13
min

La duchesse de Chewburry

299 lectures

140 voix

-1966-


Chère... (les mots « Andromeda », « Bellatrix » et « tante » ont été rayés)

En fait, cette lettre ne s'adresse à personne. J'avais juste envie d'écrire pour raconter ma première journée à Poudlard, mais pas dans un journal intime, car consigner ses pensées personnelles dans un livre, c'est une activité d'écervelé – je sais qu'Andromeda le fait, mais ma tante Walburga me répète souvent que c'est un remède à sa sensibilité, et que moi, je suis suffisamment intelligente pour pouvoir m'en passer. J'écris donc sans avoir de destinataire précis en tête : je n'ai pas envie de raconter de vive voix mes impressions à mes sœurs (Bellatrix me rirait au nez, et André prendrait son insupportable petit air compassionnel en m'écoutant). De plus, c'est un excellent prétexte pour dégourdir les pattes de notre nouvelle chouette hulotte, qu'André a eu l'indécence de surnommer « la duchesse de Chewburry ». Sérieusement, quel nom ridicule ! J'espère que les autres élèves ne se moqueront pas de nous par sa faute.
Pour résumer ma première journée, voici ce que je peux dire : d'abord, j'ai dû subir le trajet du Poudlard Express (je ne comprends pas pourquoi ils gardent ce train qui grince, qui a un confort plus que rudimentaire, et qui met des heures à traverser le pays. En plus, sa valeur symbolique indiffère la plupart des étudiants). André est allée dans le compartiment des préfets, et Bella a rejoint deux de ses amis, un brun costaud, et un autre qui passe son temps à taper sur tous les élèves qu'il croise ; je crois qu'ils sont frères, mais leur nom de famille m'échappe. Pendant ce temps, moi qui croyais pouvoir profiter d'un moment calme en tête-à-tête avec moi-même, je me suis retrouvée dans le même compartiment qu'une fille de mon âge, maigrichonne, qui a su démontrer sa stupidité par un bavardage assommant (je crois qu'elle m'a raconté toute sa vie depuis le moment de sa naissance, mais j'ai déjà tout oublié). Qui plus est, il me semble qu'elle est de sang-mêlé (beurk).
En tout cas, je me suis débrouillée pour ne pas me retrouver à côté d'elle pendant la traversée du lac jusqu'au château, mais malheureusement, je me suis retrouvée en compagnie du fils Malefoy, Il a voulu montrer à ses amis combien il était cultivé et n'a pas cessé de débiter des âneries dans la barque. Moi, j'ai trouvé son menton, aussi pointu que l'extrémité d'une plume, plus surprenant que tout ce qu'il a dit. Lorsque nous avons débarqués sur la terre ferme, il s'est tourné vers moi pour me demander si j'appartenais bien à la famille Black, puis après ma confirmation, il m'a demandé de l'épouser. Comme ça, devant tout le monde. Sans aucun préliminaire.
Nous étions encore des enfants, bon sang ! Comment pouvait-il déjà songer au mariage ?
Je crois bien n'avoir jamais eu aussi honte de ma vie, j'étais vraiment paralysée. Je n'arrivais même plus à parler, et tout le monde riait autour de nous. Malefoy s'est ensuite éloigné avec un sourire arrogant. Je crois bien qu'il a prit mon silence pour une acceptation. Je m'en suis voulue toute la soirée de mon manque de réaction. À ma place, Bellatrix n'aurait pas manqué de gifler ce petit idiot, pour sûr ! Et Andromeda aurait pleuré si fort qu'il se serait enfui. Mais moi, je n'arrivais pas à me dépêtrer de ma froideur et à me faire comprendre des autres. Quoiqu'il en soit, la répartition est le seul événement qui s'est déroulé à peu près normalement. Je ne me suis pas encore fait d'amis, et j'évite Malefoy autant que possible.
Il faut que je m'arrête d'écrire : ma lettre est en train de prendre des allures de journal intime. J'ignore où ce courrier atterrira et je m'en moque. Je veux juste que Chewburry emporte mes pensées loin d'ici.

