu de fraîcheur et d’innocence sont toujours les bienvenues au cours d’un dîner dont l’ambiance est de plus en plus pesante.
— Ce n’est pas vrai, continue Valentine.
— Pourquoi ? demande sa maman.
— J’ai cherché pour savoir ce qu’était la volonté. Je me suis même échappée du caddie. J’ai été courageuse. Après, j’ai demandé à tous de m’aider. Je voulais savoir. J’ai été tenace et « ostinée ».
Les adultes sourient et murmurent.
— « Obstinée », tu veux dire ? demande sa maman.
— Oui. Obstinée. J’ai cherché et j’ai trouvé. J’ai de la volonté, alors ?
La maman la serre dans ses bras.
— Oui, mon cœur. Tu as eu la volonté de comprendre et tu as tout fait pour y arriver.
Elle regarde et sourit à la voisine qui l’a fait pleurer, quelques minutes auparavant.
— C’est aussi ça, la volonté. Vouloir comprendre les choses, les mots et les gens qui nous entourent.

La fête continue tard le soir. Chacun parle de la volonté d’être heureux, de celle de prendre du temps pour l’autre ou pour soi, et de la volonté de vivre, simplement.

314 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.Cordialement, Arlo
·
Image de Lobna Melaouah
Lobna Melaouah · il y a
Bravo j'ai adoré votre style
·
Image de Paulbrandor
Paulbrandor · il y a
Bravo Didier ! Excellent ce petit gâteau bio aux ingrédients tellement naturels.
·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
merci.
·
Image de Geneviève Marceau
Geneviève Marceau · il y a
Tout simplement magique la candeur de votre texte! J'adore toujours les histoires qui mettent en avant plan les enfants... :-)
·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
Merci. Les deux autres histoires " Le mystère..........décapités" et " Le moineau" sont écrites à partir de petits faits réels. Elles sont à retravailler j'en conviens.
·
Image de Geneviève Marceau
Geneviève Marceau · il y a
Bravo!
·
Image de Chris Jean
Chris Jean · il y a
Félicitations!
·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
merci
·
Image de Chloesem
Chloesem · il y a
J'ai adoré le style et vous méritez amplement votre prix. Félicitations !
Et si vous pouviez donner votre avis sur ma courte nouvelle, j'en serais honorée : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/une-chance
Surtout continuez d'écrire !

·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
Merci Chloesem pour vos félicitations. Mon avis n'est pas important. J'ai bien aimé le traitement de l'histoire car au fil de la lecture je me demandais qu'elle serait la chute. Pensez à lire vos histoires à voix haute pour voir si le style est fluide. Ecrire et encore écrire plusieurs histoires en même temps. Laisser reposer et reprendre et relire et réécrire. A bientôt
·
Image de Papou84
Papou84 · il y a
Bravo et félicitations. La volonté d’être heureux a prévalu.
·
Image de Alixone
Alixone · il y a
J'ai découvert votre page il y a quelques heures, bravo ...
·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
Merci
·
Image de Aurel
Aurel · il y a
On se laisse happer par l'histoire !
·
Image de Didier Morel
Didier Morel · il y a
merci d avoir pris du temps pour voter
·
Image de Pierre
Pierre · il y a
Felicitations
·