Narcissa.


Chère Cissy,

Je viens de réceptionner un courrier plus qu'étrange à ton nom. Chewburry est épuisée, comme si elle venait de faire le tour du monde. Que tu es inconsciente ! Tu aurais pu lui donner une destination au lieu de la faire mourir de fatigue ; je n'aime pas qu'on traite mes cadeaux à la légère, ainsi, sache que si votre « duchesse » meurt, vous n'en aurez pas de deuxième. Je pensais que tu aurais l'amabilité de m'adresser un petit mot pour me faire part du déroulement de la répartition de Poudlard, et non pas que tu t'amuserais à converser avec toi-même. Veux-tu vraiment devenir une potiche comme Andromeda qui s'amuse à noter des frivolités en tout genre dans des carnets ? J'espère bien que non. J'attends beaucoup plus de toi, et je voudrais plutôt que tu prennes exemple sur Bella.
Concernant tout ce que tu as précisé dans ta lettre, il y a un point qui a attiré mon attention : la demande en mariage du jeune Lucius Malefoy. Je suis fière de toi, ma beauté, tu as su attirer à toi le meilleur parti ! Je t'ordonne de répondre positivement sur-le-champ à sa demande et à t'afficher avec lui dès à présent ! Le mariage est une question importante dans notre famille dont nous débattons généralement le plus tôt possible, et je suis soulagée d'être débarrassée de cette question de taille pour au moins une de mes nièces. On ne peut pas en dire autant de tes grandes sœurs qui ne savent que batifoler ! Charge-toi de les surveiller et de m'avertir dès qu'un garçon s'approche d'eux, et en échange, je t'enverrai une nouvelle toilette tous les mois.

Tante Walburga.


Tante Walburga,

Malefoy est un crétin de grande renommée, et quoi que tu dises, sois certaine que je ne le laisserai pas s'approcher de Cissy ! Seul le nom de Black l'intéresse, et il ne considère Cissy que comme un appât, un vulgaire bibelot pour décorer le manoir de son père (et ne me contredis pas : je sais tout ça parce que j'ai réussi à coincer ce gamin hier et il a craché le morceau) ! Par ailleurs, si Cissy a envie d'écrire des courriers intimes, ça la regarde, j'ai autre chose à faire que de la surveiller. Et pareil pour André. Pour ce qui est du « mariage », ce prétendu sujet important, n'en parle plus ! Les garçons de notre école ont autant de potentiel qu'un tas de fiente et le premier qui tentera de m'approcher recevra de ma part une raclée phénoménale !
J'ai assez écris, et je m'arrête ici. A bientôt,

Bella.


Bella,

Je t'envoies la première page du journal intime d'Andromeda depuis la volière, puisque je ne t'ai pas trouvé dans la salle commune et que tu n'as pas assisté aux repas ; je suppose que tu dois encore être en train de faire le garçon manqué avec tes amis dans le parc de Poudlard. Je ne l'ai pas lu en entier, car je ne supporte pas le style surchargé et sentimental de notre sœur (la première ligne a suffi à me barbouiller l'estomac). Maintenant, tu as intérêt à tenir ta promesse et à m'apporter les souris glacées de chez Honeyduckes que je t'avais demandé... Si tu ne le fais pas, j'irai jeter le carnet d'André au feu, et ce n'est pas une parole en l'air. D'ailleurs, je ne comprends pas ce qui t'a incité à vouloir espionner notre sœur. Mais bon, si ça t'amuses de lire son journal infect...
Extrait du journal d'Andromeda : « Toute journée débute sur la brume glacée du doute et s'achève sur la conscience aiguë de soi-même, disait un grand sorcier écrivain dont je ne me souviens plus le nom. J'ignore pourquoi, mais je trouve que cette expression s'applique parfaitement à ma vie, car j'ouvre toujours les yeux avec une incertitude qui me noue la gorge, et le soir venu, je me couche avec une impression de paix vis-à-vis de moi-même. Bella et Cissy n'ont pas ce problème ; elles ont des personnalités adéquates et font la fierté de la famille. Moi, j'ai beau fouiller les tréfonds de ma mémoire à la recherche d'indices, je n'arrive pas à comprendre ce qui m'exclut de leur monde. Ce qui me rend si différente d'elles.
Mais, je pense que la vérité se révèle à moi jour après jour, et je commence à l'accepter, même si m'éloigner de mes sœurs est douloureux. Hier, alors que Bella et Cissy vaquaient à leurs occupations, je suis restée dans la salle commune à lire et à profiter de la sérénité que les murs verts émeraudes dégagent ; aucun élève n'est venu m'adresser la parole à part Rabastan, mais il m'a simplement demandé de lui prêter une plume. J'ignore pourquoi, mais il me met mal à l'aise. Je ne comprends pas comment Bella peut être amie avec lui. Et dire qu'elle m'a suggéré de l'accompagner à la réunion de Slughorn ! Il en est hors de question.
Quand j'ai eu fini de rédiger mon devoir pour le cours de potions, il était déjà tard. En tirant les rideaux, j'ai pu constater que la limpidité du ciel nocturne s'accordait avec mon humeur légère, et j'ai donc décidé d'aller m'aérer. À l'extérieur, je me suis assise sur un pan d'herbe. J'étais seule, mais une sorte d'énergie irradiait de moi, comme si je n'avais ma place que sur cette parcelle de terre, sous les constellations aussi isolées que moi qui planaient au-dessus de ma tête. Et soudain, un miracle s'est présenté à moi ; ce miracle a prit la forme d'un garçon à la chevelure châtain claire, à la silhouette svelte, et... ».
La page s'arrête ici, je n'ai pas la suite. Je l'avais sous la main tout à l'heure, mais comme tu ne m'as promis que dix souris glacées, je me suis abstenue d'être trop généreuse. Si tu doubles la ration, j'accepterai peut-être de retourner dans le dortoir pour reprendre le journal d'André. De toute façon, ça me déplaît d'être si malhonnête avec elle. Est-ce que tu te rends compte que c'est du vandalisme ?

Narcissa.


Cissy,

QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE TORCHON ? TU AS COUPÉ LA PAGE AU SEUL PASSAGE VRAIMENT UTILE ! Dépêche-toi de me rapporter l'autre page ! Tu auras tes fichues souris quand je retournerai à Pré-au-Lard le week-end prochain !
Ps : Ne m'envoies plus Chewburry en dehors des cours. Viens me rejoindre dans la salle commune après dix-neuf heures. L'autre jour, dans le parc, j'ai failli faire exploser une bombabouse sur elle alors que je visais Prewett.

Bella.



-1967-


« Cher M. Cygnus Black,

Je vous annonce par la présente le renvoi imminent de votre fille Bellatrix Black pour une durée d'un mois. En effet, depuis plusieurs nuits déjà, de mystérieux incidents se déclarent dans les couloirs : pendant leurs rondes, de nombreux professeurs ont découvert des élèves presque laissés pour morts dans les recoins les plus improbables (derrière une chasse d'eau, par exemple), comme si des duels secrets étaient organisés un peu partout dans le château.
Et par un incroyable hasard, miss Black désertait son lit à chaque fois que les professeurs retrouvaient des corps d'élèves dans leurs sillages. Ne voyez pas là un quelconque élitisme de ma part, mais il se trouve qu'à chaque fois que nos étudiants font l'objet d'une manigance, votre fille en est la principale initiatrice. C'est une élève intelligente qui démontre de réelles qualités en magie, mais il faudrait lui apprendre à maîtriser un peu l'attirance qu'elle a pour sa baguette magique. Aussi, je pense qu'un changement d'air s'impose pour elle.
Mes meilleurs sentiments,

Minerva McGonagall. »

Bella, voici le courrier (que Malefoy m'a aidé à rédiger en échange d'une relecture de son exposé sur les géants) qui filera droit chez notre père si tu continues de m'obliger à espionner André ! J'ai maintenant douze ans, et les souris glacées ne m'intéressent plus. Si tu n'as rien de mieux à me proposer, ne t'attends pas à ce que je te rende service encore très longtemps – et même tes cris cinglants n'y changeront rien. Et au fait, je te rappelle que les duels nocturnes dans l'enceinte du château sont bel et bien interdits, je t'ai vu l'autre soir avec Lestrange.

Narcissa.


Bella,

Je ne comprends pas pourquoi tu as obligé cette pauvre Chewburry à faire un aller-retour inutile. Je me retrouve maintenant avec un paquet de robes qui ne servent à rien sous les bras ! N'y a-t-il donc aucune d'entre elles qui te plaît ? Je sais bien que tu méprises les fanfreluches, mais tu ne peux tout de même pas te permettre de porter ton espèce d'ignoble accoutrement masculin durant les occasions spéciales ! Évite d'imiter les mœurs légères de cette racaille de sang-impur ! Comment vas-tu te trouver un mari si tu gâches ainsi ton potentiel physique ? À ce propos, d'ailleurs, je tiens à t'avertir que le délai que nous t'accordons pour ton mariage Cygnus et moi se verra raccourci de moitié si tu continues à afficher un tel mépris pour tes camarades du sexe opposé – Narcissa m'a raconté que le dernier garçon en date qui a eu la vaillance de te courtiser a perdu la moitié de sa dentition et a passé la nuit cloué au mur par le col de sa robe.
Ce genre de comportement nuit à ta réputation, ma beauté, rends-toi compte. Ta défunte mère ne t'a certainement pas octroyé une éducation noble pour que tu finisses par avoir des manières aussi barbares. Cependant, j'ai tout de même de l'espoir pour toi, car il paraît que tu vois de plus en plus souvent le cadet des Lestrange. Aurais-tu des sentiments pour lui ? Quoi qu'il en soit, sache que tu n'es pas la seule à blâmer : ta sœur Andromeda me désole tout autant. À en croire Narcissa, elle passe ses soirées recluse dans votre dortoir à écrire des insanités évoquant les étoiles, l'air printanier, et un certain garçon d'une grande beauté. Je lui accorderait le droit de rêver comme elle l'entend uniquement si ledit garçon provient d'une lignée adéquate. Confirme-moi cela dès que possible.

Tante Walburga.


André,

J'espère que tu passes de bonnes vacances de Noël à Hansord et que père arrive à se lever de temps à autre de son fauteuil malgré son mal de dos. Je ne sais pas pourquoi tu as préféré rentrer au manoir, moi je trouverais déprimant et monotone de devoir passer mes journées seule et mes soirées à faire la cuisine à la place de l'elfe de maison. En tout cas, il faut que je te dises une chose importante : depuis que tu as parlé au sang-de-bourbe de Poufsouffle (Tonks, c'est bien ça ?), Bella a tout fait pour que tu sois sous une surveillance étroite. Personnellement, je ne peux pas lui donner tort à ce sujet. Nous ne devons pas nous approcher des sang-de-bourbe, souviens-toi de ce que la légende dit à leur sujet : le souffle d'un sang-de-bourbe suffit à contaminer un sorcier. Ducky, le sorcier de la légende, était même mort d'une fièvre violente au bout de trois jours alors qu'un sang-de-bourbe lui avait à peine effleuré la main ! Ne t'approche pas d'eux, André, ça me fait vraiment peur. Si tu me fais cette promesse, j'obligerai Bella à cesser de t'ennuyer.
Sinon, moi, mes journées sont plutôt tranquilles. J'ai déjà anticipé mes révisions d'examens, et hier, j'ai terminé tous mes travaux pour la rentrée ; nous n'étions que trois à la bibliothèque, et c'était un vrai régal de ne pas avoir à supporter le chahut habituel des quatrième et cinquième année. Le seul élément perturbateur, c'est Lucius Malefoy qui me colle aux basques dès que Bella n'est pas dans les parages (et donc, qu'il est certain de ne pas se faire taper dessus), et le plus désagréable, c'est que je sens qu'il ne vient pas vers moi de son plein gré ; il se force. Tout ce qu'il veut, c'est une fiancée à présenter à ses parents dès la rentrée prochaine. Il y a deux jours, il m'a offert un espèce de bouquet de plante dégoûtant avec une fleur carnivore à quatre têtes parce qu'il est persuadé que je suis passionnée par la botanique alors que je déteste cette matière (si j'ai d'excellents résultats, c'est simplement parce que je suis studieuse, il est stupide ou quoi ?). En tout cas, plus les jours passent et moins je le supporte ! Je ne sais pas comment me débarrasser de lui !
En ce qui concerne Bella, j'ai autre chose à te raconter : je suis sûre qu'elle est amoureuse du frère Lestrange avec lequel elle reste le plus souvent (son prénom m'échappe encore une fois). Tu sais, c'est celui qui est costaud et qui est aussi bavard qu'un animal empaillé. Cet après-midi, je l'ai vu faire la sieste avec Bella dans le parc de Poudlard après qu'ils se soient amusés à se frapper dessus avec leurs baguettes (notre sœur est décidément un vrai garçon manqué !), et ils étaient tout près l'un de l'autre. Avec ce genre d'attitude, qu'ils ne s'étonnent pas que tout le château les croient fiancés ! En tout cas, je suis allée les voir. Bella dormait, mais pas Lestrange : je lui donc demandé s'il aimait notre sœur. Il m'a alors froidement ordonné de déguerpir en me regardant comme si j'étais une limace. Je crois qu'ensuite, Bella s'est réveillée parce que je l'ai entendu lui crier dessus. Elle a décidément des goûts douteux en matière d'amis !
Que penses-tu de tout cela, André ? Peux-tu m'envoyer une boîte de cakes en échange de quelques autres confidences ? (pendant les heures de repas, nous n'avons pas le droit d'emporter de la nourriture dans notre chambre)

Narcissa.


Tante Walburga,

Je réponds ici à tes vingt précédentes lettres : non, je ne porterai aucune des robes que tu m'as envoyé ! Et non, je ne sors pas avec Rodolphus Lestrange !
Ps : N'oblige plus Narcissa à m'espionner ou je lui broierai la tête de mes propres mains.

Bella.


Cher Ted,

Je refuse de faire comme toutes ces filles qui attendent le 14 février pour expédier sottement des cartes de Saint-Valentin ; je tiens à te prouver l'authenticité de mes sentiments par une lettre non conventionnelle. Avant toute chose, j'aimerais que tu considères ce présent envoi autrement que comme un simple aveu. Je sais bien que, depuis notre première année de Poudlard, nous n'avons échangés que quelques mots de courtoisie entre deux cours, et que notre contact s'est limité à quelques regards échangés de manière hasardeuse au détour d'un couloir, mais il n'empêche que j'ai beaucoup d'affection pour toi. Tu apparais inexplicablement dans chacun de mes rêves ; alors que je crois replonger dans mes tourments de la journée en fermant les yeux, je me retrouve à chaque fois prisonnière d'un monde utopique où m'accueille un paysage bienveillant et un ciel recouvert des plus belles constellations. Au milieu de ce paysage, un garçon te ressemblant trait pour trait vient continuellement à ma rencontre. Il me sourit et je vois se refléter dans son regard une image de moi qui m'est étrangère, où tout ce qui me répugne habituellement en moi n'existe plus.
Ce rêve répétitif est probablement né de cette fameuse soirée où nous avons tous deux effectué une promenade nocturne dans le parc, te rappelles-tu ? Nous nous sommes croisés de façon très expéditive, mais ce bref instant s'est trouvé être à mes yeux si intense que la cadence du temps m'a paru s'amoindrir dès que nos yeux se sont scellés. Sous les étoiles, j'ai distingué ton visage, mais de façon troublé, comme dans un rêve. Tu m'as aussi reconnu, mais tu as pourtant accéléré le pas ; jusqu'à présent, au souvenir de ce geste, je sens ma poitrine se contracter douloureusement. Me méprises-tu tant que cela pour même refuser de te trouver face à moi ? Est-ce parce que je suis une fille Black ? Sache que je n'ai rien d'une Black. Je suis née d'un noyau pourri – à l'égard duquel ma famille n'a que du mépris – , et je me différencie de tout ce qui est supposé me constituer.
J'aimerais tant que tu puisses voir ce que je dissimule aux autres, que tu puisses comprendre la solitude que j'endure jour après jour ! Et par-dessus tout, que tu puisses réaliser à quel point tu es important pour moi. J'espère que ma sincérité te touchera davantage qu'une déclaration solennelle. Si tel est le cas, viens me rejoindre le jour de la rentrée au sommet de la tour d'astronomie.


Andromeda.


Et cric, crac, brssst ! Voilà ce qu'est devenu ton espèce de lettre d'amour sans queue ni tête après que je l'ai intercepté, André ! Heureusement que Chewburry a filé droit dans mes bras avant qu'une tragédie ne survienne ! C'était vraiment à vomir... Comment oses-tu déshonorer ainsi notre famille ? Si tu ne redescends pas de ton nuage, je t'assure que je prendrai moi-même des mesures drastiques. En y réfléchissant, j'aurais peut-être dû éviter de détruire ta petite poésie lacrymale : ça aurait sûrement été un bon moyen d’écœurer définitivement Tonks de toi (même s'il n'a jamais eu le moindre petit intérêt pour toi, ma pauvre, sache-le).
Ps : Distribue les tracts « Le Seigneur des ténèbres est notre sauveur », que j'ai mis dans l'enveloppe, un peu partout dans Hansord et j'accepterai peut-être d'oublier ce que tu as fait.


Bella.

140 VOIX


Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Bewitchings-Christmas
Bewitchings-Christmas · il y a
Bonjour à tous, je viens de rentrer de vacances, et sachez que j'ai été très heureuse, à mon retour, de lire vos mots! Je m'excuse de ne pas avoir eu le temps de découvrir certaines oeuvres, le temps m'a manqué. Mais je félicite tous les lauréats!
Je ne m'attendais absolument pas à ce prix, c'est une très belle surprise! Merci encore:
Pour ceux que ça intéresse, la suite de cette nouvelle sera postée sur des sites annexes de fanfiction.
·
Millefolium
Millefolium · il y a
BRAVOOOO je savais que cette nouvelle irait loin :D ! Je ne regrette vraiment pas de t'avoir parlé du concours !!
·
Bewitchings-Christmas
Bewitchings-Christmas · il y a
Merci!! Oui, heureusement que tu m'en as parlé!:D
·
Steph
Steph · il y a
Bravo pour cette œuvre. J'arrive après la bataille mais tiens à vous signaler mon plaisir de lecture ! Pour la remarque, il me semble que le salle commune des Serpentards se situe dans les cachots, au sous-sol du château et que les fenêtres donnent sous le lac... Donc pas de ciel. Je vais vite vérifier !
Encore bravo pour le style choisi qui n'est pas facile mais qui fonction bien.
·
Bewitchings-Christmas
Bewitchings-Christmas · il y a
Merci beaucoup! Ah effectivement, bien vu pour la salle commune! Je crois que l'excursion littéraire romantique d'Andromeda m'a un peu embrouillé l'esprit^^
·
Odile Labbé
Odile Labbé · il y a
Félicitations!
·
Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations, Bewitchings-Christmas, pour ce prix bien mérité ! Vous voulez sourire un peu ? Alors, venez voir ma “Mémé à Moto”. Merci d’avance ! Bon week-end !
·
Patricia BD
Patricia BD · il y a
Félicitations !
·
Flore
Flore · il y a
Bravo pour ce prix du jury...
·
Emma03
Emma03 · il y a
Merci pour ce partage, j'ai beaucoup aimé ses lettres qui dépeignent la vie des soeurs Black ! Tu as mes votes.
·